Tour d'horizon électoral (actualisé) :

Municipales : combat de ténors à Saint-Denis, Virapoullé(s) contre les autres à Saint-André


Publié / Actualisé
Les dimanches 15 et 22 mars 2020, les Réunionnais iront aux urnes élire leur maire pour les six prochaines années. Ces élections ont un enjeu électoral fort compte tenu de leur impact pour les administrés bien sûr, mais aussi plus largement sur les prochaines élections départementales et régionales. Par leur caractère incertain, la personnalité des candidats en lice, ou encore l'importance du scrutin en vue des élections suivantes, certaines communes joueront un rôle clé. Imaz Press entame ce samedi 28 septembre 2019 un tour d'horizon des communes phares et/ou à forts enjeux (Photo rb/www.ipreunion.com)
Les dimanches 15 et 22 mars 2020, les Réunionnais iront aux urnes élire leur maire pour les six prochaines années. Ces élections ont un enjeu électoral fort compte tenu de leur impact pour les administrés bien sûr, mais aussi plus largement sur les prochaines élections départementales et régionales. Par leur caractère incertain, la personnalité des candidats en lice, ou encore l'importance du scrutin en vue des élections suivantes, certaines communes joueront un rôle clé. Imaz Press entame ce samedi 28 septembre 2019 un tour d'horizon des communes phares et/ou à forts enjeux (Photo rb/www.ipreunion.com)

• Saint-Denis : vers un combat de ténors

Le chef-lieu sera l'une des communes à suivre lors de ces municipales puisque pas moins de trois ténors majeurs de la politique réunionnaise pourraient se lancer dans la bataille.

Premier ténor, Gilbert Annette, le maire sortant, semble vouloir rempiler pour un troisième mandat consécutif. Il ne cache pas ses ambitions pour Saint-Denis. Il arpente le terrain depuis plusieurs mois et a déjà rendu compte à la population de son bilan lors des différentes rencontres dans les quartiers dans le cadre de l’opération "Sak nou la fé". L’édile devrait officialiser sa candidature dans les prochaines semaines, à moins que ce dernier ne décide de laisser la place à Ericka Bareigts qui, dit-on, joue un rôle de plus en plus prépondérant au sein de la municipalité.

Gilbert Annette pourrait retrouver face à lui la sénatrice Nassimah Dindar qui hésiterait à se lancer dans la course. Officiellement, c’est Ibrahim Dindar qui est le candidat déclaré. Ce dernier ne manque pas de communiquer régulièrement sur les réseaux sociaux sur ses projets pour Saint-Denis. Mais il se dit que le nom de la tête de liste ne serait définitivement acté qu’au regard d’un sondage en cours afin de définir qui de Nassimah Dindar ou d’Ibrahim Dindar serait susceptible de l’emporter à Saint-Denis. Réponse dans quelques semaines.

Enfin, l’ombre de Didier Robert plane fortement sur la ville la plus peuplée des Outre-mer. Un temps annoncé à Saint-Paul, il semblerait que le président de Région, résidant à la Montagne, ait jeté son dévolu sur sa commune d’adoption. Depuis plusieurs mois déjà, l’élu multiplie les rencontres dans le chef lieu. Son fidèle lieutenant, Jean-Jacques Morel, a d’ores et déjà lancé plusieurs appels du pied à Didier Robert, estimant que ce dernier serait le meilleur candidat pour battre Gilbert Annette. Mais quel intérêt aurait-il d’abandonner la Région pour Saint-Denis ?

"Pour espérer gagner les régionales de 2021, Didier Robert a besoin de marquer ces élections. Remporter le chef-lieu sur son propre nom ou y enregistrer un score honorable lui permettrait d’assoir une légitimité naturelle et de peser très fortement sur les scrutins suivants", explique-t-on du côté de la droite.  Pour y parvenir, Didier Robert dispose d’une carte majeure, à savoir le financement par la Région de la Nouvelle Entrée Ouest qui n’est toujours pas bouclé. "Il pourrait ainsi apparaître comme l’homme de la situation, celui qui débloquera ce projet que Gilbert Annette n’a pas su faire aboutir", analyse son entourage.

Pour l’heure, le Président de Région ne s’est jamais exprimé très clairement sur ses intentions à venir. Néanmoins, certains indices laissent à penser que cette hypothèse est tout à fait crédible, telle que la nomination au poste de Directeur de Cabinet de Jean-René Dreinaza, ancien champion de boxe très bien implanté dans les quartiers et associations de Saint-Denis. Son aura et son réseau pourraient être d’importants atouts pour le possible candidat Didier Robert.

Lequel se décidera aussi sans doute après une études poussée de ses possibilité de victoire. Car une gifle électorale sur le chef-lieu serait aussi synonyme de défaite annoncée pour les régionales...

• Saint-André : les Virapoullé contre les autres

Ce n’est pas Jean-Paul mais son fils, Jean-Marie Virapoullé, qui devrait briguer le poste de maire à Saint-André. L’actuel vice-président du Département et adjoint au maire est sur le terrain depuis plusieurs mois afin de rencontre les Saint-Andréens. Jean-Paul Virapoullé n’a quant à lui jamais caché sa volonté de passer la main à son fils. Reste à voir si cette démarche sera comprise, et surtout acceptée, par la population de Saint-André. " Jean-Marie est un élu extrêmement compétent mais il souffre de son nom. C’est un héritage lourd à porter tant l’aura de son père est importante ", indique-t-on dans le milieu politique saint-andréen.

Pour ne pas faciliter les choses, Jean-Marie Virapoullé doit faire face à des dissensions à droite, à commencer par les candidatures envisagées de l’ancienne élue de la majorité, Sylvie Moutoucomorapoullée, de Serge Camatchy (Emergence Réunion), de Mike Sihou ou encore de Ranjit Camalon. A gauche, Joe Bédier et Eric Fruteau, ancien maire de Saint-André, se préparent également à se lancer dans la bataille. Tous nourrissent en tout cas une seule et même ambition, battre Jean-Paul et Jean-Marie Virapoullé. Un seul contre tous qui promet une élection très mouvementée à Saint-André.

• Bras-Panon : Daniel Gonthier plus que jamais en danger

Elle semble loin l’élection municipale de 2014 où Daniel Gonthier remportait haut la main la mairie dès le 1er tour avec 55,26% des voix. Si le maire de Bras-Panon a ensuite remporté facilement les départementales de 2015 dans son canton aux côtés de Marie-Isabelle Payet (62,18%), les législatives de 2017 ont été une gifle sévère pour l’homme politique, battu par son adversaire historique, Jean-Hugues Ratenon (52,88% des voix conte 47,12%).

Dans l’entourage du Maire de Bras-Panon, cette défaite serait à mettre sur le compte de Didier Robert qui ne l’aurait soutenu que du bout des lèvres. Certains l’accusent même d’avoir fait campagne en faveur de Jean-Hugues Ratenon. Depuis le scrutin, rien ne va plus entre Daniel Gonthier et le Président de Région. Ce dernier aurait même fait part de son soutien à Jeannick Atchapa, un des opposants du maire.
Daniel Gonthier se présentera donc à sa propre succession en étant plus que jamais en danger face à un Jean-Hugues Ratenon dont le mandat de député est convaincant, et un Jeannick Atchapa qui pourrait très certainement affaiblir le maire sortant en siphonnant des voies de droite.

• Le Tampon : André Thien Ah Koon sur sa lancée ?

Le doyen des maires de La Réunion (79 ans) pourra-t-il être battu en mars 2020 ? Pas sûr tant sa popularité au Tampon est restée intacte. D’autant plus que face à lui, les opposants ne sont pas légions et leur voix a du mal à se faire entendre. Comme dans beaucoup de communes, l’ombre de Didier Robert devrait une fois de plus planer sur la commune du Tampon avec la candidature pressentie de la députée Nathalie Bassire. L’ancien député et vice-président du Conseil général, Jean-Jacques Vlody, devrait lui aussi se lancer dans la courses, pour un remake de mars 2014 où l’ex élu socialiste - il a quitté ce parti depuis -, n’avait recueilli que 17,19% des voix au second tour.

www.ipreunion.com


 

   

7 Commentaire(s)

Saint André dans la continuité, Posté
Sur Saint André, le choix le plus cohérent et le plus logique tient en la personne de Jean Marie, il reste la seule alternative plausible pour préserver la dynamique de développement et de projets de la ville. Les autres candidats ne sont que des requins en quête de poste et d enrichissement.
Robert, Posté
En politique il faut regarder les compétences et non les personnes, malheureusement la population ne le voit pas sous cet angle, sur Saint-André on a une réelle chance avec de beaux projets et un candidat déjà rodés, les autres candidats sont toujours dans l'analyse et les "on pourrait" et "si". Ils vont mettre 5 ans à sortir des pseudos projet pour une population qui ne veut plus attendre.
Independant cachet fortement dosé, Posté
Dreinaza : oh dircab? Oh quel niveau intellectuel ? Oh jesus
Tamponnaise, Posté
les journalistes semblent mal informés au Tampon Vlody n'est plus socialiste depuis 2020
Cazal, Posté
DREINAZA à quelle indigence sur les dionysiens? Aucun sachant que très souvent il est recherché pour avoir fait des promesses et elles sont loin d'etre Tenues! Vo mié mi pisse pou rit à force
Douala, Posté
Attache ti bracelet rouge- orange- noir- marron- very - bleu côté la mairie pour gagne zelection ! Et les crocodiles aussi .... ANNETTE rentre haut la main en 2020
Mardé974, Posté
Le 2nd tour a lieu un Lundi ? (Oups, c'est corrigé grâce à vous Mardé 974, merci beaucoup - Webmaster)