Les avocats se mobilisent contre la réforme des retraites :

Une semaine "justice morte" pour les barreaux de Saint-Pierre et Saint-Denis


Publié / Actualisé
Les avocats des deux barreaux s'associent au mouvement national de "justice morte", du lundi 6 janvier au vendredi 10 janvier 2020. Au coeur de la contestation, "l'inflexibilité du gouvernement sur la réforme des retraites avec mise en péril de plus de la moitié des cabinets d'avocats français, par l'effet de cotisations considérablement augmentées. C'est l'accès à la Justice qui s'en trouve menacé." expliquent les avocats en colère. Au cours de cette semaine de "justice morte", les avocats demanderont le renvoi de toutes les audiences et les bâtonniers ne désigneront pas d'avocats pour assurer les permanences (Photo archives rb/www.ipreunion.com)
Les avocats des deux barreaux s'associent au mouvement national de "justice morte", du lundi 6 janvier au vendredi 10 janvier 2020. Au coeur de la contestation, "l'inflexibilité du gouvernement sur la réforme des retraites avec mise en péril de plus de la moitié des cabinets d'avocats français, par l'effet de cotisations considérablement augmentées. C'est l'accès à la Justice qui s'en trouve menacé." expliquent les avocats en colère. Au cours de cette semaine de "justice morte", les avocats demanderont le renvoi de toutes les audiences et les bâtonniers ne désigneront pas d'avocats pour assurer les permanences (Photo archives rb/www.ipreunion.com)

Les avocats réclament le maintien de leur régime de retraite actuel qu'ils jugent "autonome, pérenne et solidaire" et cela pour plusieurs raisons comme l'indiquent les avocats "il est équilibré, respectant la règle d'or de l'équilibre financier", "il ne coûte rien à l'État ni aux contribuables", "il assure une retraite de base minimale de 1416 euros mensuels", il verse au régime général près de 100 millions d'euros annuellement au titre de la solidarité nationale", "il a anticipé l'avenir en constituant une réserve de 2 milliards d'euros".

Le syndicat des avocat en colère explique ensuite les changements qui interviendraient dans leur corps de métier si la réforme Delevoye était appliquée "augmentation des cotisations", "baisse des pensions", "mort économique de la profession", "perte d'indépendance"...

Une menace pour la profession qui pousse les avocats opposés au projet de réforme des retraites à se mobiliser à travers une semaine "justice morte" du lundi 6 janvier au vendredi 10 janvier prochains.

www.ipreunion.com / redac@ipreunion.com

   

Votre avis nous intéresse, soyez le premier à vous exprimer !