Maurice revendique sa souveraineté :

Six mois après la résolution de l'ONU, l'Angleterre refuse toujours de rétrocéder les Chagos


Publié / Actualisé
Il y a six mois jour pour jour, le 22 mai 2019, les Nations Unies condamnaient l'occupation illégale des Chagos par la Grande-Bretagne et demandaient sa rétrocession à Maurice. Ce vendredi 22 novembre, l'échéance arrive à terme, mais le Royaume-Uni n'a, semble-t-il aucune intention de rendre cet archipel à Maurice. (Photo d'illustration rb/www.ipreunion.com)
Il y a six mois jour pour jour, le 22 mai 2019, les Nations Unies condamnaient l'occupation illégale des Chagos par la Grande-Bretagne et demandaient sa rétrocession à Maurice. Ce vendredi 22 novembre, l'échéance arrive à terme, mais le Royaume-Uni n'a, semble-t-il aucune intention de rendre cet archipel à Maurice. (Photo d'illustration rb/www.ipreunion.com)

"Comme le stipule la dernière déclaration ministérielle écrite du Foreign and Commonwealth Office : ‘Le Royaume-Uni n’a aucun doute sur sa souveraineté sur le territoire britannique de l’océan indien (BIOT), qui a été continuellement sous la souveraineté britannique depuis 1814. Maurice n’a jamais obtenu la souveraineté sur le BIOT et le Royaume-Uni ne reconnaît pas sa revendication" peut-on lire dans un communiqué officiel du ministère des affaires étrangères et du Commonwealth britannique, daté du 5 novembre dernier.

Pourtant, il n'y a pas que les Nations Unies qui se sont prononcées sur le sujet, en février, la Cour internationale de La Haye, estimait que le Royaume-Uni avait "illicitement" séparé l'archipel des Chagos de l'île Maurice. Le royaume ne semble en tout cas pas près de rendre l'archipel, dont l'île principale, Diego Garcia, a été transformée en base militaire pour les Etats-Unis il y a plus de 50 ans.

Lire aussi : Chagos: Londres sommé par l'ONU de rendre l'archipel à l'île Maurice

Olivier Bancoult, à la tête du Groupe Réfugiés Chagos, avait annoncé en juillet dernier son intention d'embarquer sur un bateau pour se rendre à Diego Garcia, accompagné d'autres membres du groupe. Le 26 octobre dernier, il a réitéré ses intentions lors d'un discours à la Conférence Idéologique Internationale.

D'après ses dires, il bénéficierait du soutien du gouvernement mauricien pour cette tentative. "Nous n'avons pas à demander la permission pour se rendre sur notre lieu de naissance, et nous avons fini d'attendre que l'Angleterre respecte le droit international" avait-il déclaré.

Une manifestation est prévue devant le Haut-commissariat britannique de Port-Louis, à Maurice, ce vendredi 22 novembre.

Lire aussi : Le Groupe Réfugiés Chagos prévoit de retourner en force dans son archipel

as / www.ipreunion.com / redac@ipreunion.com
 

   

1 Commentaire(s)

Jacques, Posté
"estimant que le Royaume-Uni avait "illicitement" séparé l'archipel des Chagos de l'île Maurice."
Pareil pour la France, qui a illicitement séparé l'île de Mayotte à l'archipel des Comores.
D'ailleurs, ça a été dénoncé maintes fois par le même organisme (ONU), et la France ne bouge pas.
Alors, avant d'aller looker chez le voisin, regarde out kaz !