[PHOTOS-VIDEO] Il est condamné à 8 ans de prison pour terrorisme :

"L'Égyptien" de retour à La Réunion pour purger sa peine


Publié / Actualisé
En provenance de Métropole, Naïl Varatchia, 25 ans, surnommé "l'Egyptien", est arrivé à La Réunion ce mardi matin 8 octobre 2019 sous l'étroite surveillance des forces de l'ordre. Il a été transféré de sa prison de l'Hexagone pour achever de purger dans l'île sa peine de huit ans de prison, assortis d'une période de sûreté des deux tiers de la condamnation. Cette décision avait été prononcée par le tribunal de Paris le le 4 octobre 2018. Le jeune homme était poursuivi pour association de malfaiteurs en relation avec une entreprise terroriste. Prédicateur salafiste présumé, il aurait incité plusieurs jeunes de La Réunion à partir faire le jihad en Syrie. L'un de ces jeunes est ensuite mort en Irak.
En provenance de Métropole, Naïl Varatchia, 25 ans, surnommé "l'Egyptien", est arrivé à La Réunion ce mardi matin 8 octobre 2019 sous l'étroite surveillance des forces de l'ordre. Il a été transféré de sa prison de l'Hexagone pour achever de purger dans l'île sa peine de huit ans de prison, assortis d'une période de sûreté des deux tiers de la condamnation. Cette décision avait été prononcée par le tribunal de Paris le le 4 octobre 2018. Le jeune homme était poursuivi pour association de malfaiteurs en relation avec une entreprise terroriste. Prédicateur salafiste présumé, il aurait incité plusieurs jeunes de La Réunion à partir faire le jihad en Syrie. L'un de ces jeunes est ensuite mort en Irak.

Naïl Varatchia est arrivé à l'aéroport de Gillot ce matin aux alentours de 7h30. Il a été transféré à Domenjod, escorté par de nombreux membres des forces de l'ordre. Regardez :

Naïl Varatchia, surnommé "l'Egyptien" du fait de sa bonne maîtrise de l'arabe, avait été arrêté à La Réunion le mardi 2 juin 2015 dans le cadre du coup de filet antiterroriste et transféré à Paris dans la nuit du dimanche 7 au lundi 8 juin 2015. Mis en examen à Paris puis incarcéré il avait été jugé trois ans plus tard.

La filière jihadiste supposée avait été démantelée localement par les policiers de la direction générale de la sécurité intérieure en juin 2015. Naïl Varatchia, alors âgé de 21 ans, avait été été interpellé à Saint-Denis en même temps que quatre autres personnes.

Lire aussi : Filière djihadiste démantelée à Saint-Denis : des suspects très discrets

Deux frères jumeaux alors âgés de 18 ans que Naïl Varatchia aurait incités à rejoindre l'organisation Etat islamique en Syrie étaient ensuite mis en examen pour association de malfaiteurs en vue de la préparation d'actes terroristes. Un jeune père de famille de 24 ans approché par l'Egyptien avait pour sa part été remis en liberté à l'issue de sa garde à vue sans qu'aucune charge ne soit retenue contre lui-même.

Lire aussi : Filière djihadiste démantelée : les frères jumeaux déférés au tribunal

Lire aussi : Filière djihadiste : le jeune père de famille de 24 ans est ressorti libre de sa garde à vue

Une mère de famille de 62 ans à qui il reprochait d'avoir envoyé 1.500 euros en 2014 à son fils avait aussi été mise hors de cause par l'enquête et aucune charge n'avait été retenue contre elle. Son fils se trouvait en Turquie avec son épouse et projetait de partir en Syrie.

Lire aussi : Filière djihadiste démantelée : la mère de famille de 62 ans est ressortie libre de sa garde à vue

Le profil de Naïl Varatchia avait été jugé beaucoup plus inquiétant et le jeune homme avait été transféré à Paris dans la nuit du dimanche 7 au lundi 8 juin 2015 et mis en examen ce lundi à Paris et incarcéré.  Il avait été présenté devant les magistrats de la 16ème Chambre du Tribunal de grande instance de la capitale chargée des affaires de terrorisme.

Lire aussi : Filière djihadiste : "l'Égyptien" mis en examen et incarcéré à Paris

Ancien élève du célèbre lycée catholique Levavasseur et titulaire d'un baccalauréat scientifique en 2011, Naïl Varatchia n'était pas destiné à devenir le "cerveau" présumé d'une filière jihadiste. Le jeune homme, qui vivait encore chez ses parents à l'époque des faits, ne s'était pas fait remarquer par ses voisins.

Lire aussi : Filière djihadiste : le prédicateur salafiste écroué à Domenjod

Discret dans la vie publique et beaucoup plus vindicatif sur internet, celui qui se faisait appeler "l'Egyptien" après avoir séjourné en Egypte, aurait exercé son influence sur six personnes qui seraient déjà parties en Syrie. Il serait notamment responsable du départ de Nassirdine Mzé, un Saint-Andréen mort en Irak en avril 2015 lors d'une opération de l'armée contre les forces de Daech.

Lire aussi : Irak : un jeune réunionnais mort au jihad

A ce jour, ce réseau supposé, mis au jour à La Réunion, reste la seule affaire de démantèlement d'une filière jihadiste en outre-mer. Les faits avaient provoqué un grand émoi sur l'île.

www.ipreunion.com / redac@ipreunion.com

   

3 Commentaire(s)

Oscar, Posté

Lorsque un enfant doit subir une opération lourde en métropole.les parents ont beaucoup de mal à trouver l'argent pour le voyage. Le plus souvent ils font appel à la générosité des particuliers. Pour un individu dangereux, l'état trouve facilement de l'argent , pour la voyage. Sans compter le déplacement de deux ou trois policiers.
Mdr, Posté
Pour qu il voyage et qu il puisse etendre sa connaissance libraire
C est quand sa conférence?!
Ramier, Posté
Pourquoi son transfert à la Réunion ??