Mutation d'enseignants pédophiles dans les Outre-mer :

"A ce jour, il n'y a rien qui ressort concernant notre Académie" affirme le recteur


Publié / Actualisé
Le recteur de l'Académie de La Réunion, Velayoudom Marimoutou, s'est exprimé sur RTL Réunion ce mercredi 5 février concernant les propos de Ségolène Royal à propos d'enseignants pédophiles mutés dans les Outre-mer. Des propos choc tenus sur le plateau de RMC début janvier. Le recteur affirme que rien ne transparaît à ce sujet dans les fichiers internes de l'Académie. Mais il demande à l'ancienne ministre d'assumer ses propos et soutient l'enquête parlementaire réclamée par plusieurs députées réunionnaises. (Photo d'illustration rb/www.ipreunion.com)
Le recteur de l'Académie de La Réunion, Velayoudom Marimoutou, s'est exprimé sur RTL Réunion ce mercredi 5 février concernant les propos de Ségolène Royal à propos d'enseignants pédophiles mutés dans les Outre-mer. Des propos choc tenus sur le plateau de RMC début janvier. Le recteur affirme que rien ne transparaît à ce sujet dans les fichiers internes de l'Académie. Mais il demande à l'ancienne ministre d'assumer ses propos et soutient l'enquête parlementaire réclamée par plusieurs députées réunionnaises. (Photo d'illustration rb/www.ipreunion.com)

Dans l'émission "On refait La Réunion" sur RTL, le recteur Velayoudom Marimoutou a réagi à la polémique née des propos de Ségolène Royal. "Avant on mutait discrètement les [professeurs] pédophiles et si possible dans les Outre-mer comme ça c'était loin et on n'en entendait plus parler" a déclaré l'ancienne ministre sur le plateau de RMC début janvier.

"Les violences faites aux enfants restent toujours un sujet grave, il ne faut pas en parler comme ça" a déclaré le recteur de l'Académie de La Réunion au micro de RTL. "Il faut demander à madame Royal d'assumer ses propos. Je pense que les parlementaires de La Réunion feront le nécessaire pour qu'il y ait l'installation d'une enquête parlementaire."

Trois députées réunionnaises, Ericka Bareigts, Nathalie Bassire et Huguette Bello, ont en effet diffusé un courrier adressé au président de la Délégation aux Outre-mer de l'Assemblée nationale ce mardi 4 février. Dans cette lettre, elles appellent à faire toute la lumière sur cette histoire et réclament la mise en place d'une enquête parlementaire.

Lire aussi : Trois députées réunionnaises réclament une enquête parlementaire

"Rien dans notre académie"

"En 2016 une loi est sortie et exige le croisement des fichiers judiciaires. Il ne concerne pas que les personnels entre 2016 et aujourd'hui, mais rétrospectivement pour l'ensemble. A ce jour il n'y a rien qui ressort concernant notre académie" affirme le recteur. "Ces fichiers concernent l'ensemble de la trajectoire des enseignants de La Réunion. A part quelques procès-verbaux non payés ou des choses de cette nature, il n'y a rien qui concerne la pédophilie."

Velayoudom Marimoutou a tenu à rappeler qu'il s'agissait d'un sujet "important et sur lequel nous avons une tolérance zéro."

Ce mercredi 5 février, le député Jean-Hugues Ratenon a publié une lettre ouverte à Ségolène Royal dans laquelle il lui demande un rendez-vous, lors de sa venue à Paris, afin de "permettre de faire toute la lumière sur cette affaire ignoble, scandaleuse ; de s’assurer que ces pratiques n’ont plus cours ; de rassurer les parents que leurs enfants sont en sécurité dans les établissements scolaires".

Lire aussi : A madame Ségolène Royal

www.ipreunion.com / redac@ipreunion.com avec RTL Réunion
 

   

2 Commentaire(s)

Caline974, Posté
Je me souviens d'une salariée de la DDPJJ début 2000, sanctionnée pour avoir osé dénoncer ces agissements. Elle parlait aussi de dérives sectaires. Résultat : elle a été déplacée pendant plusieurs mois dans une mairie. Voilà comment on traitait ce genre de cas. Les coupables ne craignaient rien, les fonctionnaires travaillaient pour eux... cherchez l'erreur
Rassurer, Posté
Il est important de rassurer les parents, les élèves et le personnel. Le recteur a eu raison d'intervenir.