Réforme des retraites :

Grève : la déléguée régionale du syndicat de la magistrature apporte son soutien aux avocats


Publié / Actualisé
Depuis le 6 janvier 2020, les avocats réunionnais sont en grève illimitée contre la réforme des retraites. Si des tensions ont pu se faire ressentir entre magistrats et grévistes lors de la dernière action à la Cour d'Appel ce mardi, la déléguée régionale du syndicat de la magistrature a indiqué apporter son soutien aux robes noires dans un communiqué que nous publions ci-dessous et qui "n'engage que les signataires" en l'occurrence FO, la CGT, le syndicat de la magistrature, le barreau de Saint-Denis et le barreau de Saint-Pierre (Photo d'illustration rb/www.ipreunion.com)
Depuis le 6 janvier 2020, les avocats réunionnais sont en grève illimitée contre la réforme des retraites. Si des tensions ont pu se faire ressentir entre magistrats et grévistes lors de la dernière action à la Cour d'Appel ce mardi, la déléguée régionale du syndicat de la magistrature a indiqué apporter son soutien aux robes noires dans un communiqué que nous publions ci-dessous et qui "n'engage que les signataires" en l'occurrence FO, la CGT, le syndicat de la magistrature, le barreau de Saint-Denis et le barreau de Saint-Pierre (Photo d'illustration rb/www.ipreunion.com)

"Depuis plusieurs semaines, au niveau national, les avocats sont entrés dans un mouvement de résistance face à la réforme de leur régime des retraites qui, si elle devait entrer en vigueur, impacterait le fonctionnement du service public de la justice.

Nous, personnels de greffe, magistrats et avocats du ressort des juridictions réunionnaises souhaitons rappeler que ce mouvement légitime n’est en rien, comme le soutient le gouvernement, la cause d’une dégradation du fonctionnement du service public de la justice.

Nous dénonçons conjointement l’indigence des moyens de la justice dans notre ressort. Nous faisons tous le constat d’une justice à bout de souffle, sous dimensionnée, et qui ne repose que sur notre abnégation, et ce depuis de trop nombreuses années.

Cette situation est accentuée par des réformes successives, élaborées dans la précipitation, sans concertation ni moyens suffisants pour les mettre en œuvre dans les juridictions, créant ainsi de nombreux dysfonctionnements.

Confronté à une mobilisation exceptionnelle des avocats, qui ne demandent comme nous tous qu’à pouvoir remplir leurs missions, le gouvernement se contente de les pointer du doigt au lieu de donner à la justice les moyens dignes d’un Etat de droit, au détriment des justiciables.

Pascale Pelay, déléguée Régionale du Syndicat de la Magistrature"

Lire aussi : Tension : les avocats sont toujours en grève, des magistrats s'agacent

www.ipreunion.com / redac@ipreunion.com

   

Votre avis nous intéresse, soyez le premier à vous exprimer !