50 migrants sri lankais :

Ils se dirigeaient vers La Réunion, leur bateau intercepté


Publié / Actualisé
Ce jeudi 2 janvier 2020, la Marine sri lankaise a fait le bilan de l'année écoulée au cours d'une conférence de presse. Il a, notamment, été question du trafic d'êtres humains qui gangrène le pays, en dix ans, 4763 personnes ont tenté d'émigrer illégalement. La Réunion a été au coeur de la conférence, en 2019, notre île est devenue la destination privilégiée des réseaux de trafics d'êtres humains, détrônant ainsi l'Australie. Il y a encore quelques jours, un navire qui tentait de rejoindre La Réunion a été intercepté. (photo d'illustration rb/www.ipreunion.com)
Ce jeudi 2 janvier 2020, la Marine sri lankaise a fait le bilan de l'année écoulée au cours d'une conférence de presse. Il a, notamment, été question du trafic d'êtres humains qui gangrène le pays, en dix ans, 4763 personnes ont tenté d'émigrer illégalement. La Réunion a été au coeur de la conférence, en 2019, notre île est devenue la destination privilégiée des réseaux de trafics d'êtres humains, détrônant ainsi l'Australie. Il y a encore quelques jours, un navire qui tentait de rejoindre La Réunion a été intercepté. (photo d'illustration rb/www.ipreunion.com)

Le 30 décembre dernier, un nouveau navire de pêche a été intercepté à Trincomalee par les autorités sri lankaises. À bord du bateau, 50 personnes. 31 hommes, 6 femmes, 7 enfants et 6 membres d’équipage. Ils planifiaient de prendre la mer pour se rendre à La Réunion. Selon la Marine, les passeurs auraient réclamé 500 000 roupies par passager pour ce voyage périlleux, l’équivalent d’environ 2 450 euros. Une somme considérable, au Sri Lanka, le salaire moyen est de 229,88 euros (dans la capitale, Colombo).

Lire aussi : Migrants : "plusieurs filières criminelles" s'organisent

Lire aussi : migrants - les trois passeurs présumés indonésiens renoncent à faire appel

Au total, les autorités sri-lankaises indiquent que 211 migrants ont rejoint La Réunion illégalement en 2019. 166 d’entre eux ont été rapatriés dans leur pays d’origine. Par ailleurs, 164 personnes ont été interceptées par la Marine sri lankaise alors qu’elles projetaient de se rendre à La Réunion.

Pour faire face à ce phénomène, la Marine sri lankaise indique être maintenant mieux équipée notamment avec des outils de haute technologie et des bateaux pour intercepter et détecter les navires qui tentent de partir illégalement. Il est également précisé que les autorités sri lankaises entretiennent de bonnes relations avec l’office de la lutte contre la drogue et le crime des Nations unies et coopèrent avec les autorités australiennes et françaises par via des canaux diplomatiques.

Pour finir, le message adressé aux candidats à l’émigration est que prendre la mer sur ces petits navires sous-éuipés est risqué. Le rappel de la mésaventure d’un bateau dans lequel se trouvaient 40 personnes qui avait été pris d’un problème technique et s’était retrouvé à dériver en haute mer durant plusieurs jours avant d’être secouru est censé dissuader les potentiels candidats à l’émigration.

fh / www.ipreunion.com / redac@ipreunion.com

   

Votre avis nous intéresse, soyez le premier à vous exprimer !