Roland Garros :

L'aéroport commémore les 90 ans de la première liaison aérienne France-Réunion


Publié / Actualisé
L'aéroport de La Réunion Roland Garros a célébré ce jour le 90ème anniversaire du premier atterrissage d'un avion à La Réunion, le 26 novembre 1929. En présence de Pierre Farman, petit-fils du constructeur de l'avion avec lequel Marcel Goulette, René Marchesseau et Jean-Michel Bourgeois réussirent la première liaison aérienne entre la métropole et notre île, Guillaume Branlat, président du directoire de la Société Aéroportuaire, a souligné que cet anniversaire était également celui de "Gillot".
L'aéroport de La Réunion Roland Garros a célébré ce jour le 90ème anniversaire du premier atterrissage d'un avion à La Réunion, le 26 novembre 1929. En présence de Pierre Farman, petit-fils du constructeur de l'avion avec lequel Marcel Goulette, René Marchesseau et Jean-Michel Bourgeois réussirent la première liaison aérienne entre la métropole et notre île, Guillaume Branlat, président du directoire de la Société Aéroportuaire, a souligné que cet anniversaire était également celui de "Gillot".

En effet, après le premier vol de Goulette, la vocation aéronautique du site de Sainte-Marie, sur un terrain initialement mis à disposition par Philidor Payet, s’est confirmée. En 1933, il accueillait l’aéroclub Roland-Garros, qui est aujourd’hui un des plus anciens de France. En 1946, alors qu’Air France amorçait la desserte commerciale de La Réunion au départ de Paris, en passant par Tananarive, l’aérodrome recevait sa première piste en dur, longue de 1 870 mètres.

Une aérogare éphémère, aux murs de calumets et au toit de paille, était emportée par le cyclone de 1948. La première aérogare en dur lui succédait, en 1951.

En 1967, la piste était portée à 2 670 mètres pour accueillir les Boeing 707. En 1974, Gillot accueillait la base aérienne 181, qui avait été rapatriée de Madagascar l’année précédente et provisoirement installée sur la plaine de La Possession. En 1975, pour accueillir les premiers Boeing 747, une nouvelle aérogare était édifiée au sud de la piste : la première version de l’actuelle aérogare passagers, qui a connu plusieurs extensions jusqu’à aujourd’hui.

En 1993, la piste longue, permettant des vols directs vers la métropole, était mise en service.

Autre temps fort de la séquence histoire du 26 novembre, la conférence " Nous irons jusqu’aux astres. La France berceau de l’aéronautique " par Mario Serviable, géographe.

Un livre et une exposition en 2020, un projet d’entreprise pour raconter l’histoire du développement de l’aéroport

"Alors que nous préparons la construction de la nouvelle aérogare ouest, qui entrera en service en 2022, nous voulons préserver le souvenir de cette histoire déjà longue, pour mieux nous projeter dans l’avenir" a déclaré Guillaume Branlat.

La Société Aéroportuaire a lancé il y a quelques mois un projet qui aboutira en 2020 à la publication d’un livre, accompagnée d’une exposition. Les épisodes du développement de la plate-forme, du terrain agricole épierré en 1929 pour accueillir l’avion de Marcel Goulette jusqu’à la construction du futur terminal passagers, y seront retracés.

Dans ce cadre, la Société Aéroportuaire souhaite mettre en avant les hommes qui ont contribué à transformer un aérodrome improvisé en un aéroport international, le premier de l’Outre-mer.

"Notre histoire a connu ses pionniers et ses grands hommes, ses présidents et ses directeurs, mais elle a surtout été construite et continue d’être écrite par tous ceux qui ont travaillé et travaillent aujourd’hui à l’aéroport, à tous les niveaux de responsabilité" insiste Guillaume Branlat.

   

Votre avis nous intéresse, soyez le premier à vous exprimer !