Sondage Imaz Press :

Koz azot : le mouvement des Gilets jaunes est-il voué à disparaître ?


Publié / Actualisé
Ce dimanche 17 novembre 2019, les Gilets jaunes s'apprêtent à "fêter" le premier anniversaire d'un mouvement de contestation inédit à La Réunion. Durant quinze jours, l'île a été paralysée économiquement, les Réunionnais ont vécu au rythme des barrages, blocages et surtout des revendications des Gilets jaunes péi. Un an après, que reste-t-il du mouvement ? L'État et la classe politique locale ont-ils répondu aux attentes de ceux qui les ont pointés du doigt, dénonçant un manque de transparence de leur part, un manque de concertation et d'écoute du peuple ? Les problématiques soulevées par les contestataires, vie chère, monopole, octroi de mer, logement indigne, carburant... sont-elles toujours d'actualité ? Et les Gilets jaunes, plusieurs milliers au pic de la mobilisation, ont-ils fini par se lasser ?
Ce dimanche 17 novembre 2019, les Gilets jaunes s'apprêtent à "fêter" le premier anniversaire d'un mouvement de contestation inédit à La Réunion. Durant quinze jours, l'île a été paralysée économiquement, les Réunionnais ont vécu au rythme des barrages, blocages et surtout des revendications des Gilets jaunes péi. Un an après, que reste-t-il du mouvement ? L'État et la classe politique locale ont-ils répondu aux attentes de ceux qui les ont pointés du doigt, dénonçant un manque de transparence de leur part, un manque de concertation et d'écoute du peuple ? Les problématiques soulevées par les contestataires, vie chère, monopole, octroi de mer, logement indigne, carburant... sont-elles toujours d'actualité ? Et les Gilets jaunes, plusieurs milliers au pic de la mobilisation, ont-ils fini par se lasser ?

Finalement, en un an, qu’est-ce qui a changé ? Que reste-t-il de ce mouvement d’ampleur qui a vu naître bien des espoirs, descendre dans la rue des pères et des mères de famille qui n’avaient jamais manifesté, poussé les élus locaux à prendre conscience des réalités, du quotidien de ces 40% de Réunionnais qui vivent sous le seuil de pauvreté ?

Il aura suffi d’une annonce pour mettre le feu aux poudres : l'augmentation des prix du carburant via la fiscalité liée à la taxe carbone. La goutte d’eau, le ras-le-bol, l’étincelle d’un mouvement inédit. Mais surtout le résultat de plusieurs décennies de politique d’austérité, peu importe les étiquettes politiques. Des mesures sur les volets social et économique qui ont plongé les Réunionnais dans une pauvreté crasse : chômage de masse, minima sociaux... Les Gilets jaunes, c’était aussi une réelle défiance envers la classe politique, à tous les niveaux. Une crise de confiance, la fin de la désillusion.

Des milliers de Réunionnais ont décidé d’arrêter d’être spectateurs de leur vie pour en devenir acteurs. Mais le mouvement citoyen, malgré son ampleur, a dû faire face à plusieurs problématiques. Comment réussir à se structurer, à se concerter, à se rassembler, à parler d’une seule et même voix, à se soulever comme un seul homme quand certains cherchent la lumière? Comment réussir à se faire entendre et à sortir des partis politiques conventionnels quand certains cherchent juste une place ? Comment continuer à faire passer l'intérêt général en priorité quand certains ne voient que leur intérêt personnel ?  C’est sans doute là toute l’une des principales difficultés à surmonter pour un mouvement né sur les réseaux sociaux, qui réunit des personnes de tous les horizons pas toujours habitués à manifester...

Aujourd’hui ne reste qu’une poignée d’irréductibles qui continuent à se mobiliser, à mener des actions comme à l'aéroport de Gillot à l'arrivée d'Emmanuel Macron à La Réunion le 23 octobre dernier. Toutefois, même s’ils ont enlevé leur symbolique habit de militants, de nombreux Réunionnais restent Gilets jaunes dans l’âme. C’est d’ailleurs l’un des enjeux des deux manifestations qui auront lieu dimanche 17 novembre au Tampon et à Saint-Denis, les protestataires seront-ils au rendez-vous ? Aussi nombreux qu’au pic de la mobilisation de novembre 2018 ? C’est la grande inconnue.

S’il y a bien un enseignement à tirer de ces quinze jours de blocage de novembre, c’est que les Gilets jaunes sont imprévisibles, versatiles, insaisissables. Ils ont annoncé qu’il n’y aurait pas de barrage ce dimanche 17 novembre, mais des actions fortes sont prévues...

Ce premier anniversaire permettra de prendre le pouls. Un an après le début du mouvement, les Gilets jaunes sont-ils toujours mobilisés ? Les revendications sont toujours là, les mêmes qu’au début. Mais le mouvement survivra-t-il à l’épreuve du temps ? Arrivera-t-il à trouver sa place ou finira-t-il par s’éteindre ? C’est toute la question...

Comme chaque semaine, vous avez la parole. Donnez votre avis sur Facebook et sur Twitter en répondant à notre sondage du jour : "Le mouvement des Gilets jaunes est-il voué à disparaître ?"

fh / www.ipreunion.com / redac@ipreunion.com

   

1 Commentaire(s)

Tristan, Posté
La révolution américaine a duré 8 ans, la première révolution française a duré 10 ans, la révolution russe 4 ans, certains pays arabes sont en révolution depuis près de 10 ans.
La révolution jaune durera encore, n'en déplaisent aux conservateurs et aux possédants. Elle finira par se traduire dans les urnes, par une convergence des luttes rouges vertes jaunes.
Quant à la Réunion... Il faut vite dégager les incapables au pouvoir depuis trop de temps, leurs piètres résultats devraient nous y aider, la misère n'aidera pas, la corruption et le clientelisme non plus...
Vive les gilets jaunes ! âoe?