Un film poétique et engagé :

Les baleines et les tortues de La Réunion, stars du nouveau documentaire de Rémy Tézier


Publié / Actualisé
Coutumier de la nature sauvage, le réalisateur Rémy Tézier présente son nouveau documentaire en avant-première ce jeudi 13 février 2019 au cinéma de Cambaie à Saint-Paul. Cette fois, il emmène sa caméra dans les profondeurs sous-marines, à la rencontre des baleines et des tortues de La Réunion. Intitulé "Quand baleines et tortues nous montrent le chemin", le film de 53 minutes prend volontairement une tournure écologique à travers des images d'une qualité époustouflante visant à mettre en exergue le respect du bien-être animal. Le tout dans une atmosphère éminemment poétique, presque méditative.
Coutumier de la nature sauvage, le réalisateur Rémy Tézier présente son nouveau documentaire en avant-première ce jeudi 13 février 2019 au cinéma de Cambaie à Saint-Paul. Cette fois, il emmène sa caméra dans les profondeurs sous-marines, à la rencontre des baleines et des tortues de La Réunion. Intitulé "Quand baleines et tortues nous montrent le chemin", le film de 53 minutes prend volontairement une tournure écologique à travers des images d'une qualité époustouflante visant à mettre en exergue le respect du bien-être animal. Le tout dans une atmosphère éminemment poétique, presque méditative.

Bien que le tournage de son documentaire n'ait eu lieu qu'en 2017-2018, Rémy Tézier avait cette idée en tête depuis quelques temps... C'est le film "Demain" de Mélanie Laurent qui lui a donné cette envie de faire quelque chose de positif autour de l'animal, "pour sortir de la sinistrose". L'auteur du documentaire explique. "Je me suis rendu compte quand je suis arrivé à La Réunion dans les années 1990 qu'il n'y avait quasiment pas de baleine et très très peu de tortues. 30 ans après elles sont là et j'avais envie de faire un documentaire positif sur ces animaux emblématiques de La Réunion" nous raconte le réalisateur.

A travers des images spectaculaires, filmées au plus près des animaux marins, Rémy Tézier nous fait entrer dans l'intimité des baleines et des tortues. "Mon parti pris il est simple c'est dire que le retour de ces animaux ça fait du bien aux hommes mais il doit se faire dans le respect de l'animal."

Des heures et des heures dans l'eau

La prouesse technique est indéniable. "Les images sous-marines c'est énormément de temps passé sous l'eau" nous explique-t-il. "Il faut d'abord utiliser ce qu'on appelle un recycleur pour plonger, afin de ne pas faire de bulle parce que les barrières de bulles pour les baleines peuvent être synonyme d'agressivité. C'est beaucoup de patience, beaucoup de frustrations parfois... Et au bout d'un moment on arrive à avoir ces images…" Dans ses fichiers, des centaines et des centaines de terraoctets d'enregistrements.

"La séquence qui reste gravée dans ma tête c'est quand j'ai réussi à filmer une baleine par 40 mètres de profondeur qui dansait devant moi. Une sorte de chorégraphie. Ou encore ce petit baleineau calé près de sa mère, que j'ai filmé pendant plusieurs minutes, 10 minutes peut-être. On a partagé un beau moment ensemble." Deux séquences à couper le souffle.

Entre les séquences animales, des femmes et des hommes. "Je voulais mettre les animaux au premier plan et les hommes au deuxième plan, avec ceux qui participent tous les jours et font leur part dans la protection de l'environnement". On y retrouve alors l'apnéiste et photographe Thierry Perez, le photographe animalier Guillaume Boeye, l'apéniste Julie Gautier, les scientifiques de Globice ou encore de Kelonia...

Une suite déjà en préparation

Pour raconter ces deux histoires, celle de Ti bouchon le baleineau et Petite Cabosse la tortue, c'est la voix de Cécile de France qui a été retenue. "Je cherchais une voix féminine parce que ça représente la vie et la naissance, et à la fois une voix engagée sur les questions de l'environnement" explique Rémy Tézier. "La musique, elle, vient de Jérôme Lemonier. Pour les baleines on a axé sur le violoncelle, la tortue c'est plus léger donc plutôt le violon. Et lui il a composé une musique extraordinaire." Musique qui nous plonge aux côtés des géantes des mers, dans une atmosphère très poétique.

Désormais le film va voyager, comme la baleine. "Il va faire le tour des festivals, y compris à l'international. On va faire des versions étrangères" indique le réalisateur. Le documentaire aura d'ailleurs une suite. "On va suivre leurs trajets, entre notre baleineau qui va revenir en Antarctique en transitant par Madagascar, et notre tortue qui va venir se reproduire sur l'une des îles Eparses dans le canal du Mozambique. Donc deux grands voyages, deux histoires extraordinaires à raconter." Le tournage devrait se terminer cette année.

Pour voir le documentaire "Quand baleines et tortues nous montrent le chemin", deux dates à retenir (réservations auprès de Ciné Cambaie) :

- une avant-première ce jeudi 13 février à 19h30
- une projection samedi 15 février à 16h

Retrouvez l'interview de Rémy Tézier ci-dessous :

mm / www.ipreunion.com / redac@ipreunion.com

   

1 Commentaire(s)

Tinou, Posté
Exceptionnel, j ai eu les larmes aux yeux à plusieurs reprises . Émotion et poésie sont au rendez vous