Economie :

Le financement bancaire de l'économie réunionnaise, une activité dynamique


Publié / Actualisé
L'Institut d'émission des départements d'outre-mer (IEDOM) publie un état des lieux sur le financement bancaire de l'économie au 31 décembre 2018. Le financement bancaire occupe un rôle central dans le développement de l'économie réunionnaise. Fin 2018, les encours totaux de crédits atteignent 23,3 milliards d'euros et affichent une progression de+4,7% sur un an. Cette hausse représente +1,1 milliard d'euros sur l'année.
L'Institut d'émission des départements d'outre-mer (IEDOM) publie un état des lieux sur le financement bancaire de l'économie au 31 décembre 2018. Le financement bancaire occupe un rôle central dans le développement de l'économie réunionnaise. Fin 2018, les encours totaux de crédits atteignent 23,3 milliards d'euros et affichent une progression de+4,7% sur un an. Cette hausse représente +1,1 milliard d'euros sur l'année.

Le financement de l’investissement ralentit pour les entreprises et les collectivités locales

Les  encours  de  crédits  d’investissement  aux  entreprises  enregistrent  une  croissance  encore  solide  en  2018,  de +3,1%  (+127  millions  d’euros),  en  repli  toutefois  par  rapport  à  l’année  précédente  (+8,5%  en  2017,  soit  +315 millions d’euros). Les encours consentis aux collectivités locales ont progressé plus modérément en 2018: de 0,8% après +11,0% en 2017. Ils  atteignent 2,8  milliards  d’euros à fin  2018,  prêtés  pour  près  de  80%  par  des  acteurs  institutionnels (Agence française de développement, Banque européenne d’investissement...). 

Le financement de l’immobilier toujours dynamique

Les encours de crédits immobiliers consentis aux entreprises s’élèvent à 4,3 milliards d’euros fin 2018, en hausse de +6,9% sur un an. La Caisse des Dépôts et Consignation (CDC),devenue Banque des Territoires en 2019,intervient à hauteur  de  83% dans  le  financement  de  ce secteur.

En  effet,  depuis  la  crise de 2007-2009,  le  secteur  bancaire traditionnel est moins présent dans le financement de la promotion immobilière. C’est la construction de logements sociaux, sous l’égide des principales SEM et sociétés immobilières du département, financées essentiellement par la CDC, qui s’est substituéeau marché des promoteurs privés.

Avec  des  ventes  de  logements  qui  continuent  à  progresser en  2018,  les  crédits  à  l’habitat  enfaveur  des  ménages sont en  nette  hausseen  2018,  de  5,8% (soit  +390  millions  d’euros  sur  un  an).Les taux  d’intérêt des  crédits  à l’habitat  des  particuliers  sont  demeurés  particulièrement  bas  et  stables  tout  au  long des  années  2017  et  2018, prochesde 1,7%en moyenne.

Les crédits à la consommation des ménages en forte hausse

Du côté des crédits à la consommation, la dynamique de croissance se poursuit en 2018, avec une hausse de +8,1% des  encours  de  crédits  aux  ménages  (soit  +157  millions  d’euros  sur  un  an)  après  +11,4% en  2017.L’évolution récente  se  retrouve  dans  les  dépenses  des  ménages,  notamment des  achats  automobiles. Les  taux d’intérêt des crédits  à  la  consommation  consentis  aux  ménages  s’inscrivent  en  baisse sensible  ces  derniers  trimestres, et  sont proches de 3,5% en moyenne. Ils ont diminué de moitié depuis 2012, où le taux d’intérêt moyen était de 7%.

Par  ailleurs,  la  pratique  de  la  location  avec  option  d’achat  (LOA)  progresse  fortement  dans  le  financement  de  la consommation  des  ménages. Le montant  de  ces  encours a  triplé  sur  les  cinq  dernières  années  et représente désormais 8% des crédits à la consommation.

   

Votre avis nous intéresse, soyez le premier à vous exprimer !