Contrôles routiers :

Sans casque et alcoolisé, il emprunte un sentier pédestre pour échapper à la police


Publié / Actualisé
Les effectifs de la Police Nationale du Service d'Intervention, d'Aide, d'Assistance et de Proximité ont réalisé comme la semaine dernière des contrôles afin notamment de lutter contre les démonstrations motorisées non autorisées (phénomène de pousse) à Saint Denis. L'action de la Section d'Intervention, du Groupe de Sécurité Routière et de la Formation Motocycliste visait à multiplier les lieux de contrôles sur cet axe en ciblant les infractions les plus dangereuses dont les conduites alcoolisées. Plusieurs conducteurs ont été contrôlés sous l'empire d'un état alcoolique. Nous publions ci-dessous le communiqué de la police. (Photos police nationale)
Les effectifs de la Police Nationale du Service d'Intervention, d'Aide, d'Assistance et de Proximité ont réalisé comme la semaine dernière des contrôles afin notamment de lutter contre les démonstrations motorisées non autorisées (phénomène de pousse) à Saint Denis. L'action de la Section d'Intervention, du Groupe de Sécurité Routière et de la Formation Motocycliste visait à multiplier les lieux de contrôles sur cet axe en ciblant les infractions les plus dangereuses dont les conduites alcoolisées. Plusieurs conducteurs ont été contrôlés sous l'empire d'un état alcoolique. Nous publions ci-dessous le communiqué de la police. (Photos police nationale)

Neuf conducteurs et conductrices s'avéraient circuler sous l'empire d'un état alcoolique, certains taux révélés étant largement délictuels (égal ou au-delà de 0,4 mg par litre d'air expiré, soit 0,8 g/l de sang). Un automobiliste apercevant le contrôle se garait précipitamment et éteignait rapidement ses feux. Invité par les motocyclistes à se présenter tout de même au contrôle, ce conducteur s'avérait circuler avec une alcoolémie délictuelle de 0,48 mg/litre d'air expiré (0,96 g/l de sang). Un autre automobiliste, dont la conduite inquiétait des usagers, s'avérait circuler avec 1,08 mg d'alcool par litre d'air expiré (2,16 g/l de sang). Il était placé en garde à vue.

La Brigade Anti-Criminalité interceptait le conducteur d'une moto d'enduro 250 KTM, dont l'alcoolémie était mesurée à 0,81 mg d'alcool par litre d'air expiré (1,62 g/l). Enfin, un cyclomotoriste tentait d'esquiver le contrôle en empruntant lui le sentier pédestre du front de mer. Il était interpellé circulant sans casque, tout comme son passager. Le conducteur s'avérait conduire son deux-roues à vive allure avec une alcoolémie délictuelle de 1,28 mg/l (2,56 g/l). Avec un taux plus de trois fois supérieur au taux délictuel, il était placé en garde à vue.

Un conducteur circulant malgré la suspension de son permis avec un véhicule dépourvu de contrôle technique, qui était normalement immobilisé, et dont le transfert de propriété n'avait pas été formalisé, était également interpellé.

La vitesse faisant partie des causes d'accidents ou d'aggravation de ceux-ci, les vitesses excessives étaient également réprimées. Vingt-trois contrevenant étaient flashés par le radar mobile, l'un circulant à plus de 107 km/h sur une voie dont la vitesse limite est de 70 km/h. Au total, 47 contravention ont été formalisées (émissions de fumées, défauts de casque...), 4 véhicules ont été immobilisés et 5 auteurs de délits interpellés, la majorité pour avoir circulé largement alcoolisé. En zone police, en 2019, dans plus de 7 cas d'accidents mortels sur 10, la présence de stupéfiants ou alcool a été décelée. Ce type de contrôle sera reconduit.

www.ipreunion.com / redac@ipreunion.com

   

Votre avis nous intéresse, soyez le premier à vous exprimer !