Liquidation du groupe de presse après 56 ans d'existence :

L'Etat suivra l'accompagnement "apporté aux 250 salariés du groupe France-Antilles"


Publié / Actualisé
Le tribunal mixte de commerce de Fort-de-France a prononcé, ce jeudi 30 janvier 2020, la liquidation judiciaire du groupe de presse France-Antilles, éditeur des quotidiens de France-Antilles Guadeloupe, France-Antilles Martinique et France-Guyane. Franck Riester, ministre de la Culture et Annick Girardin, ministre des Outre-mer, prennent acte de cette décision et disent regretter que la mobilisation d'investisseurs privés, aux côtés d'un soutien exceptionnel de l'État, n'ait pas été suffisante pour permettre un projet de reprise. Voici le communiqué des ministères de la Culture et des Outre-mer.
Le tribunal mixte de commerce de Fort-de-France a prononcé, ce jeudi 30 janvier 2020, la liquidation judiciaire du groupe de presse France-Antilles, éditeur des quotidiens de France-Antilles Guadeloupe, France-Antilles Martinique et France-Guyane. Franck Riester, ministre de la Culture et Annick Girardin, ministre des Outre-mer, prennent acte de cette décision et disent regretter que la mobilisation d'investisseurs privés, aux côtés d'un soutien exceptionnel de l'État, n'ait pas été suffisante pour permettre un projet de reprise. Voici le communiqué des ministères de la Culture et des Outre-mer.

Depuis le placement en redressement judiciaire du groupe, à la suite d’une cessation de paiement, le 25 juin 2019, l’État a multiplié les initiatives afin de permettre à France-Antilles de construire et de financer un plan de redressement.

L’existence d’une presse pluraliste et diversifiée sur tout le territoire national est une exigence démocratique et le Gouvernement continuera à se mobiliser avec force en ce sens.

Franck Riester, ministre de la Culture, et Annick Girardin, ministre des Outre-mer, suivront avec la plus grande attention les conséquences sociales de cette liquidation judiciaire et l’accompagnement qui sera apporté aux 250 salariés du groupe France-Antilles.

Ils réaffirment leur mobilisation pour qu’existe une presse locale aux Antilles et en Guyane et plus généralement accompagner toutes les initiatives qui pourront contribuer à faire vivre le pluralisme de la presse et de l’information dans les territoires ultramarins.

www.ipreunion.com / redac@ipreunion.com

   

1 Commentaire(s)

Medias subventionnés, Posté
Aucune inquiétude pour certains médias subventionnés par une grande collectivité. D'ailleurs les articles ressemblent de plus.en.plus à des publi reportage . Cela entre dans le budget de campagne du candidat ? Manque d'objectivité flagrant et les critiques à l'encontre de leur mécène ne sont pas.publiés.