La Réunion est entrée dans les salons de millions de Français :

The Voice kids : Soan, le pari fou d'un maloya sur la scène d'une émission nationale


Publié / Actualisé
À moins d'une semaine des demi-finales de The Voice kids, Soan est déjà en métropole. Le Réunionnais de 12 ans prend un peu de bon temps avant de rentrer dans le vif du sujet. La semaine prochaine sera rythmée par les répétitions pour son passage en direct dans l'émission le samedi 19 octobre. Pour l'instant, le kok péi n'est pas stressé toutefois, il ne perd pas de vue son objectif : aller le plus loin possible dans l'aventure. Soan et son père Nono nous ont parlé des aspirations, des attentes et rêves de ce marmaille qui porte sur ces épaules les espoirs de toute une île.
À moins d'une semaine des demi-finales de The Voice kids, Soan est déjà en métropole. Le Réunionnais de 12 ans prend un peu de bon temps avant de rentrer dans le vif du sujet. La semaine prochaine sera rythmée par les répétitions pour son passage en direct dans l'émission le samedi 19 octobre. Pour l'instant, le kok péi n'est pas stressé toutefois, il ne perd pas de vue son objectif : aller le plus loin possible dans l'aventure. Soan et son père Nono nous ont parlé des aspirations, des attentes et rêves de ce marmaille qui porte sur ces épaules les espoirs de toute une île.

À La Réunion, cela fait maintenant quelques années que Soan a acquis une petite notoriété. En 2018, le Saint-andréen, chouchou du public, remporte la troisième saison de Kid Créole. Le marmaille alors âgé de 11 ans avait ému la foule en reprenant "pédophile", une chanson du groupe Kiltir. Un titre qu'il n'avait pas choisi par hasard, son père, Nono Arhimann est le chanteur et auteur-compositeur du groupé péi. regardez sa prestation :

Soan baigne depuis sa tendre enfance dans la musique, plus précisément dans le maloya. Malgré son jeune âge, il a su transmettre les émotions, la fragilité et à la fois la force qui font du maloya une musique envoûtante, une musique avec une âme.

Le début de l'aventure The Voice kids

C'est comme cela que Soan a séduit les jurés de The Voice kids. Lors des auditions à l'aveugle, il reprend un classique réunionnais "la pli y vé tomber" de Jean-Claude Viadère. Pieds nus, jonché sur son roulèr accompagné sur scène de son père, Soan fait entrer le maloya par la grande porte dans un télé-crochet national. En prime time, sur TF1, il ose. Les quatre membres du jury, Jenifer, Sopran, Amel Bent et Patrick Fiori se retournent. Le marmaille est un diamant à l'état brut. Ce genre de voix, cette audace à côté desquels les artistes ne peuvent pas passer.

Lire aussi : The Voice kids : le maloya de Soan a envoûté le jury

Soan choisit d'intégrer l'équipe de Soprano.

Trois semaines plus tard, deuxième apparition dans l'émission pour les battle. Les marmailles s'affrontent sur une chanson imposée par leur coach. Soan et ses trois camarades reprennent le titre "Simon papa tara" de Yannick Noah. Le kok péi est choisi par son coach pour poursuivre l'aventure. Le rappeur a apprécié l’humilité, la générosité et la simplicité du Réunionnais "quand tu chantes, tu donnes du coeur mais là, je te voyais, tu essayais de tenir tout le monde pour que tout se passe bien, tu voulais faire des notes mais tu t’es dit ‘je vais essayer de laisser la place’, c’est ça avoir un grand coeur, ça me touche, c’est pour cela que je veux continuer avec toi."

Lire aussi : The Voice kids : Soan remporte son battle et décroche son billet pour la demi-finale

Qualifié pour les demi-finales

La prochaine étape sera un niveau au-dessus. Cette fois, c'est en direct que Soan devra faire ses preuves. Une prestation qui pourrait le propulser en final du show mais avant, il faudra l'approbation de son coach. Après le créole et le français, cette fois, c'est en anglais, sur une chanson de Bob Marley que le Saint-andréen va jouer sa place. Un avant-goût de ce qui vous attend, regardez :

Pour le moment, Soan ne se met pas la pression. C'est les vacances, son père Nono a décidé de l'emmener en métropole un peu plus tôt que prévu pour qu'il puisse assister au concert de l'un de ses artistes préférés, en plus d'être maintenant son coach à "The Voice" : Soprano. "Je lui ai dit à l'aéroport, au moment d'embarquer que nous allions à Marseille pour voir Soprano en live, il était tellement heureux" raconte Nono.

Soan et son père en profiteront pour aller rendre visite à leurs nouveaux amis "avec cette aventure, les marmailles, et nous aussi d'ailleurs, avons noué des contacts avec d'autres participants à l'émission. Des liens forts et intenses. Pour Soan, faire les battles face aux jumeaux, ça n'a pas été facile, ils s'apprécient beaucoup tous les trois. Ce qui est fou, c'est de voir à quel point les enfants se remettent vite. La déception passe en quelques minutes, après, ils se réjouissent pour leurs camarades qui sont encore dans l'aventure" explique Nono.

Maintenant, impossible pour le Réunionnais de marcher dans la rue sans être reconnu. Que ce soit dans l'île, comme en métropole. Sa notoriété a explosé depuis qu'il est apparu sur la scène de The Voice kids. Pour son père, le plus important est de le préserver, qu'il garde son innocence et continue à profiter de son enfance "sa mère et moi, on est là pour qu'il garde les pieds sur terre, pour qu'il continue de rêver, cette aventure, c'est incroyable, mais ce n'est pas une compétition, c'est une expérience qui lui apporte plein de chose positives."

Soan, très sollicité

C'est aussi une pression. Une pression médiatique, une pression sur scène, la peur de décevoir. Aujourd'hui, Soan est sollicité de tous les côtés. Déjà, par les médias, regardez :

Il est aussi devenu l'ambassadeur de notre île, celui grâce à qui tous les espoirs sont permis. Celui que nombre de Réunionnais espèrent voir gagner le télé-crochet. "Son rêve, c'est d'aller le plus loin possible. Mais dans tous les cas, il a déjà gagné. Il s'est fait plein d'amis, il vit sa passion et son aventure à fond, c'est le principal. Soan sait que ce qu'il vit est éphémère, que ça va retomber et qu'il retournera à sa vie normale donc il profite de sa chance et vit au jour le jour" s'enthousiasme son père.

Un pari fou

L'avenir, on ne le connaît pas. Mais Soan a déjà réalisé un exploit en faisant un pari fou : séduire un jury de professionnels sur une chaîne privée dans une émission à une heure de grande écoute, en reprenant un standard de la musique réunionnaise. En chantant en créole un maloya, Soan a fait rentrer un morceau de la culture péi dans les salons de millions de Français. Aujourd'hui, toute La Réunion est derrière lui, rendez-vous le samedi 19 octobre sur TF1 à partir de 23h05.

fh / www.ipreunion.com / redac@ipreunion.com

   

2 Commentaire(s)

Jacqueline W, depuis son mobile, Posté
bisous des Avirons une pensée pour samedi 1
Gaegae, Posté
Malgré son jeune âge il a bien compris ce mal d'être une victime d'un pédophile. Très courageux de sa part de dénoncer ces prédateurs, qui n'ont aucune honte et de cette société souvent passive quand ce n'est pas un de la famille victime de tels atrocités.
Illustration : Kwa Films

Kwa Films

37 reportage(s)