Sécurisez vos animaux domestiques :

Pétards et feux d'artifice : encore de nombreux chiens et chats perdus


Publié / Actualisé
Chaque année c'est la même rengaine : avec les fêtes de fin d'année, les pétards et les feux d'artifice sont rois, et de nombreux animaux domestiques, paniqués, disparaissent dans la nature. Dès le lendemain du réveillon de Noël, les petites annonces de chiens et chats perdus ou trouvés affluent sur internet. Encore cette année, des dizaines d'animaux sont recherchés par leurs propriétaires. Les associations de protection animale sont les premières à tirer la sonnette d'alarme et à multiplier les conseils pour sécuriser son compagnon à quatre pattes les soirs de fête. (Photo d'illustration rb/www.ipreunion.com)
Chaque année c'est la même rengaine : avec les fêtes de fin d'année, les pétards et les feux d'artifice sont rois, et de nombreux animaux domestiques, paniqués, disparaissent dans la nature. Dès le lendemain du réveillon de Noël, les petites annonces de chiens et chats perdus ou trouvés affluent sur internet. Encore cette année, des dizaines d'animaux sont recherchés par leurs propriétaires. Les associations de protection animale sont les premières à tirer la sonnette d'alarme et à multiplier les conseils pour sécuriser son compagnon à quatre pattes les soirs de fête. (Photo d'illustration rb/www.ipreunion.com)

Sur Pet Alert, Pattes en cavale ou autre type de groupe Facebook pour animaux perdus, ce sont des dizaines et des dizaines d'annonces qui affluent depuis le réveillon de Noël, photos à l'appui. Des chiens et des chats qui pour beaucoup se sont enfuis à cause des feux d'artifice et des pétards.

Célie, l'une des modératrices de la page Pattes en cavale, compte "entre 50 et 100 annonces rien que pour les pétards" depuis Noël. Les annonces des animaux perdus ont commencé à être publiées dès le 24 décembre. "Des chiens et chats perdus, trouvés, signalés... et parfois des animaux retrouvés morts sur le bord de la route aussi."

Lire aussi : Fé pa pèt pétar ninporte koman

Chaque année c'est le même constat, selon elle. "J'ai l'impression de voir plus d'annonces d'année en année. Les gens sont plus informés donc ils pensent davantage à publier leur annonce, mais le phénomène est le même" nous dit-elle.

Heureusement les annonces fonctionnent relativement bien et près de 80% des chiens et chats sont retrouvés par leur propriétaire. "Il faut savoir que ces animaux sont très perturbés par le bruit, surtout les chiens, ils partent effrayés de chez eux et peuvent finir très loin." Un chien peut aller jusqu'à sauter un mur de 2 mètres s'il est paniqué.

Selon Astrid Puissant de L'Arche de Noé, une fois l'animal perdu il faut "penser à le chercher en voiture la nuit, car s'il est craintif il sortira parfois 3 à 4 jours plus tard et surtout la nuit. Les animaux reconnaissent généralement le bruit du moteur de la voiture de leur maître".

Une ouïe 7 fois plus fine que l'être humain

Les chiens et les chats ont une ouïe particulièrement fine, "6 à 7 fois plus développée que l'être humain, c'est pour cette raison que les explosions des pétards et des feux d'artifice les affolent complètement" nous explique Bertrand Chevalier, administrateur de la SPA de La Réunion.

L'impact du bruit peut être fatal pour les bêtes. Caroline Baroche, la présidente de l'association RPA (Réunion protection animale) le voit bien chaque année : "les explosions de pétards ou de feux d'artifice ont des effets très néfastes sur l'animal : des crises cardiaques, des crises d'épilepsie, des problèmes d'ouïe..." Selon elle, cette période est la plus chargée pour les vétérinaires. "C'est là qu'ils voient les cas les plus graves. De nombreux animaux s'enfuient effrayés et finissent percutés sur la route. Nous on en retrouve plein avec des fractures."

De nombreux animaux perdus non identifiés

Bertrand Chevalier le dit et le redit : "identifiez vos animaux. Sans identification, ils sont récupérés par la fourrière, qui a l'obligation de les garder pendant 4 jours ouvrés. Au-delà, les chiens et les chats sont euthanasiés." Un délai plus court qu'en métropole, en raison de la surpopulation animale. "Nous à la SPA nous avons 32 places à Sainte-Marie et 24 au Tampon et on ne peut hélas pas en accueillir plus..."

Célie de Pattes en cavale se désole de constater également que "beaucoup d'animaux perdus ne sont pas identifiés, seulement la moitié. On conseille de mettre au moins un collier". L'identification, pourtant obligatoire, n'est pas toujours respectée mais il existe des moyens peu coûteux d'apposer son nom sur l'animal : "au moins un collier tout simple avec un numéro écrit au feutre" propose Caroline Baroche de RPA. "Dans les animaleries, on propose également des médailles à 10 euros."

Confiner son animal pour éviter le pire

Premier conseil des associations : garder son animal à l'intérieur. "Même s'il n'a pas l'habitude de rentrer, c'est le moment de faire une exception" nous dit Caroline Baroche. "Il faut au moins le mettre dans un garage, mais surtout pas à l'extérieur."

Par ailleurs, interdiction formelle d'attacher son chien. "Sinon ils s'étranglent !" explique Bertrand Chevalier. "On a déjà eu des cas d'étranglements où il a fallu emmener l'animal chez le vétérinaire" ajoute Caroline Baroche.

Astrid Puissant, du refuge L'Arche de Noé, apporte elle aussi son lot de conseils : "un chien ou un chat pris de panique est globalement ingérable, il faut donc le sécuriser une petite heure avant l'événement car à minuit pile, tout le quartier s'enflamme". Tout est une question d'anticipation selon elle, "pour un chien ou un chat habituellement libre dans sa maison ou son jardin, une bonne astuce consiste à l'enfermer trois jours avant pendant une demi-heure dans une pièce ou le garage avec un t-shirt ou un vêtement à vous pour l'habituer. Il comprendra que lorsque vous l'enfermez c'est ponctuel et qu'il ressortira. Le soir en question il acceptera cela bien plus facilement."

Lire aussi : Ne perdez pas vos toutous et vos minous

Une autre astuce, si vous êtes amenés à sortir de chez vous, peut aussi être de laisser de la musique ou la télévision allumée, pour donner une impression de présence. "Le mieux étant de faire le Nouvel An chez soi si on a un animal, pour rester auprès de lui et le rassurer", estime Caroline Baroche. Pour le calmer, il est également possible d'administrer un calmant, qui coûte 2 à 3 euros chez le vétérinaire. Des huiles essentielles relaxantes sont aussi disponibles en pharmacie.

Une campagne pour mieux sensibiliser ?

Un décret a été publié récemment par la préfecture pour limiter l'usage des pétards, mais selon les associations c'est loin d'être suffisant. "Il n'y a aucun contrôle de ce décret", se désole Bertrand Chevalier. "Les ventes sur la voie publique continuent, on en voit partout des vendeurs de pétards ! La préfecture se lave les mains avec cet arrêté mais il faut que des policiers ou des gendarmes en vérifient l'application."

Lire aussi : La vente de pétards et feux d'artifices interdite dans la rue

Pour Caroline Baroche, "le mieux serait évidemment d'interdire les feux d'artifice mais c'est impossible. L'idéal serait de ne plus en vendre au public, mais simplement l'autoriser en mairie où c'est vraiment encadré". Mais le pétard est un vrai business et il a encore de beaux jours devant lui.

"Il faudrait faire une campagne là-dessus", estime la présidente de RPA. "Un peu comme on l'a fait pour la stérilisation ou l'identification... il faut que les intercommunalités communiquent à ce sujet pour que les propriétaires fassent plus attention." Vous êtes prévenus à l'approche du Nouvel An : attention à vos animaux.

mm / www.ipreunion.com / redac@ipreunion.com

   

1 Commentaire(s)

Jose, Posté
On s'en fout de tout ça, le bruit, la pollution, les saletés, les nuisances aux autres y compris les animaux...
Sa nout kiltir, sat lé pa kontan, rant zot kaz !