Gastronomie péi :

Et si le rougail saucisse bénéficiait d'une reconnaissance européenne ?


Publié / Actualisé
Halte au massacre du rougail saucisse péi ! C'est le cheval de bataille de Sabine Dijoux, cuisinière de renom et auteure du livre "la cuisine de Sabine", qui souhaite porter ce combat au niveau continental, en demandant l'obtention d'un label européen de type Indication Géographique Protégée (IGP) ou Spécialité Traditionnelle Garantie (STG). Cela, afin de protéger le savoir-faire du terroir réunionnais. La Saint-Andréenne compte saisir le Département et la Chambre d'agriculture afin d'avoir leur soutien dans cette bataille administrative.
Halte au massacre du rougail saucisse péi ! C'est le cheval de bataille de Sabine Dijoux, cuisinière de renom et auteure du livre "la cuisine de Sabine", qui souhaite porter ce combat au niveau continental, en demandant l'obtention d'un label européen de type Indication Géographique Protégée (IGP) ou Spécialité Traditionnelle Garantie (STG). Cela, afin de protéger le savoir-faire du terroir réunionnais. La Saint-Andréenne compte saisir le Département et la Chambre d'agriculture afin d'avoir leur soutien dans cette bataille administrative.

Les images montrant du rougail saucisse en conserve ayant davantage l’allure d’un bouillon que d’un vrai rougail,  la recette proposée par un célèbre site de cuisine avec des saucisses entières, ou encore l’innovant "hot dog de rougail saucisse"  ne plaisent pas du tout à la cuisinière profondément attachée à la tradition réunionnaise.

"Quand cela ne concernait que le cercle des particuliers qui préparaient le rougail saucisse à leur manière, ça ne me dérangeait pas. C’est leur droit. Mais maintenant, c’est le monde professionnel qui s’y met. On retrouve des plats portant le nom du rougail saucisse dans les supermarchés alors que la recette est totalement dénaturée. On attaque directement notre plat !", s’emporte Sabine Dijoux qui indique ne pas être dans une démarche strictement personnelle. "J’ai été beaucoup sollicitée par le grand public qui ne supporte plus toutes ces dérives", ajoute-t-elle.

Face à un tel déchaînement contre ce plat emblématique, la cuisinière a décidé de contre-attaquer en demandant l’attribution d’un label européen au célèbre rougail saucisse, soit d’Indication Géographique Protégée (IGP) ou de Spécialité Traditionnelle Garantie (STG).

"L’IGP est liée à un savoir-faire. Elle ne se crée pas, elle consacre une production existante et lui confère dès lors une protection à l’échelle nationale et internationale" peut-on lire sur le site de l’Institut national de l’origine et de la qualité (INAO), en charge d’instruire toute demande de reconnaissance IGP ou STG.

"La Spécialité Traditionnelle Garantie relève d’un usage, d’un savoir-faire, d’une pratique ancienne, typique, particulière nationale, régionale ou locale mais qui peuvent être réalisés en dehors du pays ou de la région de provenance ou de fabrication du produit", peut-on encore lire sur le site. En France, seules les moules de Bouchot bénéficient actuellement de ce label. En Europe, certaines recettes telles que la pizza napolitaine ont aussi cette reconnaissance.

"Nous avons pris contact avec l’INAO qui va nous accompagner au mieux dans nos démarches", précise Sabine Dijoux.

L’obtention d’un label permettrait ainsi de sanctuariser la recette du rougail saucisse et donc d’éviter les massacres dont les Réunionnais sont quotidiennement témoins, à la télévision, sur internet ou encore dans les rayons des supermarchés. Ce serait aussi une reconnaissance nationale et internationale pour un plat emblématique de l’île, fortement apprécié des touristes.

Dans ce combat qui s’annonce long et exhaustif, Sabine Dijoux compte déjà de nombreux témoignages de sympathie. "Beaucoup de personnes m’ont déjà fait part de leur soutien, elles pensent que ce combat est légitime ", note-t-elle. La cheffe cuisinière souhaite aussi avoir l’appui des institutions locales compétentes en matière agricole, le Département et la Chambre d’agriculture, à qui elle vient d’adresser un courrier.

"Nous devons protéger ce patrimoine réunionnais. Nos ancêtres ont bâti La Réunion, notre peuplement et ce que j’appelle le manger réunionnais, dont le rougail saucisse est un des piliers", explique la Saint-Andréenne. 

En attendant de connaître l’issue de la démarche, voici  la recette du rougail saucisse façon Sabine Dijoux :

- 1 kg de saucisses

- 400g d'oignons émincés

- 400g de tomates concassées

- Sel, 2 gros piments

Faire bouillir les saucisses et jeter l'eau. Les découper en morceaux de 3 cm.  Dans  une marmite, faire chauffer l'huile et les frire.  Baisser le feu, roussir les oignons, ajouter les tomates. Laisser cuire jusqu'à réduction.  Rectifier l’assaisonnement.

Au moment de servir, ajouter les gros piments  épépinés et coupés en 4 dans le sens de la longueur, ainsi que de la coriandre fraîche ciselée.

"La quantité de tomate et d’oignon est à mettre selon les goûts de chacun, comme pour les aromates", tient à préciser Sabine Dijoux.

www.ipreunion.com / redac@ipreunion.com

   

13 Commentaire(s)

Moi-même, Posté
Entièrement d'accord avec Taz et Papy.et Mr Naralingom.
Sabine à un grand besoin de reconnaissance, de se faire valoir .
Elle même ayant fait un cassoulet pei ou cuisent dans de la flotte : poulet fumé et haricots.
Elle même se permet de revisiter la recette de cassoulet ..et n'admet pas une "bricole" rajoutée au fameux rougail de saucisses.qui est très gras et pour beaucoup indigeste avec la quantité d'oignons frits .et surtout gros piments.
D'autre part, les :cassoulet,paÃ"lla,blanquette,etc...ont ils des reconnaissances européennes.
Ces derniers plats sont souvent revisités sans que personne ne revendique quoique ce soit .
Joseph, Posté
400 grammes de tomates pour 400 grammes d'oignons, pour moi ça fait un peu trop de tomates, rougaille saucisse trop rouge et en l'eau, pas terrible !
Rougail saucisses, Posté
Et puis koue encore?

Le riz nous produit pas
Le grain nous importe
Le saucisses parfois noi fais
Et zot y veu une reconnaissance pei????
Daupiard Gianna, depuis son mobile, Posté
Merci Mme Dijoux, enfin une recette de rougail saucisses comme nous , on le fait à la maison, le plus qu'on rajoute ce sont les petits piments écrasés dedans et les oignons verts à la place du coriande !
Taz, Posté
Quel ramdam pour un simple rougail saucisse ! Peut-on laisser notre rougail saucisse tranquille un instant ??? D'accord sur le fait que l'on ne doit laisser bafouer ouvertement notre plat péi mais le débat prendre des proportions exponentielles alors qu'il ne dépasse pas le niveau d'un savat' dwa d'pié. En outre, la recette de Madame DIJOUX ne pourra certainement pas faire l'unanimité car où sont passés le piment (du vrai et non du gros ...), le poivre, le thym, l'ail et bien sÃ"r le curcuma. Enfin, quelle proportion de créoles met du cotomili dans son rougail saucisse ??? Là, je vois surtout de la tomate avec des saucisses dont on ne précise même pas si elles sont fraîches ou fumées. A mon sens, si l'on peut volontier dénoncer le saboteur de rougail saucisse, l'assasin qui ne respecte pas du tout et méprise les bases, personne ne peut se prévaloir de détenir l'authentique recette de nout ti pla nasyonal et certainement pas Madame DIJOUX dont la recette ne m'inspire pas du tout.
Totoch, Posté
Je préfère lire des articles sur le rougail saucisse que de lire un article sur nos politiques
Papy 974, Posté
Ne vous en déplaise Mme Dijoux Sabine ... je cuisine le rougail saucisses avec des saucisses boeuf péi ... c'est surtout moins gras que les saucisses de porc ... essayez et vous verrez !
Gueénec, Posté
igp aop? avoir un label est difficile et les pièges sont nombreux avec les normes de fabrication qui sera agréé? gare au procédé de mise en oeuvre hachage embossage fumage risque de monopole et de dénaturation du produit
Volcan974, Posté
Effectivement il y a d autres combats à mener le rougail saucisse restera notre rougail saucisse nout patrimoine
Naralingom, depuis son mobile, Posté
Il semblerait que ce soit de l'acharnement médiatique sur un sujet qui n'intéresse que votre site internet . Honnêtement on s'en tape . Par contre la pollution , les pesticides , la surnatalité locale , l'éducation, ça doit être trop compliqué à traiter ..... (Bonjour et merci pour ce commentaire très constructif. Bien sûr, nous ne traitons jamais les sujets que vous évoquez sur notre site, vous devriez sans doute nous lire plus attentivement... Bonne journée - webmaster)
Derand Guy, depuis son mobile, Posté
moi je dis: BRAVO Sabine!!!
Tu as mon soutien plein et entier!!!
Et j'invite les défenseurs de la Pizza à faire de même si cela les enchante et que les adaptations aportées à la recette initiale de la Pizza ne leurs convient pas!!!
Vrai, Posté
Dans ce cas il serait plus juste que les réunionnais cessent à leur tour de confectionner des PIZZAS, de dénaturer le produit 100% italien en y rajoutant des touches personnelles qui feraient s'effondrer l'empire romain...
Aussi, Heureusement qu'il n'y a pas d'autres combats plus importants à mener. Heureusement que tout va bien à La Réunion et que nous n'avons aucune difficulté au quotidien. Sinon se battre pour le rougail saucisse serait ?????comment dirai- je??

Allez, bon week-end Imaz press..
Doumé, depuis son mobile, Posté
Facile de vouloir protéger ses produits locaux, mais si les réunionnais commençaient par ne pas massacrer les recettes des autres pays comme par exemple, la pizza Sarcive, ou boucané, etc, etc..
charité bien ordonnée commence par soi même.