A La Réunion au moins trois personnes ont été éborgnées par des tirs de LDB :

Macron pose avec un t-shirt contre les violences policières


Publié / Actualisé
Premier chef de l'Etat depuis Mitterrand à se rendre au grand rendez-vous annuel de la bande dessinée d'Angoulême, Emmanuel Macron a célébré jeudi un "art majeur" et surpris en posant avec un t-shirt dénonçant les violences policières, offert par le dessinateur Jul. Pour rappel, à La Réunion, trois hommes affirment avoir perdu un oeil suite à des tirs de LBD en marge des manifestations de gilets jaunes en décembre 2018
Premier chef de l'Etat depuis Mitterrand à se rendre au grand rendez-vous annuel de la bande dessinée d'Angoulême, Emmanuel Macron a célébré jeudi un "art majeur" et surpris en posant avec un t-shirt dénonçant les violences policières, offert par le dessinateur Jul. Pour rappel, à La Réunion, trois hommes affirment avoir perdu un oeil suite à des tirs de LBD en marge des manifestations de gilets jaunes en décembre 2018

A l'occasion d'un déjeuner entre le chef de l'Etat et des auteurs, Emmanuel Macron a reçu des mains du dessinateur de "Silex and the city" un t-shirt représentant un Fauve (la récompense attribuées à Angoulême, ndlr) éborgné. Sous le dessin est écrit: "LBD 2020", référence au lanceur de balles de défense (LBD) et à l'acronyme choisi pour l'année de la BD (BD 2020).

Une photo du chef de l'Etat posant tout sourire avec son cadeau, postée par le dessinateur sur les réseaux, a immédiatement enflammé la Toile. Et fait réagir l'opposition. De droite:"un outil de propagande antipolice qui n'a rien à faire entre les mains du Président de la République"" selon le député LR Eric Ciotti. Comme de gauche: "le président banalise les violences policières", d'après le chef de file de la France insoumise Jean-Luc Mélenchon.

Deux des principaux syndicats de policiers se sont insurgés auprès de l'AFP. "C'est scandaleux", a réagi Yves Lefebvre, secrétaire général de l'Unité-SGP-FO. Fabien Vanhemelryck, secrétaire général d'Alliance, a qualifié l'épisode de "pire signal dans le contexte actuel de chaos".

 

A La Réunion aussi les policiers disent ne pas comprendre : "nous sommes indignés, nous tenons la République à bout de bras depuis quelques annés mainteant, nous sommes en droit de nous attendre au soutien du Président de la République" lâche Stéphane Lebreton du synicat SGP Police. "Au lieu de cela, nous avons un Président qui envoie un message qui laisse la place au doute, cela alors que les policiers ont vécu, vivent et vivront encore des périodes difficiles" ajoute le syndicaliste qui demande à Emmanuel Macron de "clarififier sa position" et de "lever les ambiguités"

- "La violence est d'abord dans la société" -

Jul a précisé à cette occasion avoir eu "une longue conversation sur le sujet des violences policières" avec le président.

Interrogé un peu plus tard par la presse, Emmanuel Macron a dit qu'il "récusait le terme de violences policières", assurant que "la violence est d'abord dans la société".

"Néanmoins de là où je suis je dois défendre la créativité, la liberté d'expression, y compris l'insolence et y compris la création d'artistes qui disent des choses (...) avec lesquelles je ne suis pas en accord", a-t-il ajouté.

À La Réunion, trois hommes affirment avoir perdu un oeil suite à des tirs de LBD en marge des manifestations des 'gilets jaunes en novembre 2018. Cédric Posé, Ritchie Alexis et Jacky Sinédia, deux trentenaires et un quinquagénaire au destin brisé qui cherchent encore des réponses...

Lire aussi : Ils disent avoir perdu un oeil à cause d'un tir de lanceur de balle de défense

Au total en France, près d'une trentaine de personnes affirmé avoir perdu un oeil par l'action des forces de l'ordre depuis novembre 2018

Lire aussi : "Gilets jaunes" et violences policières : la vie d'après des éborgnés

Jeudi à Angoulème,  une ville quadrillée par de nombreuses forces de l'ordre, le chef de l'État a évité le centre ville, où environ 200 manifestants hostiles à la réforme des retraites, des avocats et une poignée d'auteurs, l'attendaient.

 

— Marcel Aiphan (@AiphanMarcel) January 30, 2020

Toute la ville d’#Angouleme est en état de siège parce que #Macron veut rester dans sa bulle pour visiter 2 expo cet après-midi au festival de la BD.
Ça coûte un pognon de dingue...#FIBD2020 #greve30Janvier #greve #GreveGenerale #GiletsJaunes #retraites pic.twitter.com/cvVaEsgMPk

— Marcel Aiphan (@AiphanMarcel) January 30, 2020

En l'absence du président, ces manifestants, rassemblés sur le parvis de l'Hôtel de Ville, ont copieusement chahuté et sifflé le ministre de la Culture Franck Riester, venu lancer l'année de la BD.

Arrivée triomphale de Franck Riester au festival de la BD d’#Angouleme
Il a chauffé l’ambiance pour #Macron qui vient cet après-midi
"Tout est réuni pour qu’on fasse une belle fête" a-t-il déclaré.
Ça va être la vôtre 🎉#greve30janvier #FIBD2020 #greve pic.twitter.com/qkwuKAHdsr

www.ipreunion.com avec l'AFP

   

3 Commentaire(s)

Jean Philippe Desby, Posté
Un État, surtout celui du berceau des droits de l'homme, pour mémoire "on" a aboli la monarchie et supprimé les privilèges (soi-disant ?!?), en guillotinant le roi (et la reine Marie-Antoinette: mais c'est davantage la vieille noblesse et les aristocrates qui n'avaient pas de son attention et qu'elle n'invitait pas dans ses parties privées... qui étaient très contents de son exécution !), cela fait donc plus de 227 ans, plus tard l'abolition de l'esclavage dans les colonies dont faisait partie la Réunion, en 1848, tout particulièrement on nous a ici érigé en département puis en nous donnant le statut de région aussi, mais quand on regarde comme la police fait son travail ici (jamais de policiers à 6 h 00 sur un rond-point, ou à midi 59, ou à 23 h 00 en train de patrouiller partout dans les quartiers de toutes les villes (et gendarmes depuis le redéploiement), jamais en train de faciliter la circulation dans les heures de pointe du matin et de fin d'après-midi, dans les grands rassemblements et les fêtes (sur les parkings des GS, etc.), faire de la prévention aux abords des gares et des établissements scolaires (le 24 septembre 2017, lycées Jean Perrin & Sarda Garriga de Saint-André, juste avant la sortie et l'arrivée des autocars de transport scolaire), sur les marchés forains, les plages, boîtes de nuit (combien des personnes se font casser ou voler leurs voitures en juillet ou en décembre janvier, doit avant protéger sa population, ses citoyens, ses vieux (personnes âgées, faibles et vulnérables) face à des prédateurs en puissance (internet etc.)... Or, les policiers ne se comportent pas toujours en protecteur et se transforment en agresseurs sur en général un faible...ils se défoulent quelquefois ! Sauf, qu'ils oublient qu'on peut les filmer d'un balcon ou d'une porte entrebâillée... C'est déroutant de voir un fonctionnaire de police donner des coups alors que la personne est à terre en train de se protéger et de crier de douleur... là, manifestement le policier n'est pas en légitime défense, loin de-là...
Après, et fort heureusement tous les policiers ne sont pas des "bêtes enragées" sous la peau... mais, il est grand temps de revoir l'esprit de corps quand on décide de devenir un gardien de la paix. Ils reçoivent un traitement et non un salaire de mercenaire à la SIMON MANN ou de Bob Denard.
Le ministre devrait recadrer ses moyens humains pour garantir l'ordre sans entraver le droits de manifester : en parvenant à extraire les vrais casseurs et démolisseurs de l'unité nationale.
Perdre un Å"il ou tout autre partie de son corps à cause d'une bavure policière en 2018 ou 2019, Français contre Français, ça ne doit pas /plus arriver.
Si Monsieur Casterner échoue : il doit démissionner, chose qu'aurait dÃ" faire Cazeneuve après le 7 janvier 2015...il ne l'a pas fait et il a finit Pm de la Vème!!!ð?¤"
Foutage de gueule, Posté
Les borgnes apprécieront. Du grand foutage de gueule.
La vérité si je mens !, Posté
De la com' avec ce type , le président des très riches .
Que pensez de ces malheureux pour avoir perdu un oeil à cause d'un tir de lanceur de balle de défense