Une enquête est ouverte :

Mystère autour de la mort d'un garçon de 12 ans à Mayotte


Publié / Actualisé
La semaine dernière, un jeune garçon de 12 ans est mort aux urgences de Dzoumogné, à Mayotte. En premier lieu, c'est l'hypothèse d'une intoxication alimentaire qui a été évoquée. Mais aucune preuve pour le moment, aucun cas d'intoxication alimentaire n'ayant été signalé auprès des médecins de la zone. Devant la persistance des rumeurs, le procureur a ouvert une enquête. Celle-ci permet déjà de faire la lumière sur plusieurs points : le jeune garçon était malade depuis plusieurs jours, et il ne déjeunait pas à la cantine de son collège. L'Agence régionale de santé de son côté n'a détecté aucune trace de contamination dans les analyses effectuées.
La semaine dernière, un jeune garçon de 12 ans est mort aux urgences de Dzoumogné, à Mayotte. En premier lieu, c'est l'hypothèse d'une intoxication alimentaire qui a été évoquée. Mais aucune preuve pour le moment, aucun cas d'intoxication alimentaire n'ayant été signalé auprès des médecins de la zone. Devant la persistance des rumeurs, le procureur a ouvert une enquête. Celle-ci permet déjà de faire la lumière sur plusieurs points : le jeune garçon était malade depuis plusieurs jours, et il ne déjeunait pas à la cantine de son collège. L'Agence régionale de santé de son côté n'a détecté aucune trace de contamination dans les analyses effectuées.

Les questions et les rumeurs continuent autour de la mystérieuse mort d'un garçon de 12 ans à Mayotte. Scolarisé au collège Frédéric Dachery à Koungou, il a été transporté la semaine dernière aux urgences de Dzoumogné à cause de vomissements contenant du sang. Il est hélas décédé peu de temps après son arrivée.

Comme le rappelle France Mayotte Matin, le médecin a posé ce que l'on appelle dans le jargon un "obstacle médico-légal". C'est le cas quand il existe un doute sur la cause du décès. Or les parents se seraient opposés fermement à l'autopsie. En effet, selon les propos du procureur Camille Mansioni, poser un obstacle médico-légal retarde l'enterrement, et la situation était trop "douloureuse" pour les parents.

L'intoxication alimentaire peu probable

Parmi les pistes évoquées sur la toile, comme l'expliquent nos confrères de France Mayotte Matin, l'intoxication alimentaire est rapidement arrivée sur la table et il a été question d'une pizza contaminée, distribuée au collège. Mais le vice-recteur s'est voulu formel : il n'y avait pas de pizza à la cantine ce jour-là.

Par ailleurs, aucun cas d’intoxication alimentaire n’a été signalé auprès des médecins de la zone ou encore à l'hôpital. L'Agence régionale de santé (ARS) de son côté n'a détecté aucune trace de contamination dans les analyses effectuées. De quoi rassurer les parents qui avaient retiré leurs enfants de la cantine de l'établissement. Or face à l’ampleur de la rumeur, le procureur a décidé d'ouvrir une enquête afin de déterminer les causes du décès du jeune garçon.

Le garçon était malade

Voici donc ce que l'on sait : à ce stade de l’enquête, on apprend que le jeune garçon était souffrant depuis le 21 septembre et qu’il ne déjeunait pas à la cantine, il n'y était d'ailleurs pas inscrit. Les prélèvements sont encore en cours pour en savoir plus sur son état de santé.

Le procureur a affirmé que les investigations se poursuivaient mais a déclaré ne pas avoir "l’intention de [se] précipiter vers une exhumation du corps" : "je n’ai pas envie d’offenser les gens pour rien. Je n’ai pas de raison de penser à ce stade, qu’il y ait une infraction", selon les propos retranscrits par France Mayotte Matin.

Une cellule psychologique a été mise en place pour les élèves dans le collège du jeune garçon, l'établissement Frédéric Dachery, dans la ville de Koungou.

www.ipreunion.com / redac@ipreunion.com avec France Mayotte Matin

   

Votre avis nous intéresse, soyez le premier à vous exprimer !