Un nouvel appel d'offres va être lancé :

NRL : une route digue en cubes comme à Monaco...


Publié / Actualisé
Les transporteurs vont à nouveau rencontrer la Région, la réunion prévue ce mercredi 11 décembre 2019 à la pyramide inversée a été repoussée au lendemain. Six jours après une première réunion avec Dominique Fournel, conseiller régional, ils vont aborder avec la Région la suite du chantier de la Nouvelle Route du Littoral (NRL). Au coeur du dossier : l'approvisionnement en roches massives, nécessaires à la construction de la partie digue. Or le marché en question a été résilié. Selon les informations d'Imaz Press Réunion, un nouvel appel d'offres va être lancé. Il inclut les andains déjà recensés dans les champs de l'île... et des caissons de béton pour remplacer les roches manquantes. Très coûteux, ce procédé technique a déjà été utilisé à Monaco. Les transporteurs pourront travailler sur le chantier, mais à moitié seulement... (Photo d'illustration rb/www.ipreunion.com)
Les transporteurs vont à nouveau rencontrer la Région, la réunion prévue ce mercredi 11 décembre 2019 à la pyramide inversée a été repoussée au lendemain. Six jours après une première réunion avec Dominique Fournel, conseiller régional, ils vont aborder avec la Région la suite du chantier de la Nouvelle Route du Littoral (NRL). Au coeur du dossier : l'approvisionnement en roches massives, nécessaires à la construction de la partie digue. Or le marché en question a été résilié. Selon les informations d'Imaz Press Réunion, un nouvel appel d'offres va être lancé. Il inclut les andains déjà recensés dans les champs de l'île... et des caissons de béton pour remplacer les roches manquantes. Très coûteux, ce procédé technique a déjà été utilisé à Monaco. Les transporteurs pourront travailler sur le chantier, mais à moitié seulement... (Photo d'illustration rb/www.ipreunion.com)

Ce jeudi 12 décembre, les transporteurs prendront une nouvelle fois le chemin de la Région, pour un rendez-vous prévu à 16h. Prévue ce mercredi après-midi, la réunion a finalement été annulée et repoussée au lendemain. Auront-ils davantage de réponses que lors de la dernière rencontre ? Vendredi 6 décembre, ils avaient échangé avec Dominique Fournel, vice-président du Conseil régional délégué aux grands chantiers. Deux heures de discussions à l'issue desquelles aucun engagement concret n'a été pris.

Lire aussi : Rencontre transporteurs / Région : encore une réunion pour rien...

Les revendications des transporteurs sont claires : après la promesse faite le 18 octobre dernier lors d'une table ronde rassemblant tous les acteurs de la NRL de finir le chantier avec des roches locales, ils attendaient des commandes rapides.

Lire aussi : Fin de la table ronde, la digue sera construite avec des roches locales

Depuis, 50.000 tonnes ont été commandées, pas un caillou de plus. La Région affirmait pourtant que 2,6 millions de tonnes d'andains avaient été recensés dans les champs de La Réunion.

Lire aussi : Selon les transporteurs, "des andains il y en a partout, il faut juste les acheter"

Ce mercredi ils aborderont donc à nouveau la question de ces commandes. Mais d'autres nouvelles pourraient bien les surprendre. La presse informait récemment que le marché de la NRL concernant la partie digue avait été résilié par la Région. Un nouvel appel d'offres va donc être lancé, au sein duquel les transporteurs devront trouver leur place.

Impatience de l'Etat

La semaine dernière, Didier Robert s'est rendu à Paris pour une rencontre avec les services de l'Etat. Le message du gouvernement est clair, il est temps que le chantier avance pour de bon. Le président de la République l'a bien fait comprendre lors de sa visite dans l'Océan indien.

"Nous sommes échaudés par le chantier de la route du Littoral à La Réunion où nous n'avons collectivement pas su être au rendez-vous, et parfois aussi la production locale, et les acteurs locaux" avait-il déclaré à Mayotte.

Lire aussi : Chantier de la NRL : "nous n'avons collectivement pas su être au rendez-vous" déclare Macron

A La Réunion, il avait ajouté que "le groupement doit être au rendez-vous de ses responsabilités" et que "ce n'est pas forcément l'Etat qui paiera l'addition".

A l'issue de la rencontre de la semaine dernière entre la Région et l'Etat, une solution a été proposée : lancer un nouvel appel d'offres pour la partie manquante en digue. Ainsi cela confirme que la fin du chantier se fera bien sous la forme d'une digue et non d'un viaduc.

Cet appel d'offres devrait être lancé durant le premier trimestre 2020, probablement durant le mois de mars. Le début de chantier est programmé en 2021 pour une livraison en 2023.

Fabriquer les roches manquantes

Une récente étude de la Safer et de la Région fait état de 2,6 millions de tonnes de roches exploitables dans les champs agricoles de Sainte-Anne. C'est beaucoup mais ce n'est pas suffisant, car la partie digue nécessite plus de 3,5 millions de tonnes de roches.

Par ailleurs, la DEAL doit encore donner son aval concernant l'extraction de ces andains, procédé qui peut renforcer le risque de glissements de terrain. Surtout quand on sait que les aléas climatiques ne sont pas près de s'améliorer…

Il manque donc près d'un million de roches. Et pour ça, la Région a une solution : en "fabriquer", grâce à une technique qui a fait ses preuves à Monaco sur un chantier en juillet 2018. Il s'agit de remplir des "cubes" de béton, des caissons qui sont positionnés en file indienne pour former une digue consolidée. A Monaco, ils pesaient chacun 10.000 tonnes pour 28 mètres de longueur. Le tout a coûté très cher...

Ce projet confirme donc que la Région ne compte plus du tout sur une (très) hypothétique ouverture des carrières. On le sait, l'Autorité environnementale a réclamé une expertise avant d'intégrer Bois Blanc et les Lataniers au schéma départemental de 2010, le Conseil d'Etat a dit non… Bref, les acteurs du chantier ont bien compris qu'il valait mieux s'organiser sans attendre les carrières.

Lire aussi : Bois Blanc : l'Autorité environnementale réclame une expertise préalable

Quid des transporteurs ?

Si les transporteurs attendent déjà d'avoir la garantie de futures commandes d'andains auprès de la Région, pour aller chercher les 2,6 millions de tonnes de roches promises, rien n'est moins sûr concernant leur rôle à jouer pour ces fameux blocs de béton…

Si les cubes ne sont pas fabriqués à proximité du chantier - c'est en général ce qui se passe pour ce type d'ouvrage -, peut-être seront-ils amenés à gérer l'acheminement de ces caissons. Pour le reste nul ne sait. Ce qui est par contre certain est que l'utilisation des blocs conjuguée à un nouveau report du chantier à 2021, va diviser par deux la charge de travail et donc les revenus des transporteurs. Ils risquent de ne pas du tout apprécier...

Un dédommagement à prévoir pour le groupement

Par ailleurs qui dit résiliation de marché dit aussi indemnisation. En effet, le groupement GTOI-SBTPC-Vinci, jusqu'ici maître d'ouvrage du chantier de la NRL, va sans aucun doute attendre un dédommagement à la hauteur de ses attentes. Dans le milieu du BTP, les rumeurs vont bon train, mais réclamer entre 150 millions et 200 millions d'euros ne semble pas impensable.

L'enveloppe du chantier commence donc à peser lourd. Un chantier on le rappelle qui s'élevait au départ à 1,6 milliard d'euros. Qualifiée de l'une des routes les plus chères au monde, la NRL a déjà dépassé les 2 milliards d'euros à ce jour.

Extraire des roches demande une rallonge financière, tout comme le dédommagement auprès du groupement, ou encore la création de ces cubes de béton. Sur la totalité du budget alloué pour le projet de Monaco, la moitié soit un milliard d'euros concernait la partie maritime et les caissons formant une digue de protection. Un nouveau projet qui s'annonce donc coûteux.

Ajoutez à cela le dernier rebondissement en date : la collectivité demanderait la construction de deux murs, un du côté de la Grande Chaloupe, l'autre à La Possession, officiellement pour protéger le chantier pendant la période cyclonique. Plusieurs acteurs craignent que cela signe un arrêt du chantier sur le moyen-long terme. Les murs pourraient coûter 10 millions d'euros...

Lire aussi : NRL : des murs à plus de 10 millions d'euros pour protéger le chantier

A combien s'élèvera la facture des cubes de la NRL ? Contactée, la Région ne nous a pas encore donné d'informations sur le sujet, mais nous a répondu que "les réunions de travail se tiennent actuellement aussi la Collectivité, en lien avec les services de l’Etat, communiquera à la fin de cette période de travail".

Une chose est certaine, le chantier ne cesse d'être onéreux et de s'étirer dans le temps. Toujours plus cher, toujours plus tard...

mb / mm / www.ipreunion.com / redac@ipreunion.com

   

13 Commentaire(s)

Le loser Didier Robert, Posté
Je pense que Fabrice porte un raisonnement fallacieux en effet si le projet viaduc et route digue a été contesté jusqu'en justice c'est la preuve qu'il était mal ficelé qu'il ne tenait pas compte des nouvelles réalités environnementales, qu'il ne tenait pas compte des populations, Didier Robert se pensait encore dans le vieux monde où la population était manipulable, un monde où quelques gros zozos pouvaient décider de tout !
He bien non fabrice ce monde n'existe plus vous feriez bien de le prendre en compte !
Fabrice, Posté
J'enri ! Moi transporteur !!! J'enri

Pour rappel, le projet Tout Viaduc devait coûter plus cher et il n'y aurait eut que 800 emplois !

Le projet avec la Digue, sans les recours de Thierry Robert, Huguette Bello et le ecolobobos, devait coÃ"ter beaucoup moins cher tout en faisant travailler 3000 personnes !

Vous Abto qui vous vous occupez de la Gestion de la Région, vous êtes suffisamment intelligent pour comprendre que ces dépassements et ces retards de livraison sont bien à cause de ces recours ! Comme je l'écrivais antérieurement, il n'y a pas photo, c'est Thierry Robert, Huguette Bello et le écolobobos les responsables des surcoÃ"ts et retards de livraison !
Le responsable c'est Didier Robert, Posté
La situation actuelle de la NRL
Retard,
Pas de ressources en pierre,
Dépassement du budget?
Contrat avec le groupement mal ficelé,
Manipulation des transporteurs,
Enquête du Parquet national financier sur la NRL et la Région,
De tout ces faits se dégagent un sentiment de grande incompétence, de profond amateurisme de la part de celui qui règne sur la pyramide inversée Didier Robert
Ne cherchons pas des responsabilités là où elles ne sont pas!
Didier Robert est le seul responsable de cette échec !
JP, Posté
Et pourquoi ne pas récupérer le remblais de l'actuelle route entre la Grande Chaloupe et Saint Denis, il y a des milliers de tétrapodes là dessous, pas de riverains à déranger, un viaduc quasi terminé et une falaise qui retrouverait son état naturel
MÃ'véLang, Posté
Tipharaon voulait faire plus grand que Kheops, et surtout mieux que Vergès.
Maintenant, ceux qui ont voté pour lui prennent leur responsabilité.
Astrid carton, Posté
Imazpress vous avez eu une belle enveloppe subventionnée de plusieurs millions d'euro ? Racontez nous , contribuables réunionnais (Oui bien sûr nous avons eu 100 000 000 euros ^^ Non, on plaisante, nous n'avons rien demandé et nous n'avons rien eu - Webmaster)
Polo, Posté
Fabrice ton commentaire fait bien rire ! je pense que tu es un de ces transporteur bien gras qui se cache derrière un pseudo !! Quel manger retiré de la bouche des transporteurs ? J'en connais un qui s est acheté une voiture a 150 000 euros et il en a acheté une autre du même prix pour son fils !!! suivez mon regard ! lol! Ces transporteurs sont gavés d argent et ils exploitent leurs salariés, c'est pour eux que tu devrais te battre mon pauvre Fabrice.....Pour info Caroupaye a été condamné plusieurs fois pour magouilles et une fois il a du vendre plus d une dizaine de maisons situées à Riviere du Mat pour payer les dettes !! alors ton pain retiré de la bouche tu comprendras que tu m as bien fait rire !!!!
Atbo, Posté
@Fabrice ; je pense que vous vous trompez de cible là !!!
Qui a donné l'aval au projet sans savoir quels seraient les matériaux nécessaires pour la partie digue ?
Qui a donné le feu vert de debut de chantier dans ces circonstances?
Qui a pesé dans la balance pour changer le projet initial de tout viaduc en route digue partielle ?
Ce que je dis , ce sont des faits et pas du parti pris pour les "écolobobo" et Huguette Bello
Je me préoccupe surtout de la gestion de l'argent public qui est quand même le nÃ'tre... au passage !!
Fabrice, Posté
Merci à Thierry Robert, Huguette Bello et ces FAMEUSES ASSOCIATIONS ECOLOBOBO d'avoir retardé la livraison de ce chantier, d'avoir retirer le manger dans la bouche des transporteurs !
Caillou, Posté
La sécurité de l'homme n'a pas de prix et c'est tant mieux.
Jacques, Posté
Et les roches Malgaches, les andains Mauriciens ?
En plus, pour les andains Mauriciens, ils étaient très contents de pouvoir s'en débarrasser, pour améliorer l'exploitabilité de leurs champs !
LEZÉ, Posté
Amateurisme quand tu nous tiens????
Contribuables..., Posté
Le syndrome Monaco.. commence mite la reunion...attention aux évasions fiscales..!!