Un numéro vert départemental et des hôpitaux "mieux préparés" :

Coronavirus : la préfecture et l'ARS musclent la prévention


Publié / Actualisé
Dans un courrier adressé aux élus réunionnais, le préfet Jacques Billant et la directrice de l'Agence régionale de santé (ARS) Martine Ladoucette informent que les autorités sanitaires sont bien mobilisés face à l'épidémie mondiale de Covid-19 (nouveau coronavirus). Cette réponse fait suite à l'arrivée d'un bateau au port est ce jeudi 27 février 2020, après une croisière dans l'océan indien. Les passagers se sont vus remettre flyers et masques de protection, à leur demande. Une première pour l'ARS au port, sachant que l'action de sensibilisation est déjà menée à l'aéroport Roland Garros depuis plusieurs semaines. Ce jeudi, la préfecture et l'ARS informent d'un nouveau "travail de préparation" en cours avec de nouvelles mesures de prévention parmi lesquelles la préparation des établissements de santé de l'île, la meilleure diffusion des informations à propos du coronavirus auprès de la presse et du grand public et la mise à disposition d'un numéro vert départemental. Voici le courrier en question. (Photo rb/www.ipreunion.com)
Dans un courrier adressé aux élus réunionnais, le préfet Jacques Billant et la directrice de l'Agence régionale de santé (ARS) Martine Ladoucette informent que les autorités sanitaires sont bien mobilisés face à l'épidémie mondiale de Covid-19 (nouveau coronavirus). Cette réponse fait suite à l'arrivée d'un bateau au port est ce jeudi 27 février 2020, après une croisière dans l'océan indien. Les passagers se sont vus remettre flyers et masques de protection, à leur demande. Une première pour l'ARS au port, sachant que l'action de sensibilisation est déjà menée à l'aéroport Roland Garros depuis plusieurs semaines. Ce jeudi, la préfecture et l'ARS informent d'un nouveau "travail de préparation" en cours avec de nouvelles mesures de prévention parmi lesquelles la préparation des établissements de santé de l'île, la meilleure diffusion des informations à propos du coronavirus auprès de la presse et du grand public et la mise à disposition d'un numéro vert départemental. Voici le courrier en question. (Photo rb/www.ipreunion.com)

Mesdames et messieurs les élus,

Les autorités sanitaires françaises sont mobilisées depuis l'alerte éinise le 31 décembre 2019 par les autorités chinoises. Aujourd'hui, les mesures prises à La Réunion sont, au même titre que pour l'ensemble du territoire national, strictement alignées sur les recommandations conjointes de l'Organisation mondiale de la santé et du centre européen de prévention et de contrôle des maladies.

Elles reposent sur une large information des voyageurs, notamment en recommandant aux personnes de retour d'une zone à risque, et durant les 14 jours suivant leur arrivée, de contrôler leur température 2 fois par jour, de surveiller l'apparition de symptômes d'infection respiratoire (toux, difficultés à respirer...) et de porter un masque chirurgical. Ces recommandations s'accompagnent de mesures d'hygiène de base comme se laver les mains régulièrement ou utiliser une solution liydro alcoolique et de consignes de prévention vişant à limiter le risque de propagation, notamment en évitant tout contact avec les personnes fragiles (femmes enceintes, malades chroniques, personnes âgées...). Il leur est également vivement déconseillé de fréquenter des lieux où se trouvent des personnes fragiles (liôpitaux, maternités, structures d'hébergement pour personnes âgées...) ou de multiplier les sorties non indispensables (grands rassemblements, restaurants, cinéma...).

De la même manière, les enfants qui reviendraient de ces destinations ne doivent pas être envoyés à la crèche, à l'école, au collège ou au lycée pendant les 14 jours qui suivent leur retour. Ils restent, à cet égard, soumis aux mêmes préconisations que celles rappelées ci-dessus. Ces recommandations sont largement diffusées.

Il est, à chaque fois, rappelé qu'en cas de fièvre ou sensation de fièvre, de toux ou de difficultés à respirer, les personnes de retour d'une zone à risque d'exposition au virus doivent impérativement contacter rapidement le SAMU centre 15 en signalant leur voyage, éviter tout contact avec leur entourage et conserver leur masque. Elles ne doivent pas se rendre directement chez leur médecin, ni aux urgences de l'hôpital.

Le dispositif de prise en charge d'un cas possible de coronavirus est, à La Réunion, prêt et opérationnel quel que soit l'endroit où serait détecté ce cas possible, y compris dans un avion, sur un navire de croisière ou à l'aéroport. Des procédures adaptées et fonctionnelles ont été diffusées à l'ensemble des intervenants portuaires et aéroportuaires.

Dans la pratique, après son signalement au SAMU-Centre 15, un cas possible de coronavirus sera pris en charge par le SAMU et transféré directement au CHU Felix Guyon à Saint-Denis pour y être hospitalisé en isolement. Cet hôpital est l'établissement de santé de première ligne habilité pour ce virus. Son laboratoire est en capacité de réaliser, sur place et sept jours sur sept, les analyses biologiques nécessaires à la recherche du coronavirus.

En cas de confirmation de la maladie, l'ARS et la cellule régionale de Santé Publique France procèderont à l'identification et au suivi des personnes qui auraient été en contact proche avec le cas et qui auraient donc pu être exposées au virus. Ces personnes, dites personnes " contacts " seront mises à l'isolement à domicile durant 14 jours. En cas d'apparition des signes de la maladie, elles devront se signaler au SAMU-Centre 15 afin d'être prise en charge.

Enfin, un travail de préparation à la montée en puissance du système de santé est en cours pour répondre à une éventuelle augmentation du nombre de cas sur le territoire. Il comprend la préparation de l'établissement de première ligne, CHU Felix Guyon, pour garantir les mesures de protection nécessaires, assurer la sécurité des personnels soignants, organiser la prise en charge des patients et prévoir sa montée en charge si besoin. Cette préparation intègre également l'identification et l'accompagnement des établissements de santé de deuxième niveau qui pourront être mobilisés en seconde intention afin d'augmenter, au besoin, les capacités de l'établissement de première ligne.

Des informations seront diffusées, en temps réel, aux professionnels de santé, au grand public ainsi qu'aux voyageurs empruntant les aéroports. Un numéro vert national, le 0800.130.000, est mis en place pour délivrer des informations générales sur le Covid-19. Un numéro vert départemental, sera également mis en place, ainsi qu'une conférence de presse régulière où nos équipes pourront répondre à l'ensemble des préoccupations exprimées localenient.

Jacques BILLANT
Martine LADOUCETTE

   

6 Commentaire(s)

THOR, Posté
Pourquoi ce retard ? pourquoi faut il que les réseaux sociaux locaux expriment leur inquiétude et que CERTAINS élus réagissent pour que la Préfecture et l'ARS s'expriment d'une manière officielle ? J'ai l'impression qu'à la Réunion on ne nous envoie pas les fonctionnaires les plus compétents ! NOU LE PA PLUS MAIS NOU LE PAS MOIN qu'en métropole. La bas, depuis le début de la "crise" les autorités sanitaires et politiques communiquent (plus ou moins bienl mais ils communiquent) mais ici on doit être bête à part ce monsieur de l'ARS cheveux au vent et sourire tranche papaye venu deux fois à la télé pour nous dire en gros "rester cool le reste du monde s'agite mais sur notre petite île tout va bien on a imprimé des flyers et on sait que les gens sont responsables et appliqueront les mesures écrites" Hé les journalistes, investiguer afin de savoir si sur l'île les structures sanitaires sont aptes à faire face à une pandémie massive (en métropole la presse le fait alors ici ne vous contentez pas de relayer uniquement la parole des autorités qui l'on sait ne nous disent pas toujours la vérité seuls vous pouvez le faire enfin je l'espère).
Juvénal, depuis son mobile, Posté
Toujours comme d'habitude il réagit peu être quand le mal et déjà fait
Pascal, Posté
Bonjour, je reviens le 27/02 à 9h00 de cette croisière dans l'océan indien et à la sortie du bateau on ne nous a rien demandé ni proposé. Par contre dans les ports ou nous avons accosté, notre température a été prise a chaque fois par l'ARS. Pourquoi pas ici Mr Le PREFET ?
Cordialement
Pascal A.
Mike, Posté
bien fait, attention mais pas de panique!
Mayaqui, depuis son mobile, Posté
500 masques distribués .... c est peu !
Heureusement il y a le flyer .... avec un elastique ....!
Bravo l'ARS, Posté
Je pense que l'ARS a fait un très gros travail, on ne risque rien il suffit de mettre le flyer de l'ARS devant son nez pour être à l'abri
L'ARS a réglé avec une compétence extrême le chic, la dingue, il en sera de même pour le corona
Bravo l'ARS