Un an après "la purge" :

Soirée d'Halloween : les habitants du Chaudron s'attendent à un retour des violences


Publié / Actualisé
De nombreux riverains craignent une reprise des violences pour le soir d'Halloween ce jeudi 31 octobre. Tout le monde a en tête les dégâts causés par "la purge" l'année dernière, notamment au Chaudron. En 2018, des commerces ont été pillés, des heurts entre jeunes et forces de l'ordre ont éclaté, Halloween est devenu le prétexte à un déchaînement de violences. Si bien que le préfet a pris des dispositions, en renforçant le déploiement des forces de l'ordre et avec davantage de contrôles. Les récentes violences urbaines lors de la venue d'Emmanuel Macron à La Réunion, au Port, à La Possession ou au Chaudron, font également craindre une reprise des échauffourées. Nos journalistes se sont rendus dans le quartier du Chaudron à Saint-Denis pour les interroger sur leurs inquiétudes, bien réelles. (Photo d'illustration)
De nombreux riverains craignent une reprise des violences pour le soir d'Halloween ce jeudi 31 octobre. Tout le monde a en tête les dégâts causés par "la purge" l'année dernière, notamment au Chaudron. En 2018, des commerces ont été pillés, des heurts entre jeunes et forces de l'ordre ont éclaté, Halloween est devenu le prétexte à un déchaînement de violences. Si bien que le préfet a pris des dispositions, en renforçant le déploiement des forces de l'ordre et avec davantage de contrôles. Les récentes violences urbaines lors de la venue d'Emmanuel Macron à La Réunion, au Port, à La Possession ou au Chaudron, font également craindre une reprise des échauffourées. Nos journalistes se sont rendus dans le quartier du Chaudron à Saint-Denis pour les interroger sur leurs inquiétudes, bien réelles. (Photo d'illustration)

Sophie : "C'est fort possible que ça reparte, il faut être vigilant, moi je rentre directement chez moi le soir par exemple. C'est dommage pour l'image du Chaudron. Quand on marche dans la rue on est obligé regarder à droite à gauche, et tout le long on voit des petites troupes le soir."

Gaëlle : "C'est la société qui va payer, y aura toujours des répercussions si y a des dégâts. Ça donne une mauvaise image c'est sûr, et pour La Réunion aussi. C'est une colère que je peux comprendre mais ce n'est pas la meilleure des solutions. Il faut savoir affronter ces difficultés autrement qu'en cassant."

Suzanne : "Je ne vis pas là mais je passe souvent pour faire mes courses. C'est dommage pour le Chaudron si les violences recommencent ce soir. Moi je ne viens que le matin, mais l'après-midi et en fin de journée c'est plus chaud."

David : "Les jeunes s'énervent parce qu'ils ont la rage, leur colère est normale et je suis d'accord avec eux. Même si c'est dommage de brûler oui."

Brunella : "Ça va forcément dégénérer, on l'a vu avec les barricages et l'incendie la semaine dernière. Leur message derrière, je ne le comprends pas forcément. C'est pas la casse qui va arranger tout ça."

Manuella : "J'étais là l'année dernière, j'étais animatrice donc on a fini les activités plus tôt avec les enfants pour fuir la purge. Je pense que ces jeunes font n'importe quoi, ils ne valorisent pas le Chaudron, après tout le monde va encore dire que c'est un quartier chaud. Les parents doivent travailler là-dessus avec leurs enfants."

Guylaine : "Les jeunes ont confondu Halloween avec la guerre, je m'inquiète j'ai peur que ça recommence comme l'année dernière. Ça fait 10 ans que j'habite au Chaudron, et quand je dis que j'habite là, ça fait peur aux gens."

www.ipreunion.com / redac@ipreunion.com

   

1 Commentaire(s)

Joseph, Posté
J'ai parfois discuté avec ces jeunes, beaucoup d'incohérences dans leurs propos, et avec le message suivant qui revient trop souvent, traduit en bon Français bien sûr :
La Société nous a créés, la Société doit payer.
Aux élus de prendre leurs responsabilités, les cochons de payeurs n'en peuvent plus de mettre la main à la poche.