S'il n'y a pas de roches massives :

Chantier de la NRL : tout s'arrêtera au plus tard en mars 2020


Publié / Actualisé
L'État et la Région sont toujours empêtrés dans les procédures juridiques sur le dossier des carrières, pendant ce temps-là, le chantier de la Nouvelle route du littoral tourne au ralenti. Ce qui n'est pas bon pour les affaires des entreprises attributaires du chantier rassemblées en un groupement d'intérêt économique. Le GIE perd de l'argent, "une hémorragie financière" confient des sources proches du projet. La perte est telle que le groupement a fait une annonce cruciale aux prestataires : si le statu quo sur les roches massives perdure, il arrêtera le chantier en mars 2020.
L'État et la Région sont toujours empêtrés dans les procédures juridiques sur le dossier des carrières, pendant ce temps-là, le chantier de la Nouvelle route du littoral tourne au ralenti. Ce qui n'est pas bon pour les affaires des entreprises attributaires du chantier rassemblées en un groupement d'intérêt économique. Le GIE perd de l'argent, "une hémorragie financière" confient des sources proches du projet. La perte est telle que le groupement a fait une annonce cruciale aux prestataires : si le statu quo sur les roches massives perdure, il arrêtera le chantier en mars 2020.

On y va doucement

Cette annonce était, certes, attendue, pourtant, pour les acteurs du milieu, ça a été un coup de massue. Attendue car le chantier est en perte de vitesse depuis plus d’un an. Les transporteurs ont réduit la voilure. En fin d’année dernière, des salariés, arrivés à la fin de leur contrat de chantier ont été mis sur la touche. Pour une partie d’entre eux, cela devait être temporaire, près d’un an après, ils attendent encore… Un coup de massue, parce que ceux qui fourmillent autour de ce chantier d'envergure pensaient qu'une solution serait trouvée avant que le groupement ne puisse envisager une solution aussi radicale.

Depuis plusieurs semaines, sur le chantier de la NRL, le mot d'ordre pourrait être "ti lamp, ti lamp", ceux qui y travaillent toujours  feraient "de la figuration" histoire de donner le change. Une source au sein de l’enceinte portuaire explique "ils réparent les piles défaillantes, renforcent ce qui est déjà construit, font des finitions sur le viaduc mais dans quinze jours, il n’y aura plus de travail, ils feront de la gesticulation." Laquelle gesticulation devrait prendre fin en mars prochain… Une source proche des transporteurs confirme "actuellement, le groupement est en train de faire un prolongement de 60 mètres mais après cela histoire d'avancer un peu mais personne ne sait ce qui se passera après."

Le groupement dit "stop"

En fait, si, trois entreprises savent déjà quelle sera la prochaine étape : la GTOI, la SBTPC et Vinci construction - terrassement, toutes les trois attributaires du marché de la digue et partie prenantes du GIE Viaduc du littoral. Business is business, si le chantier n'avance pas, les sociétés perdent de l'argent et elles ne pourront pas tenir à ce rythme là sur la longueur. Le statu quo sur les roches massives et les procédures juridiques en cours ont mis à mal le calendrier initial et donne peu de visibilité sur l'avenir aux entreprises. Pour le groupement, la priorité est maintenant de stopper l’hémorragie financière. Solution radicale : arrêter le chantier en mars 2020.

La situation est critique, les prestataires ont été prévenus par le maître d’œuvre pour qu’ils puissent anticiper et se préparer à cet arrêt brutal. Une source affirme "aujourd’hui, on travaille au compte goutte, si le chantier s’arrête du jour au lendemain, on se retrouve sur la paille car on nous a demandé d’investir, on l’a fait, voyez le résultat. La belle affaire !" Un autre interlocuteur ajoute "que va-t-on faire des personnes qui travaillent encore sur le chantier ? En mars 2020, on leur dit ‘on arrête et attendez patiemment’ ?" Selon cette source, le chantier de la NRL drainerait, actuellement, environ 1000 emplois directs et indirects.

Qui est responsable ?

Comme à son habitude, le groupement n’a pas répondu à nos demandes d’interviews, mais on peut aisément supposer que la décision d’arrêter le chantier en mars 2020 n’a pas été prise de gaieté de cœur. Au moment de l’annonce aux prestataires, le responsable de cette situation aurait été évoqué sans être cité. Selon plusieurs sources concordantes, il s’agirait de la Région "plutôt que de chercher des alternatives aux carrières, la collectivité s’acharne, ce chantier est plus politique que jamais." s’indigne un transporteur.

Et c’est bien là le problème, la Région s’entêterait sur le dossier des carrières pour deux raisons. Premièrement : une solution alternative pour les roches massives, peu importe laquelle, coûterait plus cher que d’ouvrir et d’exploiter des carrières. Deuxièmement : reculer sur le très médiatique dossier des carrières, pour le président de Région ce serait perdre la face en pleine pré-campagne pour les élections régionales. La NRL est son projet phare, celui qu’il compte mettre en avant pour briguer un nouveau mandat à la tête de la pyramide inversée.

Alors qu’en coulisses, les professionnels qui travaillent sur le chantier s’affolent, la Région, elle, opte pour la politique de l’autruche. La collectivité dit à qui veut bien l’entendre que le chantier continue sur son rythme de croisière, que 80% du projet est réalisé, ça avance, tout va pour le mieux dans le meilleur des mondes.

Quid de l'enveloppe de 217 millions d'euros ?

La réalité est bien sombre, pourtant, il faut à tout prix terminer ce chantier qui a déjà pris un retard monstre. S’il devait s’arrêter, les conséquences seraient dramatiques.

Si ce n’est qu’une question d’argent, pourquoi la Région n'utilise-t-elle pas les 217 millions d’euros restants dans l’enveloppe provisionnée pour "risques et aléas" ? Cela permettrait d’avoir les fonds pour une solution alternative… Que ce soit des roches massives en provenance de Maurice, une carrière à Sans Souci ou pour tirer des andains dans les champs des agriculteurs réunionnais… Tant que c’est une solution viable qui permet d’arriver (enfin) au bout de ce chantier.

Après tout, Didier Robert l’a répété à plusieurs reprises, cette nouvelle route du littoral est un projet d’intérêt général, il faut impérativement la terminer. Surtout qu'il ne reste que 2,7 kilomètres à construire. La sécurité des Réunionnais a-t-elle un coût ?

Un dossier plus politique que jamais

Certaines sources affirment que la collectivité hésiterait à utiliser l’enveloppe de peur qu’un nouveau surcoût ne vienne (encore) ternir l’image du président de la pyramide inversée "quand en mai dernier la Région a annoncé que le montant initial du marché du viaduc avait été dépassé de 33 millions d’euros, c’est vraiment mal passé auprès de la population. Le chantier prend du retard et coûte plus cher que prévu, ça la fout mal" indique une source proche du dossier. Cela voudrait-il dire que la poursuite de ce chantier serait moins importante que les vélléités politiques de certains ?

Une autre hypothèse émerge car d'un point de vue stratégie politique, un arrêt total du chantier, c’est pire qu’un surcoût. Pourquoi la Région n'essaie-t-elle pas de limiter la casse ? Et si l'enveloppe de 217 millions d'euros censée être provisionnée ne l'était pas en réalité ? Et si la collectivité n'avait pas les moyens de financer une alternative aux carrières ?

Bien évidemment, ces questions, nous les avons posées à la Région, mais les habitudes ont la dent dure, la collectivité n'a pas donné suite à nos demandes d'interviews.

Le chantier de la nouvelle route du littoral pourrait bien s’arrêter en mars 2020, on peut donc raisonnablement en conclure qu'il y a péril dans la demeure. Une date d'arrêt a été annoncé mais pour une reprise, qu'en est-il ? Tout le monde s’accorde sur le fait qu’il faille terminer cette route mais si les egos des uns et des autres entrent dans la danse, y arrivera-t-on ? Et surtout, quand ?

fh/www.ipreunion.com / redac@ipreunion.com

   

27 Commentaire(s)

Jean- François., Posté
bjr, si cette route n'est pas terminer, vous voyez que il y auras un trou ce seras vilain laisser un chantier comme sa abandonner.
Philippe, Posté
Il manque un rond rond-point
Anand, Posté
Pourquoi ne pas mettre en circulation la partie viaduc et utiliser les matériaux de déconstruction de la partie de l'actuelle route du littoral pour faire les 2,7 km de route restante?
Stean, Posté
Tout Viaduc!
André, depuis son mobile, Posté
Ce President n'arrive pas à mener un chantier convenablement et ne parlons pas des chantiers promis et qui n'ont jamais démarré!!!
Ce Monsieur Robert se permet en plus de critiquer les projets des autres et pire avoir les dents longues pour se présenter à St Denis pour caser ses copains et familles comme à la Région et dans les différentes SEM !!! ça suffit les conneries pour servir ses intérêts ...
Lucas, Posté
Si on on ne peut pas finir la route du littoral à cause des carrières , il faudrait à ce moment là fermé toutes les carrières de l'ile donc plus aucune constructions possible si c'est ça qu'on veut alors allons-y, on verra tous les problèmes dans les années à venir . Juste pour descendre un homme on est prêt à sacrifier la population , j'ai l'impression que certains hommes politiques que quand ils regardent l'horizon...ben ça s'arrête juste au niveau des lunettes , je ne voudrais pas perdre un être cher sur cette route juste pour une querelle politicienne , alors mettez vous d'accord et terminez cette route .
Tc 974, Posté
C'est facile pour certains de dire de faire les carrieres quand c'est pas a coté de chez eux. Les st leusiens font aussi partie de la reunion. D'autres solutions existent pour cette route.
, depuis son mobile, Posté
Que restera-t-il du mandat de Didier Robert ?
Des chantiers, indispensables à l'avenir de la Réunion, pourtant actés par son prédécesseur, abandonnés.
Des difficultés à terminer les chantiers en cours parce que mal conçus dès leur étude.
Des promesses, toujours des promesses, tellement de promesses non tenues, et rien de concret
Ce n'est pas de cette façon que l'on prépare la Réunion de 2050 que tout Réunionnais est en droit d'exiger de ce président
Pramatik, Posté
Personne ne va perdre d'argent, les ordres de services ont été lancés, les entreprises seront indemnisées !!! Ça va juste mettre des gens au chômage et durer des années de plus.
Des roches y'en a elles sur a 30 metres de la figue et risquent de nous tomber dessus tout les jours!!!< Purgez cette falaise et mettez la dans la mer, la solution trouvée il y 60ans
Shame on robert, Posté
Ce chantier est une vaste blague depuis le début. Quelle honte !! Honte à M. Robert qui voulait ériger cette route tel les plus grands bâtisseurs (pour que peut être elle puisse porter son nom d'ici quelques années). Quelle honte pour les 3 grandes sociétés de construction, ce chantier qui est (encore à l'heure actuelle) un des plus importants au MONDE souffre non pas d'incompétences techniques mais d'incompétences logistiques et financières...
Comment peut on lancer un chantier comme ça sans avoir l'absolu certitude d'avoir les matériaux nécessaires à l'achèvement des travaux ??!! Qui serait assez fou pour commencer à construire une case sans être sûr d'avoir l'argent pour payer la tôle !!
Toute cette mascarade me fait rire amèrement. Jusqu'à quand continuerons nous a nous faire berner (et à payer !) pour ce genre de choses (et les exemples se comptent par dizaines...). Force au peuple souverain ! GILETS JAUNES FOREVER
Luluberlu, Posté
Quand on se sera pris un bon cyclone sur la tronche qui aura fait s'écrouler un bout de la falaise sur une partie de nous, pauvres victimes de ces rigolos de politicards, le chantier aura peut-être des chances de reprendre... Mais c'est comme tout le reste, il faut des victimes, et si possible un bon paquet, pour faire réagir les élus.
Lamaz, Posté
Ce qui m'inquiéte le plus, c'est de lire: " Une source au sein de l'enceinte portuaire explique "ils réparent les piles défaillantes........." il y a donc des "piles défaillantes", combien? Quelles "defaillances"?.......
La route qui n'est pas encore utilisée à déjà des "problèmes" !!!!
Pas rassurant tout ça, non? (Bonjour, nous en parlions le 29 août dans notre article "L'étrange silence de la Région autour de sept piles de la NRL". Trois ont été réparées, trois autres devraient l'être prochainement. Belle journée à vous - webmaster)
Erreur, Posté
Faire payer les détracteurs, les opposants qui bloquent le développement de l'île en premier les élus de St Leu qui ont mis les bâtons dans les roues, la Réunion une île de roches on est entrain de se tirer dans les pattes pour faire ralentir et monter la facture, et la pression, bon DIEU la créer la terre avec les roches pour construire nos maison, nos routes, les édifices, afin de vivre le mieux possible
CHABAN, Posté
ZOURITE est au port est. Imaz pouvez-vous nous faire un article ?
NOULAFE..., Posté
pour le tout viaduc c'est mort et enterré...ils ne vont pas laisser zourite manger ses pattes comprennent qui pourra dicton créole!quand il y a trop de fric en jeu...voila le résultat.. la politique menée actuellement par tous ces politiciens calculateurs vont detruire la REUNION....
Jouls, Posté
Dissertation pour tous
Tout chantier a un coÃ"t et éventuellement un surcoÃ"t.
De ce fait plus il est grand plus la marge de calcul des coÃ"ts inhérents est importante pouvant tendre vers l'infini a chaque échéance électorale.
Si a ceci on ajoute de l'incompétence en gestion de fonds publics.
Peut-on affirmer lexistence d'un multiplicateur de problèmes équivalent a 2 qui tend vers +l'infini ?



MÃ'véLang, Posté
Sans le gros jabot de pharaon il y a longtemps qu'on roulerait sur une belle route sécurisée et avec le tram-train, il y aurait déjà moins d'embouteillage sur la route et peut-être même qu'on serait en train de terminer les liaisons pour relier, saint pierre à saint rose
Speedy, Posté
Marrant cet article. Après des dizaines et des dizaines d'articles à charge contre la NRL comme quoi c pharaonique, le projet le plus cher, que c pas bien, maintenant, changement de ton. L'article dit brusquement faut terminer le chantier quitte à payer plus cher mais qu'on en finisse. Les auteurs des articles sont incohérents et contradictoires avec eux-memes. IPR n'est PAS CREDIBLE !!!!
Marsouin 974, depuis son mobile, Posté
Didix arrêt plume à NOUS

Effectivement l'issue de ce chantier était prévisible. Comment peut on payé les entreprises alors que c'est nous qui fournissons la matière première.
C'est rigolo imaginez un peu je vais acheter un gâteau à la pâtisserie je dois ramener ma farine. Je paye une entreprise pour construire ma maison mais je dois fournir le ciment et la pierre. Franchement de l'amateurisme à grande échelle avec notre argent.
Certains ont votés pour Didier pour cette route, pour la continuité territoriale. Mais c'est notre argent, nos impÃ'ts. On paye déjà, nos enfants et petits enfants paieront la dette de la région laisser par Didier.
STOP à cette GABEGIE FINANCIÈRE
Z974, Posté
C'est un peu léger tout de même:
Le premier responsable c'est celui qui construit une maison sans vérifier qu'on a des briques disponibles!!! c'est niveau CAP maçonnerie!!!!
en 2: Pourquoi ne parlez vous pas de la solution tout Viaduc qui coutait moins chère mais n'a pas été retenue pour faire plaisir à nos chers transporteurs,
Pourquoi ne pas parler du fait que la Région s'est empressé de donner l'ordre aux entreprises de démonter, détruire les installations de chantier du Viaduc et de revendre le Zoorit pour être sure qu'on ne pourrait pas revenir en arrière et finir la route en Viaduc!!! c'est l'argent des réunionnais et de l'europe pas de l'argent pour les élections
Maintenant le chantage à le tapis rouge: Plus le choix , la sécurité et l'emploi avant tout et tant pis pour l'argent et la santé des réunionnais et pour l'environnement....
Zan roné, Posté
Peut être appliqué un bracelet rouge- bleu- orange- marron , à une rambarde de la NRL- les roches tomberont du ciel de Madagascar ! Ha ha ha
Marion, Posté
Tout ça pouvait être imaginé dès le début
Caillou, Posté
Aujourd'hui encore votre texte est répétitif. Il est partial donc purement politique : faire porter la responsabilité par un seul homme. Ce qui me semble très injuste.
Pffffff, Posté
Pffffffff rien ne change , tant qu'il nous reste la continuité territoriale, le pop, les pipos, la mauvaise fois , la mauvaise politique, les amis, le bling bling , la presse Amis, les voyages, les îles, les frangins , la vie quoi
Tananarive, Posté
Peut être penser à sacrifier un zébu pour que cette route se termine, ou un crocodile.... cette route ne se terminera pas, même les crocodiles le disent....
Ste suzanne, Posté
certain transporteur dit souvent il y a des roches à la réunion pour terminer cette route carrière ou pas et si se GROUPEMENT qui doit gérer ses carrières mettait le prix que demande ses transporteurs certain le dise eux même dans l est il y a des roches pour deux fois cette route qui tire la ficelle les opposants le groupement ou les détracteur ?
CHABAN, Posté
Les attributaires du marché ne vont pas se laisser faire. Une chose de sûre ils ne perdront pas d'argent, quelqu'un paiera la note.