Rétablissement de l'APL Accession au 1er janvier 2020 :

Deux ans de perdus pour les familles et l'économie réunionnaises


Publié / Actualisé
C'était un engagement d'Annick Girardin, ministre des outre-mer, le 10 juillet 2019. Il a été confirmé par Emmanuel Macron lui-même lors de son passage dans l'île. Le dispositif d'allocation logement accession initialement supprimé le 1er février 2018 sera définitivement rétabli au 1er janvier 2020 (Photo d'illustration rb/www.ipreunion.com)
C'était un engagement d'Annick Girardin, ministre des outre-mer, le 10 juillet 2019. Il a été confirmé par Emmanuel Macron lui-même lors de son passage dans l'île. Le dispositif d'allocation logement accession initialement supprimé le 1er février 2018 sera définitivement rétabli au 1er janvier 2020 (Photo d'illustration rb/www.ipreunion.com)

Cette allocation avait été réinstaurée dans les outre-mer à titre "temporaire" en 2019 afin de traiter les dossiers en souffrance. Cette mesure devrait cette fois bénéficier à la France dans son ensemble. Un amendement en ce sens a été présenté par la députée LREM Stéphanie Do et a été adopté à l’unanimité par la commission des affaires économiques de l’Assemblée nationale dans le cadre de l’examen du projet de loi de finances 2020, le 23 octobre 2019.

Cette annonce est un vrai soulagement pour les familles et le BTP réunionnais qui ont perdu deux ans à cause d’une décision politique hasardeuse mise en place sans prise en compte (une fois de plus) des spécificités locales.

La fausse bonne idée de la suppression

L’objectif  de cette remise en cause de l'APL accession, à l’origine, était de dégager 50 millions d’euros d’économie par an au niveau national. Après 2 ans de régime sec, seulement 18 millions d’euros annuels ont été économisés, selon les derniers chiffres de la caisse d'allocations familiales (Caf).

Les conséquences ont été immédiates et beaucoup plus néfastes. En ce qui concerne La Réunion, la suppression de l’APL accession a gelé près de 400 dossiers de familles modestes. Pour le monde économique et du BTP, c’est près de 100 millions d’euros en moins injectés ainsi que près de 1 500 emplois menacés, le tout dans un contexte de ralentissement de la commande publique et du chantier de la NRL.

Le rétropédalage gouvernemental

Face à cette situation, le monde économique et politique réunionnais, et plus globalement ultramarin où ce dispositif est une véritable bouffée d’oxygène, s’est massivement mobilisé ces deux dernières années pour réclamer un rétablissement de la mesure.

La ministre des Outre-mer, Annick Girardin, avait dans un premier temps évoqué un " rétablissement temporaire " du dispositif en 2019 avant d’annoncer son rétablissement définitif au 1er janvier 2020. 

Lire aussi : L'APL Accession sera rétablie temporairement en 2019

Lire aussi : Allocation logement accession: beaucoup de personnes ne savent pas qu'elles sont éligibles

Le président de la République, Emmanuel Macron, a confirmé  cet engagement lors de son déplacement sur l’île du 23 au 25 octobre derniers.

Au même moment en Métropole, dans le cadre de l’examen du projet de loi de finances 2019 par la commission des affaires économiques de l’Assemblée nationale, la députée Stéphanie Do a déposé un amendement prévoyant un rétablissement du dispositif pour l’ensemble territoire. Un amendement adopté à l’unanimité et qui sera désormais soumis au vote de  des députés lors de l’examen du texte en plénière.

Plus de mal que de bien

Le rétablissement de la mesure est désormais en bonne voie. On peut néanmoins s’interroger sur ce rétropédalage - salutaire mais tardif -, qui a déjà fait plus de mal à l’économie et aux familles réunionnaises, que de bien au portefeuille gouvernemental.

En effet, dès l’annonce de la suppression de cette mesure, l’entreprise Bourbon Bois dont l’activité dépendait beaucoup du dynamisme de cette aide, faisait part de ses difficultés à poursuivre son activité.

Lire aussi :Les salariés de Bourbon Bois prêts à reprendre l'entreprise

A l’issue de près de deux ans de lutte acharnée menée par les salariés de Bourbon Bois pour sauver leur entreprise face à un directeur qui baissait les bras, la société trouvait un repreneur de ses actifs, mais pas de son fond de commerce, au grand dam de la soixantaine de salariés de l’entreprise emblématique de construction.  http://www.ipreunion.com/actualites-reunion/reportage/2019/07/24/des-dizaines-d-employes-sur-le-carreau-bourbons-bois-la-difficile-reprise-de-l-entreprise-historique,105502.html

Quant aux 122 dossiers en souffrance lors de la liquidation de l’entreprise, une cinquantaine a été transférée à la repreneuse, Morgane Osta. "Je souhaite vraiment remettre le logement social au cœur des préoccupations. Il y a des familles aujourd'hui qui sont dans la misère à cause de ces manquements aux contrats", expliquait-elle dans une interview donnée à Imaz Press Réunion.

Ce sont ainsi deux années de perdues pour bon nombre de familles réunionnaises contraintes de revoir leur plan de financement, voire d’annuler leur projet d’accession à la propriété. Ce sont aussi des millions d’euros qui n’ont pas pu être injectés dans un secteur du BTP extrêmement mal en point, sans compter les emplois laissés sur le carreau.

Ces atermoiements politiques aux coûts économique et social considérables pour notre île, laissent au final un sentiment de gâchis…

Comme d'habitude…

www.ipreunion.com

 

   

Votre avis nous intéresse, soyez le premier à vous exprimer !