Dix ans d'actualité :

Gilets jaunes, NRL, attentats, migrants... ces évenements qui ont marqué la décennie 2010-2019


Publié / Actualisé
Le 31 décembre dernier, les douze coups de minuit ont sonné la fin de l'année 2019 mais aussi celle d'une décennie riche en actualités fortes. Imaz Press a dressé la liste, non exhaustive, de ces moments qui ont laissé une trace dans la mémoire collective de l'île. La suite des événements qui ont marqué la décennie est à retrouver sur notre site demain matin, lundi 6 janvier 2020 (Photos rb/www.ipreunion.com)
Le 31 décembre dernier, les douze coups de minuit ont sonné la fin de l'année 2019 mais aussi celle d'une décennie riche en actualités fortes. Imaz Press a dressé la liste, non exhaustive, de ces moments qui ont laissé une trace dans la mémoire collective de l'île. La suite des événements qui ont marqué la décennie est à retrouver sur notre site demain matin, lundi 6 janvier 2020 (Photos rb/www.ipreunion.com)

• Gilets jaunes, le début de la contestation citoyenne

Fait incontournable : les Gilets jaunes. Le mouvement citoyen entamé le 17 novembre 2018 a fait descendre dans la rue des milliers de Français, les Réunionnais ont suivi le mouvement avec ardeur. L'île a été paralysée durant quinze jours. Axes routiers bloqués, économie en berne, des actions coup de poing qui traduisent le mal-être profond d’une population qui se sent méprisée par les décideurs. En marge du mouvement des Gilets jaunes, des violences urbaines ont éclaté plusieurs nuits consécutives, le préfet a alors instauré un couvre-feu. Cette grogne populaire a cassé les codes et forcé la classe politique à se remettre en question. Pour le moment, l’impact de cette contestation venue de la rue est encore difficile à estimer mais les élections municipales de mars 2020 pourraient permettre d’en prendre un peu plus la mesure.

Lire aussi : seize jours d'un mouvement social sans précédent

Lire aussi : oser croire que les Réunionnais se rendormiront gentiment est une erreur

• La fin du Tram train et le début du chantier de la Nouvelle route du littoral

Nous sommes le lundi 31 mai 2010, dans un communiqué, le conseil régional annonce que "conformément aux engagements contractuels de la collectivité avec le groupement, la Région a demandé une nouvelle participation de l'Etat pour ce supplément nécessaire, à hauteur de 80 millions d'euros par an pendant 45 ans. En l'absence de ce financement, la Région constatera la caducité du marché avec la société Tram'Tiss. Le chef du Gouvernement a répondu défavorablement à cette nouvelle demande en indiquant que celle-ci ne figure pas dans les Accords de Matignon signés en janvier 2007".  Le projet tram-train est bel et bien enterré. La collectivité annonce donc logiquement la fin du projet de chemin de fer à 20 heures ce lundi 31 mai 2010, heure limite à laquelle expire le délai accordé à la Région pour obtenir de l'Etat une dotation ferroviaire de 80 millions d'euros par an pendant 45 ans.

Lire aussi : la Région confirme par courrier la fin du tram-train

Lire aussi : Run rail : Paul Vergès avait monté le projet, Didier Robert n'en voulait pas

L'arrêt du projet tram-train est la première décision marquante prise par Didier Robert à son arrivée à la tête de la pyramide inversée. La seconde sera de lancer son projet phare : la Nouvelle route du littoral.

Le jeudi 15 avril 2010 à Paris, la rencontre entre le Premier ministre, François Fillon, et le président de Région fraîchement élu, Didier Robert a débouché sur la validation par le chef du gouvernement d'une nouvelle répartition des fonds promis par les accords de Matignon, annonce ce jeudi soir le Cabinet de la Région. Selon cette nouvelle affectation 1,4 milliard d'euros sont maintenant attribués à la nouvelle route du littoral sans péage et intégrant les voies réservées au TCSP (transports en commun en site propre). 250 millions d'euros iront à ce TCSP étendu à toute l'île et 300 millions d'euros seront affectés au développement des aéroports de Roland Garros et de Pierrefonds. Le tram-train est exclu de ces nouveaux accords.

Lire aussi : 1,4 milliard pour la route du littoral, exit le tram-train

Lire aussi : Nouvelle route du littoral : ils courent, ils courent, les recours...

Lire aussi : Bois-Blanc : une chaîne humaine de 5000 personnes pour dire non à la carrière

Lire aussi : Nouvelle route du Littoral : vous n'êtes pas près de rouler dessus !

• La France face aux attentats

Il y a eu les attentats de Charlie Hebdo le 7 janvier 2015, la liberté de la presse a été atteinte en plein coeur. Quelques mois plus tard, les attentats de Paris le 13 novembre 2015, la France découvre les tueries de masse, un mode de vie est visé, une liberté, une insouciance. 131 personnes perdent la vie et plus de 400 sont blessées. Et le 14 juillet 2016, les attentats de Nice, 86 personnes sont tuées par un homme radicalisé au volant d'un camion fou. Le territoire hexagonal fait face à l'une des pires séries d'attentats de notre histoire conteemporaine. La Réunion n'est pas épargnée, la radicalisation ronge notre département, Naîl Varatchia surnommé "l'Égyptien" endocrine des jeunes pour les envoyer faire le jihad, il est interpellé le 2 juin 2015, écroué à Domenjod avant d'être transféré à Paris et d'y être jugé et de revenir à La Réunion.

Jérôme Lebeau, lui, se serait auto-radicalisé. Le 27 avril 2017 au domicile familial de Saint-Benoît, il ouvre le feu sur des hommes du Gipn venus l'interpeller. Deux policiers sont légèrement blessés. Le jeune radicalisé est mis en examen pour "tentatives de meurtres sur personnes dépositaires de l'autorité publique en relation avec une entreprise terroriste" et sa mère pour "association de malfaiteurs terroriste criminelle. Ils sont alors écroués à Domenjod avant d'être transférés en Métropole. Puis de revenir sur l'île. Ils devraient être prochainement jugés par la Cour spéciale de Paris.

• Crise requin :11 personnes tuées en 8 ans

Depuis 2011, La Réunion est enlisée dans une crise requin qui ne trouve pas d'issue. Par mesure de précaution, un arrêté préfectoral pris en 2013 est, chaque année, renouvellé. Il interdit la baignade et la pratique des activités nautiques en dehors du lagon. 24 attaques de requin depuis la recrudescence des attaques en 2011. 11 d'entre elles ont été mortelles et plus de la moitié concernent des surfeurs ou des bodyboardeurs.

Lire aussi : crise requins : 11 personnes tuées en 8 ans

• Des migrants sri lankais débarquent à La Réunion

La première fois que les Réunionnais entendent parler de ce phénomène, c'est le 21 mars 2018, six sri-lankais sont secourus au large de Saint-Gilles à bord d'un radeau bricolé. Les migrants, tous des hommes affirment avoir passé une vingtaine de jours à bord du rafiot. Puis tout s'accèlère, après ce premier bateau, ce sont cinq autres navires qui arriveront à La Réunion avec jusqu'à 120 personnes à leur bord.

Les complotistes voient là l'ombre du "grand remplacement" planer sur La Réunion, certains s'insurgent contre ces personnes venues trouver refuge sur notre île.  La majorité des arrivants sont des hommes majoritairement mais aussi des femmes et des enfants. À chaque fois, ils demandent l'asile et affirment fuir les exactions en cours dans leur pays où certains seraient victimes de persécution, à cause de leur religion ou parce-qu'ils sont des dissidents politiques. Et à chaque fois, c'est une véritable bataille juridique qui s'engage, les avocats utilisent jusqu'au dernier recours pour que les migrants puissent restés à La Réunion mais souvent, cela ne fonctionne pas. La plupart d'entre eux est renvoyée au Sri Lanka, ils seraient environ une quarantaine à être toujours à La Réunion. Le dernier bateau de migrants sri-lankais est arrivé le 13 avril dernier à Sainte-Rose.

• Une saison cyclonique 2017-2018 mortelle

Le premier cyclone de la saison, Ava, avait frappé violemment Madagascar. À La Réunion, fortes pluies et forte houle s'abattent sur le département. Le 13 janvier 2018, le cyclone Berguitta provoque des inondations dans l'île, des rafales de vent et une forte houle. Le sud de l'île paie le plus lourd tribut, l'état de catastrophe naturelle est reconnu dans plusieurs communes sudistes. La route de Cilaos, déjà fragilisée par le passage d'Ava subit plusieurs éboulements. S'en est suivi le cyclone d'eau Dumazile, il a entraîné dans son sillage de fortes pluies et une forte houle mais à La Réunion, le niveau d'alerte n'a pas dépassé la pré-alerte cyclonique. Puis arrivera Fakir, une forte tempête tardive, rapide et meurtrière. Un jeune couple sera emporté par une coulée de boue. Fakir, c'est aussi le météore qui a suscité une polémique et remis en cause le système d'alerte en cas de cyclone.

Lire aussi : l'heure du constat et de la reconstruction

• Importants éboulements sur la route du littoral

Le lundi 14 novembre 2016, deux éboulis se sont produits sur la route du Littoral, en l'espace d'une trentaine de minutes. La chute de pierres a touché plusieurs véhicules. La direction des routes a pris la décision de fermer la route dans les deux sens de circulation, jusqu'à nouvel ordre. La RN1 est restée fermée à la circulation durant plusieurs semaines.

Lire aussi : deux éboulements coupent la route du Littoral

Un autre éboulement s'est produit vers 6h15 le mardi 14 mars 2017 sur les voies réduites au niveau de la Grande Chaloupe entre la Possession et Saint-Denis. Un énorme bloc rocheux de plus de trois tonnes s'est détaché de la falaise, a rebondi avant d'être projeté sur une baraque du chantier de la NRL. Aucun blessé à déplorer, mais l'inspection de la falaise avait duré un certain temps. Pour permettre des travaux de purge en toute sécurité, les services de la direction régionale des routes avait décidé de fermer la route du Littoral. Des convois poids lourds avaient été organisés, le réseau Car Jaune avait mis en place des navettes au départ de la gare routière de Saint-Denis et du Pôle d'Echanges du Port. Entre circulation sur voies réduites, fermetures temporaires et convois... la galère sur la RN1 a duré plusieurs jours.

Lire aussi : après l'éboulement, la purge

• L'affaire Titus ou le démantèlement de l'un des plus vastes réseaux de trafic de drogue à La Réunion

Dans le cadre d'une enquête sur un vaste réseau de trafic de cocaïne, MDMA, ecstasy et cannabis, une importante opération de police a commencé dès 6 heures ce lundi matin 16 avril 2018. Les policiers se sont déployés dans au moins cinq communes de l'île. Huit personnes, dont trois femmes, ont été interpellées. Les perquisitions ont duré jusqu'en milieu de matinée. Plus de 70 policiers sont intervenus dans ce gros coup de filet. Parmi eux, une quarantaine d'hommes du Service d'intervention d'aide et d'assistance de proximité (SIAAP), une quinzaine du Groupe d'intervention de la police nationale (GIPN) et une vingtaine de policiers de la Sûreté départementale, qui pilote l'enquête. L'opération a également exigé l'intervention d'un hélicoptère de la gendarmerie qui a survolé le quartier du Chaudron dès 5h30 ce matin.

Lire aussi : le "cerveau" présumé du réseau et son épouse placés en détention provisoire

Lire aussi : les dealers présumés de Titus déférés au tribunal

www.ipreunion.com / redac@ipreunion.com

   

1 Commentaire(s)

USA, Posté
Ce sont les 6800 euros de salaire des musées qui ont fait révolutionner la reunion en novembre 2018! C'est donc IMAZ PRESS les Boss de la vérité ! Boycott jir et le quotidien qui sont subventionnés et cache la population les malversations de la region reunion