Pas de pause pour les vacances :

Retraites : la réforme qui a fait redescendre La Réunion dans la rue


Publié / Actualisé
Les vacances sont là, mais la lutte ne s'essouffle pas. C'est en tout cas ce que garantissent les syndicats, alors que la mobilisation contre la réforme des retraites a atteint des sommets que l'on n'avait plus vu depuis longtemps. (Photo d'illustration rb/www.ipreunion.com)
Les vacances sont là, mais la lutte ne s'essouffle pas. C'est en tout cas ce que garantissent les syndicats, alors que la mobilisation contre la réforme des retraites a atteint des sommets que l'on n'avait plus vu depuis longtemps. (Photo d'illustration rb/www.ipreunion.com)

Environ 6.000 personnes dans la rue le 5 décembre dernier, 5.000 le 18… Des chiffres que La Réunion n'avait pas connus depuis longtemps maintenant. Même au niveau national, les chiffres ont oscillé entre 700.000 et 1,8 million selon les forces de l'ordre et les syndicats.

Il faut dire que cette réforme a su secouer même les syndicats les plus réformistes : la CFDT, originellement favorable à la réforme, a rejoint les rangs de l'intersyndicale pour la dernière marche organisée.

A Saint-Denis comme à Saint-Pierre, la population a donc répondu présente pour dire "non" à cette réforme. Chose encore plus inédite, c'est toutes les générations qui étaient représentées lors de la mobilisation du 18 décembre. En tête de cortège : des lycéens, inquiets pour leur futur et celui des générations plus vieilles.

Enseignants, personnels médicaux, retraités, militants écologistes, étudiants, dockers, travailleurs du BTP, Gilets jaunes… La manifestation avait des airs de convergence des luttes. Mais les vacances sont là, et le calendrier est à présent flou.

Une colère qui gronde

Pas question d'arrêter les manifestations malgré ce repos austral, assurent cependant les syndicats. Si aucune action claire n'a été décidée, la mobilisation n'est pas finie, c'est une garantie. Du côté de Force ouvrière, on craint même une escalade de la violence si cette réforme devait passer. "Il y a un moment où la colère de la population va être telle qu'il ne faudra malheureusement pas s'étonner si les choses dégénèrent" se désole Jean-Paul Paquiry, de la FO.

Reste à voir si les prochaines mobilisations réussiront à fédérer comme les autres, alors que le gouvernement se dit prêt à reculer sur l'âge pivot. Si c'était le cas, la CFDT risquerait alors de se retirer de l'intersyndicale, et la manifestation perdrait à nouveau en poids.

as / www.ipreunion.com / redac@ipreunion.com

   

Mots clés :

    4 Commentaire(s)

    Mi, Posté
    Votre titre devrait être au présent. Ce n'est pas fini. Et même si Micron reculait l'âge pivot, c'est trop tard. Et ce n'est pas ça le problème. Le 1!0, c'est la retraite à points. Qui plonge le peuple dans la précarité et l'incertitude.
    Sceptique, Posté
    Est-ce que les profs vont descendre dans la rue début janvier .... Mais non je suis bête ils sont en vacances....
    Jojo, Posté
    La cfdt ne compte pas vraiment : ce sont les laquets du medef et ils ont déjà montré dans le passé qu'ils sacrifiaient volontiers nos acquis pour faire plaisir au patronat (sans que la situation générale ne s'améliore ! ben oui, si tout d'un coup y'a du mieux aller, les politiques de casse sociales n'ont plus de justification, et le but du grand patronat c'est d'affaiblir le plus possible la société pour éradiquer toute résistance à leur pouvoir...).
    La cfdt va se retirer, mais pour autant cela ne changera rien à la colère... ce gouvernement joue contre le peuple pour favoriser les fonds privés d'investissement et les assurances : cela va mal finir dans ce pays... il est plus que temps d'agir car plus on les laisse, plus ils nous appauvrissent, plus on devient fragiles et impotents...
    Caillou, Posté
    Attention aux erreurs. La 2eme grande manifestation c'était le mardi 17 et non le 18. Lol