Des peines de prison ferme ont été prononcées :

Mayotte : plusieurs jours de violences entre jeunes et forces de l'ordre


Publié / Actualisé
Ce vendredi 27 décembre 2019, le procureur de Mayotte fait le point sur les suites judiciaires données aux procédures de "participation à attroupement armé et de violences sur personnes dépositaires de l'autorité publique", dans l'île aux parfums. Cela concerne des faits commis ces derniers jours sur le territoire de la commune de Koungou. Durant plusieurs semaines, ville a été le théâtre d'affrontements entre jeunes et forces de l'ordre "se manifestant par des attroupements d'individus armés principalement de pierres, agissant parfois à visages dissimulés et s'opposant à l'action des militaires de la gendarmerie nationale" explique le procureur, dont nous publions le communiqué ci-dessous (Photo d'illustration rb/www.ipreunion.com)
Ce vendredi 27 décembre 2019, le procureur de Mayotte fait le point sur les suites judiciaires données aux procédures de "participation à attroupement armé et de violences sur personnes dépositaires de l'autorité publique", dans l'île aux parfums. Cela concerne des faits commis ces derniers jours sur le territoire de la commune de Koungou. Durant plusieurs semaines, ville a été le théâtre d'affrontements entre jeunes et forces de l'ordre "se manifestant par des attroupements d'individus armés principalement de pierres, agissant parfois à visages dissimulés et s'opposant à l'action des militaires de la gendarmerie nationale" explique le procureur, dont nous publions le communiqué ci-dessous (Photo d'illustration rb/www.ipreunion.com)

"Ces événements ont eu des conséquences de manière générale sur l'ordre public mais plus particulièrement sur la sécurité des citoyens subissant des agressions gratuites, des détériorations de leurs biens ou des entraves à la circulation.

Ces agissements ont également conduit les gendarmes mobiles à mener des actions de rétablissement de l'ordre dans des conditions particulièrement difficiles les mettant physiquement en danger avec plusieurs militaires blessés au cours de leur intervention.

Le dispositif mis en place par la gendarmerie nationale sur la commune de Kougou a permis l'interpellation de 7 personnes en flagrant délit (quatre mineurs et trois majeurs) depuis le 21 décembre 2019. Les suites judiciaires réservées à ces interpellations sont les suivantes :

- Un mineur de 12 ans né à Bambao  aux Comores a été présenté au juge des enfants et mis en examen pour participation à attroupement armé et violences aggravées, mise en examen renforcée par des mesures éducatives justifiées par le jeune âge de l'intéressé.

- Deux autres mineurs plus âgés, l'un âgé de 14 ans né à Anjouan aux Comores et l'autre âgé de 17 ans né à Ambanja  à Madagascar ont également été présentés au juge des enfants et mis en examen pour participation à attroupement armé et violences aggravées. Ils ont fait l'objet d'un placement sous contrôle judiciaire.

- Un mineur âgé de 15 ans né à Majunga  à Madagascar a bénéficié suite à sa présentation devant le juge des enfants du statut de témoin assisté dans l'attente d'investigations plus poussées.

- Les trois individus majeurs (l'un né à Mayotte et les deux autres nés aux Comores) poursuivis pour des faits similaires ont fait l'objet d'une comparution immédiate ayant conduit, lundi 23 décembre 2019, pour l'un d'entre eux au prononcé d'une peine ferme de deux mois d'emprisonnement avec mandat de dépôt. Les deux autres individus ont comparu cette après-midi devant le tribunal correctionnel. Ils ont été condamnés pour les faits reprochés à 5 mois d'emprisonnement ferme pour l'un et à une peine de 105 heures de travail d'intérêt général pour l'autre".

   

3 Commentaire(s)

Akainu, Posté
Lamentable les peine... c'est limite de l'encouragement pour recommencer de plus belle, il passe juste par la case prison pour attester de leur pedigree...
Le fameux procureur ferai mieux de rester chez lui, sous clim si c'est pour faire ce sortir de genre de rendu...
Momo, Posté
Ces sanctions ne sont pas à la hauteur des faits. Ils recommenceront de plus belle. Il faut des sanctions exemplaires de manière à ce que les autres gamins comprennent qu'ils seront punis.
Pirouet, Posté
Voila ce que vivent les mahorais avec l'immigration. Aucunes mesures pour les renvoyer chez eux