Renégociation entre Air Austral et Air Madagascar :

Cap sur un nouvel accord...


Publié / Actualisé
Le partenariat stratégique entre Air Austral et Air Madagascar bat-il vraiment de l'aile ? Le quotidien Midi Madagascar parle sur son site internet d'une aventure malgache qui touche à sa fin pour Air Austral et d'un accord voué à l'échec. Contactée, la compagnie française nous explique que des discussions sont en cours, menant probablement à la renégociation du partenariat entre les trois parties : les deux compagnies aériennes et l'Etat malgache, principal actionnaire d'Air Madagascar. Des engagements n'ont pas été respectés, menant à des discussions en vue d'un nouvel accord. Si la suite des négociations se déroule sans encombre, un nouvel accord pourrait donc être signé dans les semaines à venir.
Le partenariat stratégique entre Air Austral et Air Madagascar bat-il vraiment de l'aile ? Le quotidien Midi Madagascar parle sur son site internet d'une aventure malgache qui touche à sa fin pour Air Austral et d'un accord voué à l'échec. Contactée, la compagnie française nous explique que des discussions sont en cours, menant probablement à la renégociation du partenariat entre les trois parties : les deux compagnies aériennes et l'Etat malgache, principal actionnaire d'Air Madagascar. Des engagements n'ont pas été respectés, menant à des discussions en vue d'un nouvel accord. Si la suite des négociations se déroule sans encombre, un nouvel accord pourrait donc être signé dans les semaines à venir.

Cela fait déjà plusieurs mois que les compagnies Air Austral et Air Madagascar sont en discussion. Leur partenariat, signé en 2017, doit être renégocié car des clauses ne sont plus tenables aujourd'hui et des engagements n'ont pas été entièrement respectés.

Rappelons qu'en décembre 2017, les compagnies française et malgache se sont alliées dans le cadre d’un grand partenariat stratégique. Un accord "gagnant gagnant" comme nous le rappelle la compagnie Air Austral, que nous avons contactée. "L'objectif c'était de redresser la compagnie Air Madagascar et de faire de ce partenariat un vrai levier de croissance pour développer une position forte dans l'Océan indien."

Air Austral a pu développer de nouvelles destinations vers Madagascar grâce à cet accord. Air Madagascar de son côté a vu certains de ses aéroports de province remis aux normes ou encore la création de la filiale Tsaradia, qui permet des voyages intérieurs dans le pays. Mais l'accord est désormais en péril et doit être renégocié.

La sécurité sociale malgache fait son entrée

A l'heure d'aujourd'hui, Air Austral détient toujours 44% du capital d'Air Madagascar. "On parlait de 49% au départ mais l'apport d'Air Austral a été modifié" nous informe-t-on à la compagnie française. De fait l'apport devait se faire en deux temps : d'abord l'entrée au capital de la compagnie malgache, puis un apport financier complémentaire.

Pour le premier temps, 15 millions de dollars devaient être versés à Air Madagascar. Mais le montant a été ramené à 12 millions car l'expertise apportée par Air Austral ainsi que la mise à disposition de personnels et d'autres services a fait réduire la facture. C'est ainsi que la part d'Air Austral au capital d'Air Madagascar est passée de 49 à 44%.

"Or Austral n'avait pas les moyens financiers suffisants pour cet apport, la compagnie est donc partie en quête de partenaires" nous informe Air Austral. La compagnie française assure qu'il ne s'agit pas d'erreur de calcul, simplement d'une situation financière délicate qui explique qu'un apport en fonds propres n'était pas envisageable. "Depuis le début, la direction fait attention afin de préserver ses capacités financières" nous assure-t-on.

C'est là que la CNaPS fait son entrée. Il s'agit de la sécurité sociale malgache, et c'est elle qui est devenue partenaire d'Air Austral afin de finaliser la transaction. "La CNaPS a apporté 10 millions d'euros, les 2 autres millions proviennent d'un investisseur privé" nous informe la compagnie française. En effectuant cet apport, la sécurité sociale malgache est entrée au capital d'Air Austral.

25 millions de dollars restent à injecter

Aujourd'hui il est l'heure de passer au deuxième temps de l'apport : après l'entrée au capital d'Air Madagascar, il faut compléter la mise avec un apport financier supplémentaire comme le prévoyait l'accord. Montant de la facture : 25 millions de dollars.

Cette fois ce n'est pas la carte du partenaire qui a été choisie mais celle du prêt bancaire. Mais pour accepter de prendre ce risque financier, Air Austral a demandé de solides engagements du côté de l'Etat malgache, principal actionnaire d'Air Madagascar. "Or certains n'ont pas été tenus" explique la compagnie française.

Parmi les conditions il était question de limiter les droits de trafic d'Air Madagascar. Si le gouvernement ne respectait pas cela, il devait verser une compensation financière à Air Madagascar. "Puisque l'accord était là pour redresser Air Madagascar, il était compliqué de laisser la concurrence mettre la compagnie en difficulté" résume Air Austral.

Or l'Etat malgache n'aurait pas totalement joué le jeu en laissant Ethiopian Airlines atterrir à Madagascar, ce qui n'allait pas dans le sens d'une restriction des droits de trafic. Aucune compensation n'a été versée. Face à cette ouverture de concurrence, l'accord était remis en question. Difficile donc pour Air Austral de procéder au deuxième temps de l'apport et de verser les 25 millions de dollars comme prévu dans les caisses de la compagnie malgache.

Nouvel accord ou fin d'accord ?

On lit partout que le partenariat arriverait donc à échéance. En l'état, oui. Mais des discussions sont en cours pour tenter une renégociation de l'accord, autrement dit un nouvel accord. "Les discussions se poursuivent pour arriver à une dilution de la part d'Air Austral", nous indique la compagnie française, qui souhaiterait que sa part passe de 44 à 7%.

Une différence majeure mais qui s'explique de la façon suivante : "on voudrait échanger en quelque sorte et proposer à la CNaPS de rentrer directement au capital d'Air Madagascar". Ce qui compenserait le retrait d'Air Austral. Objectif : laisser la main à un nouveau partenaire – en l'occurrence la sécurité sociale malgache – tout en gardant sa présence au conseil d'administration d'Air Madagascar en n'étant plus actionnaire qu'à 7%.

Quoi qu'il en soit cette recapitalisation ne porte aucun préjudice pour l'instant à la CNaPS, assure la compagnie française, contrairement à ce qu'affirme le média local Midi Madagascar. "On ne comprend pas d'où viennent ces 4 millions de dollars de perte affirmés dans les journaux" nous indique Air Austral. "Les 10 millions investis sont bien là, il n'y a pas d'évaluation de perte de valeur."

Dans un communiqué diffusé en interne et qu'Imaz Press Réunion s'est procuré, la compagnie explique à ses salariés qu'elle a "décidé de diminuer son exposition au risque en réduisant sa participation au capital tout en maintenant un siège à son Conseil d'administration (au lieu de 3 actuellement). Air Austral reste ainsi partenaire stratégique d'Air Madagascar. Si par ce nouvel accord, l'Etat de Madagascar reprend la gouvernance d'Air Madagascar, Air Austral en retour maintient une position en restant présente dans les organes décisionnels en limitant son apport, tout en se donnant  les moyens de préserver ses intérêts."

Reste à voir désormais si la CNaPS acceptera cette proposition et si l'Etat malgache sera prompt à signer ce nouvel accord. "Le gouvernement a de toute façon le souhait de reprendre la main sur Air Madagascar", garantit Air Austral. "Il faut un nouvel accord qui serve les intérêts de chacun. On espère évidemment une issue favorable."

mm / www.ipreunion.com / redac@ipreunion.com

Pour aller plus loin :

Lire aussi : Air Madagascar en cessation de paiement

Lire aussi : Le partenariat stratégique Air Madagascar-Air Austral officialisé

Lire aussi : Air Austral au secours d'Air Madagascar avec 40 millions de dollars

   

4 Commentaire(s)

Ti pol, Posté
Entre l état malgache et la cie air austral il y à anguille sous roche après les monopoles sur toutes les lignes régionales avec des prix qui battent toutes les records en kilomètres une fois de plus les réunionnais comme les malgaches avec la complicité de l un comme de l autre on vas ce faire plumer
JoJo, Posté
FAUT TROUVER UNE SOLUTION QUI SATISFAIT TOUS LES FINANCEURS, FAUT QUE AIR AUSTRAL DESSERVE TOUJOURS MADAGASCAR, C'EST TRÈS IMPORTANT POUR NOUS RÉUNIONNAIS ET MALGACHES AUSSI, NOUS NE POUVONS PAS ALLER À LA NAGE À MADA, METTEZ-VOUS D'ACCORD, ET TROUVER UNE SOLUTION. BON COURAGE.
Léon, Posté
Non aux monopoles !!!!!
ZembroKaf, Posté
De toute façon "Air Madagascar" n'a plus trop de portes de sorties...l'Etat Malgache c'est éconduit par plusieurs compagnies aériennes du Golfe, Asiatique et même Africaine !!!...Air Madagascar doit renouveler sa flotte Long-Courrier (actuellement 2 A340-300 dont un loué)...!!!