Lutte contre la pollution maritime :

Marée noire : collision fictive entre un pétrolier et un palangrier


Publié / Actualisé
Comment faire face à une marée noire ? Dans le cadre du dispositif Orsec, les autorités ont réalisé un exercice d'assistance à un navire en difficulté et de lutte contre la pollution maritime par hydrocarbure. Un exercice construit sur une thématique de collision entre un palangrier et un pétrolier en baie de Saint-Paul, cet exercice a mobilisé les principaux acteurs locaux du domaine (environ 100 participants) sur des thématiques variées de la gestion de crise maritime. Nous publions ci-dessous les communiqués de la préfecture et des Fazsoi.
Comment faire face à une marée noire ? Dans le cadre du dispositif Orsec, les autorités ont réalisé un exercice d'assistance à un navire en difficulté et de lutte contre la pollution maritime par hydrocarbure. Un exercice construit sur une thématique de collision entre un palangrier et un pétrolier en baie de Saint-Paul, cet exercice a mobilisé les principaux acteurs locaux du domaine (environ 100 participants) sur des thématiques variées de la gestion de crise maritime. Nous publions ci-dessous les communiqués de la préfecture et des Fazsoi.

Les 18 et 19 décembre 2019, dans le cadre du dispositif Orsec maritime, le préfet de La Réunion, délégué de l'action de l'Etat en mer, assisté du commandant de zone maritime sud océan Indien a organisé un exercice d’assistance à navire en difficulté (Aned) et de lutte contre une pollution maritime par hydrocarbure (Polmar) en mer avec :

• la direction de la mer sud océan Indien ;
• le centre régional opérationnel de surveillance et de sauvetage de la Réunion (Cross Ru) ;
• l’état-major interarmées des Fazsoi ;
• le bâtiment de soutien et d’assistance outre-mer (Bsaom) Champlain ;
• l’hélicoptère Panther de la marine nationale ;
• la cellule anti-pollution de la base navale de Port-des-Galets ;
• la direction de l’environnement, de l’aménagement et du logement.

Préparé en étroite relation avec la préfecture de La Réunion et l’ensemble des services de l’Etat, cet exercice a permis de remplir trois objectifs majeurs :
• préparer les équipes gestion d’incident (CROSS Réunion/ EMIA FAZSOI) et de crise (centre opérationnel de la préfecture) au traitement d’un évènement de mer majeur ;
• améliorer la prise en compte de la gestion l’interface terre – mer dans ce type d’incident ; - entraîner les acteurs de la lutte contre une pollution maritime.

Au niveau opérationnel, la journée du 18 décembre a été marquée par l’hélitreuillage d’une équipe d’évaluation et d’intervention (EEI) par l’hélicoptère Panther (36F) à bord du BSAOM2 Champlain engagé comme navire plastron. Un inspecteur de la sécurité des navires, un pilote maritime et un marin de la base navale Port-des-Galets ont ainsi pu réaliser un premier bilan des dégâts occasionnés sur la coque et les soutes du navire.

L'exercice s'est poursuivi le 19 décembre avec la mise en œuvre depuis le Bsaom Champlain du matériel anti-pollution de la base navale Port-des-Galets et la mise en oeuvre du matériel antipollution de la base navale à partir du Bsaom Champlain (simulation d’une nappe par du son de riz, confinement puis récupération).

   

Votre avis nous intéresse, soyez le premier à vous exprimer !