Une décision de l'Autorité de la concurrence :

Vie chère : les entreprises Procter et Gamble, Coty et Chanel sanctionnées


Publié / Actualisé
Ce mercredi 10 septembre 2019, le ministère des Outre-mer a annoncé que l'Autorité de la concurrence a décidé de sanctionner les entreprises Procter et Gamble, Coty et Chanel pour avoir mis en place des accords exclusifs d'importation dans la distribution de parfums et cosmétiques. Au total, l'Autorité de la concurrence réclame 176.000 euros aux différentes enseignes. Ces sanctions interviennent dans le cadre de la lutte contre la vie chère à La Réunion, mais aussi en Martinique, Guadeloupe et Guyane. (Photo d'illustration rb/www.ipreunion.com)
Ce mercredi 10 septembre 2019, le ministère des Outre-mer a annoncé que l'Autorité de la concurrence a décidé de sanctionner les entreprises Procter et Gamble, Coty et Chanel pour avoir mis en place des accords exclusifs d'importation dans la distribution de parfums et cosmétiques. Au total, l'Autorité de la concurrence réclame 176.000 euros aux différentes enseignes. Ces sanctions interviennent dans le cadre de la lutte contre la vie chère à La Réunion, mais aussi en Martinique, Guadeloupe et Guyane. (Photo d'illustration rb/www.ipreunion.com)

Les pratiques de ces enseignes ont "entravé le développement de grossistes-importateurs concurrents et empêché les détaillants de faire jouer la concurrence entre grossistes pour leurs approvisionnements en parfums et cosmétiques" détaille le rapport de l'Autorité de la concurrence. "Elles ont eu pour effet d'augmenter les coûts pour les détaillants et, par voie de conséquence, les prix des parfums et produits cosmétiques pour les consommateurs ultra-marins" précise-t-elle.

Procter & Gamble a été condamné à une sanction de 40.000 euros, 32.000 euros pour le groupe Coty, 13.000 euros pour le groupe Coty et Chanel pour les produits Bourjois, 68.000 euros pour Parfumerie d'Outremer et 23.000 euros pour Sodibel. Au total, ce sont 176.000 euros de sanction qui sont réclamés aux différentes enseignes.

Lors du second Comité interministériel aux outre-mer du 18 septembre 2019, le Gouvernement a notamment annoncé la désignation de référents "vie chère" au sein des Direction des Entreprises, de la Concurrence, de la Consommation, du Travail et de l’Emploi et le lancement d’une consultation auprès des plateformes de e-commerce pour favoriser le recours aux plateformes de réexpédition et permettre aux ultramarins d’éviter le cumul de la TVA à 20 % (qui s’applique dans l’hexagone), de l’octroi de mer et parfois d’une TVA locale supplémentaire.

De plus, deux groupes de participation citoyenne, dont les membres ont été tirés au sort, sont désormais associés aux travaux des Observatoires des prix, des marges et des revenus (OPMR) en Martinique et à La Réunion.
 
"La lutte contre la vie chère passe d'abord par le développement de l'emploi dans les territoires, mais aussi par l’application rigoureuse de la réglementation en matière de concurrence aux entreprises privées ", a déclaré Annick Girardin, ministre des Outre-mer. "La situation économique est véritablement en train de changer dans nos territoires : les outre-mer ne sont pas des terrains de jeu pour grandes enseignes en quête de monopole économique" a-t-elle conclu.

www.ipreunion.com
 

   

1 Commentaire(s)

Robert, Posté
Ils vont payer les amendes et continuer, le montant des amendes n'est pas dissuasif. Il faut faire payer 20000000â"¬ pour que ça les calmes.
Illustration : Kwa Films

Kwa Films

37 reportage(s)