Rencontre avec la Région :

Chantier de la NRL : les transporteurs de la SRTT sont rassurés


Publié / Actualisé
Une délégation composée de transporteurs de la SRTT (syndicat réunionnais des transporteurs et terrassiers) a été reçue ce mardi 11 février 2020 à la Région Réunion. Une réunion qui portait sur les accords trouvés entre le groupement de la Nouvelle route du Littoral, la Région et la préfecture concernant la continuité du chantier. La SRTT souhaite trouver sa place dans les négociations et s'inquiétait de ne pas pouvoir travailler sur les roches déjà validées. La Région les a informés que 120.000 tonnes étaient disponibles. (Photo d'illustration rb/www.ipreunion.com)
Une délégation composée de transporteurs de la SRTT (syndicat réunionnais des transporteurs et terrassiers) a été reçue ce mardi 11 février 2020 à la Région Réunion. Une réunion qui portait sur les accords trouvés entre le groupement de la Nouvelle route du Littoral, la Région et la préfecture concernant la continuité du chantier. La SRTT souhaite trouver sa place dans les négociations et s'inquiétait de ne pas pouvoir travailler sur les roches déjà validées. La Région les a informés que 120.000 tonnes étaient disponibles. (Photo d'illustration rb/www.ipreunion.com)

Les transporteurs de la SRTT ont souhaité discuter du chantier de la Nouvelle route du Littoral. Un protocole d'accord va être signé avec le groupement visant à assurer la continuité du chantier. La SRTT souhaitait s'assurer qu'elle était bien incluse dans le travail à venir, et que la plateforme syndicale ne serait pas la seule à en bénéficier.

"Nous sommes rassurés. La Région nous a confirmé que 120.000 tonnes d'andains étaient déjà validés et mis en stock" explique Hubert Poinapin, de la SRTT. 2,6 millions de tonnes de roches massives ont été recensées par la Région. La possible exploitation du reste est cependant à confirmer, notamment auprès de l'Autorité environnementale. L'extraction d'andains dans les champs réunionnais peut en effet provoquer des glissements de terrain. Mais ces 120.000 tonnes sont d'ores et déjà disponibles.

Des roches partagées entre tous les transporteurs

"Notre inquiétude c'était surtout de voir comment partager ces roches massives. Des bruits de couloir laissaient entendre que seuls les transporteurs de la plateforme syndicale étaient concernés et pas nous. On nous a assuré qu'il n'y avait aucun protocole signé avec eux pour le moment et que tous les transporteurs étaient inclus dans l'accord à venir" ajoute le responsable de la SRTT. "On est là depuis 2014" rappelle-t-il, estimant avoir tous les droits de travailler sur ce chantier.

"Tout le monde attend de voir le boulot démarrer. Nous on a une soixantaine de personnes qui attendent." La SRTT ne sait pas encore quel sera exactement son rôle. Les transporteurs attendent de rencontrer le groupement pour en savoir plus sur le protocole d'accord. "Du côté de la Région on est rassurés. Mais on attend de voir le groupement" indique Hubert Poinapin. Une réunion devrait avoir lieu en fin de semaine entre la SRTT et le groupement GTOI-SBTPC-Vinci.

Le protocole d'accord bientôt signé

Pour rappel, le 22 janvier dernier, les responsables du groupement et de la Région se sont entretenus à la préfecture. Le marché de la digue était au coeur des discussions, menaçant en effet d'être résilié faute d'approvisionnement en roches massives. Un nouvel appel d'offres avait d'ailleurs été envisagé. Or une résiliation aurait été un nouveau coup pour la NRL car il symbolisait la longue suspension du chantier. Sur le plan financier, une indemnisation (de taille) aurait également dû être déboursée pour dédommager le groupement GTOI-SBTPC-Vinci.

Au bout de cinq heures de négociations, un accord a été trouvé entre les différents acteurs du chantier. Le président de Région Didier Robert a assuré que le chantier allait reprendre "à un rythme soutenu". La solution des andains réunionnais, déjà promise par le préfet lors d'une précédente table ronde, a été maintenue.

Deux jours plus tard, les transporteurs ont rencontré le président de Région qui les a informés qu'un accord avait été trouvé. Plusieurs sources concordantes ont affirmé qu'une enveloppe de 100 millions aurait été débloquée, un montant qui n’a pas été confirmé par Didier Robert.

La création d'une plateforme aurait été également été retenue, à la demande des transporteurs. Celle-ci serait dédiée au stockage des andains, pour assurer aux transporteurs la continuité de leur activité sur le chantier.

Pour aller plus loin :

Lire aussi : Chantier de la NRL : l'activité des transporteurs reprendra lundi "à un rythme soutenu"

Lire aussi : NRL : accord entre la Région et le groupement, le chantier redémarre lundi

www.ipreunion.com / redac@ipreunion.com

   

4 Commentaire(s)

Gueénec, Posté
J' ai bien peur que l'appro des andains se fasse sans appel d offre au moins disant ça pue la magouille
Et les contribuables ?, Posté
Les contribuables peuvent être inquiets ? Qui payent les transporteurs au final si ce n'est les contribuables.
CHABAN, Posté
Je n'ai pas compris, le chantier a déjà redémarrer ou va redémarrer ? (Il a redémarré en partie, les transporteurs livrent les andains déjà stockés. Pour l'extraction d'autres andains dans les champs, la DEAL devra se prononcer sur la faisabilité des opérations - Webmaster
Tout viaduc, Posté
Avec le tout viaduc la route était terminée et livrée. Il faut faire plaisir à qui ? Pourquoi ?