Semaine de la sécurité des patients :

La Réunion grosse consommatrice d'antibiotiques


Publié / Actualisé
Avec ce message, "Les antibiotiques, ils sont précieux, utilisons-les mieux", les autorités de santé espèrent bien sensibiliser les Réunionnais sur la question des médicaments et leur bon usage. Comme chaque année, une semaine est dédiée aux patients pour aborder des sujets liés à leur sécurité, et favoriser le dialogue entre patients, usagers et professionnels de santé.
Avec ce message, "Les antibiotiques, ils sont précieux, utilisons-les mieux", les autorités de santé espèrent bien sensibiliser les Réunionnais sur la question des médicaments et leur bon usage. Comme chaque année, une semaine est dédiée aux patients pour aborder des sujets liés à leur sécurité, et favoriser le dialogue entre patients, usagers et professionnels de santé.

Cette année, la semaine de la sécurité des patients (SSP) s’inscrit dans le cadre de la semaine mondiale de sensibilisation au bon usage des antibiotiques, l’occasion de promouvoir le bon usage des antibiotiques pour contribuer à lutter contre l’antibiorésistance, véritable fléau de santé publique.

La Réunion est particulièrement exposée au risque d’émergence de résistances bactériennes, un risque accentué par la prise en charge régulière de patients en provenance des îles voisines où ce phénomène semble encore plus important. En 2018, Réunion-Mayotte reste une des régions avec les taux les plus élevés d’entérobactéries multirésistantes, et ce taux continue d’augmenter, même si la courbe tend à s’amortir. La consommation globale d’antibiotique, en 2018, poursuit également son augmentation dans tous les secteurs de courts séjours (médecine, chirurgie et gynéco-obstétrique).

Lire aussi : La Réunion particulièrement exposée au risque d'émergence de résistances bactériennes

Au CHU de Bellepierre, un stand a été installé ce mardi 19 novembre pour informer les patients et visiteurs sur les antibiotiques. Karine Gambarotto est praticienne en hygiène hospitalière : "nous sommes là pour communiquer sur la préservation des antibiotiques, et éviter l'émergence de résistances qui rendent les antibiotiques inefficaces".

Le message reste inchangé depuis des années : "les antibiotiques c'est pas automatique". Le logo national a d'ailleurs été adapté pour un nouveau logo réunionnais. "L'antibiotique n'est efficace que sur les bactéries, et sur aucun autre organisme", rappelle Karine Gambarotto, "il ne marche pas sur les virus, il ne marche pas sur la grippe".

La Réunion "ne fait pas partie des bons élèves"

Selon elle, les patients en prennent de plus en plus conscience, notamment grâce aux campagnes conduites régulièrement. D'autant plus que La Réunion "ne fait pas forcément partie des bons élèves", note la praticienne, "les données statistiques sont difficiles à établir parce que nous sommes une petite région, mais on apparaît comme étant des gros consommateurs. On a une marge de progression, c'est sûr."

La semaine se poursuit jusqu'au 22 novembre 2019. De nombreux ateliers, rencontres avec les professionnels de santé, les patients et les usagers sont organisés dans chaque établissement du CHU de La Réunion et au GHER.

www.ipreunion.com / redac@ipreunion.com

   

Votre avis nous intéresse, soyez le premier à vous exprimer !