De janvier à octobre 2019 :

Alcool + zamal + vitesse = 1910 permis retirés


Publié / Actualisé
L'année 2019 n'est pas terminée mais le nombre de permis retirés par les forces de l'ordre est déjà très élevé : au 31 octobre dernier, ce ne sont pas moins de 1910 conducteurs qui se sont vu retiré leur droit de circuler en voiture. Sur l'année 2018, c'était 2161 permis qui avaient été retirés.
L'année 2019 n'est pas terminée mais le nombre de permis retirés par les forces de l'ordre est déjà très élevé : au 31 octobre dernier, ce ne sont pas moins de 1910 conducteurs qui se sont vu retiré leur droit de circuler en voiture. Sur l'année 2018, c'était 2161 permis qui avaient été retirés.

Ces retraits sont systématiquement dus à une surconsommation d'alcool, à des excès de vitesse, ou à la consommation de zamal. "Parfois, ce sont les trois conbinés" souligne le capitaine Jean-Christophe Bellomia, commandant de l'Escadron départemental de sécurité routière (EDSR). "Nos actions sont d'ailleurs principalement axées sur les conduites addictives et dangereuses" précise-t-il.

Chaque fin de week-end, les forces de l'ordre font le même constat : toujours autant d'automobilistes sont contrôlés positif à l'alcool. "Il devient aussi quasi-systématique que l'on contrôle la consommation de drogue" confie le commandant. La police nationale comme la gendarmerie sont d'ailleurs mobilisées chaque semaine pour sécuriser la route.

Des contrôles toujours plus nombreux

"Nous avons significativement augmenté les contrôles, ce qui fait que le nombre de permis retirés augmente lui" explique Jean-Christophe Bellomia. Car il faut savoir qu'une marge d'erreur de 8% s'applique aujourd'hui aux éthylotests, ce qui avait fait baisser pendant un temps le nombre de conducteurs sous emprise de l'alcool. Mais l'augmentation des équipes de sécurité routière ont fait ré-augmenter ce nombre.

Si le nombre de permis retiré sur 2019 est pour l'instant inférieur au total de 2018, Jean-Christophe Bellomia ne doute pas un instant que ce nombre sera surpassé d'ici la fin de l'année. "Il faut bien avouer que ces contrôles sont le seul moyen de mettre fin aux conduites dangereuses : il faut taper dans le portefeuille, sur les points du permis et sur le retrait du véhicule" se désole le capitaine.

Les forces de l'ordre tiennent tout de même à temporiser la situation : la conduite des Réunionnais n'est pas si terrible. "Il y a un certain nombre d'imprudents sur les routes, mais cela reste une minorité. Par contre, il faut souligner les contraintes qu'imposent les routes de l'île : la voiture est nécessaire, et les trajets empruntés sont souvent les mêmes, augmentant les risques d'accident" termine le capitaine Jean-Christophe Bellomia.

as / www.ipreunion.com

   

Mots clés :

    2 Commentaire(s)

    Pascalstandre, Posté
    Zot parier combien presque toute i conduit sans permis Aster quand pu permis faut saisie le l'auto
    Jacques, Posté
    Et alors ???
    Vous analysez la situation ???
    Les gens n'en ont rien à carrer de vos retraits de permis, ils roulent sans.
    Depuis que les prisons sont pleines à craquer, parce que trop peu coercitives, les Juges ne sont plus en capacité de faire leur boulot, et incarcérer ces gens.
    Un rappel à la Loi, et pis c'est tout, roule ma poule, la vie est belle pour ces délinquants !