Des travaux réalisés par une commission d'enquête :

Éricka Bareigts présente un rapport pour inverser le déséquilibre entre grande distribution et producteurs


Publié / Actualisé
Ce mercredi 25 septembre, la commission d'enquête de l'Assemblée nationale publiait ses travaux sur " la situation et les pratiques de la grande distribution et de ses groupements dans leurs relations commerciales avec les fournisseurs ", c'est le nom du rapport. La finalité ? Rééquilibrer les rapports entre grands distributeurs et producteurs, favoriser les commerces de proximité, mettre fin à l'opacité sur les pratiques des patrons de grandes surfaces... L'enquête longue de six mois a abouti à 41 propositions. Parmi les députés qui ont planché sur le sujet, Éricka Bareigts. Ce jeudi 26 septembre, la femme politique faisait le point sur ce rapport.
Ce mercredi 25 septembre, la commission d'enquête de l'Assemblée nationale publiait ses travaux sur " la situation et les pratiques de la grande distribution et de ses groupements dans leurs relations commerciales avec les fournisseurs ", c'est le nom du rapport. La finalité ? Rééquilibrer les rapports entre grands distributeurs et producteurs, favoriser les commerces de proximité, mettre fin à l'opacité sur les pratiques des patrons de grandes surfaces... L'enquête longue de six mois a abouti à 41 propositions. Parmi les députés qui ont planché sur le sujet, Éricka Bareigts. Ce jeudi 26 septembre, la femme politique faisait le point sur ce rapport.

L’une des premières choses qu’Éricka Bareigts a tenu à mettre en exergue, c’est la rareté la situation "il y a de nombreux points de convergence entre la situation de la grande distribution au niveau national et dans les Outre-mer."

La députée est ensuite entrée dans le vif du sujet "au premier semestre 2019, pour la première fois, la grande distribution détruit plus d’emplois qu’elle n’en crée, en métropole comme dans les départements ultramarins, cela démontre que nous sommes arrivés à la fin d’un modèle."

L’ancienne ministre des Outre-mer de citer ensuite plusieurs mesures phares parmi les 41 propositions " l’imposition aux grands distributeurs de publier leurs comptes consolidés pour plus de transparence et d’égalité", "donner le choix aux producteurs de ne plus être sous l’emprise des grandes surfaces", "qu’au moment des engagements commerciaux, des plans d’affaire entre acheteurs et producteurs, les volumes d’achat soient inscrits dans les contrats, ce qui n’est pas le cas actuellement, seuls les prix apparaissent …"

Des mesures qui permettraient d’inverser la tendance actuelle et de donner une marge de maoeuvre plus importante aux producteurs, car aujourd’hui, les rapports entre agriculteurs et distributeurs sont déséquilibrés.

Éricka Bareigts donne des précisions sur ce rapport : les constats, les conclusions, les propositions... Regardez :

Le rapport est publié, tout l’enjeu est de savoir s’il est utile. Une base de travail, oui mais les 41 propositions de cette commission d’enquête aboutiront-elles à du concret ? Car dans l’hexagone comme à La Réunion, les pratiques des grands distributeurs sont bien ancrées, bien installées. La guerre des prix dans ce milieu provoque une réaction en chaîne, les plus affectés sont les producteurs, qui, souvent, n’ont d’autre choix que vendre, parfois à des prix dérisoires pour ne pas rester sur la touche. Pour Éricka Bareigts, ce rapport pourrait changer la donne, regardez :

Objectif affiché du rapport : "on veut rééquilibrer les forces, qu’il n’y en pas un qui fasse du chantage à l’autre. Ce dernier finissant par abdiquer à n’importe quel prix, ce prix qui ne le fait pas vivre de son boulot" détaille Éricka Bareigts.

Une autre vocation : Remettre les commerces de proximité dans le quotidien des Français, que les producteurs puissent avoir d’autres opportunités que les seules grandes surfaces. Plusieurs mesures visant à favoriser les circuits courts seraient favorables aux porte monnaie des agriculteurs comme à celui des consommateurs.

www.ipreunion.com

   

1 Commentaire(s)

Bibione, Posté
je constate que quand il y a un communiqué ou conf de presse de bareigts, annette, thierry robert, ratenon et celle qui n'a jamais su choisir son camp, je veux parler de nassima dindar, les articles de IPR sont neutres et meme positifs. Par-contre quand c les autres, c des articles en foutant. y a pas de ligne éditoriale professionnelle. C sa le journalisme à la Réunion ? quand allez-vous élever le débat et le niveau ? Si on a les élus qu'on mérite, ben c pareil pour ceux qui se prennent pour des journalistes