Faites ce que je dis, pas ce que je fais :

On veut se protéger du coronavirus, commençons par la dengue


Publié / Actualisé
L'épidémie de Covid-19, le nouveau coronavirus, provoque une psychose difficilement contrôlable. A La Réunion, les interrogations sont nombreuses et beaucoup s'étonnent de ne pas voir davantage de contrôle sanitaire aux frontières, notamment des prises de température. Résultat : une simple mention du coronavirus entraîne un questionnement inquiet, ce qui est logique, mais aussi parfois un déferlement de haine et de propos xénophobes, ce qui est beaucoup moins logique. Il faudrait fermer les frontières et renvoyer les touristes chez eux afin de mieux se protéger. On oublie au passage qu'une autre épidémie est installée à La Réunion et depuis plusieurs années déjà : la dengue. Ce mardi, comme tous les mardis, le bilan des cas confirmés sera communiqué par l'Agence régionale de santé. Et malgré les précautions répétées maintes et maintes fois, les mêmes imprudences recommencent. (Photo d'illustration rb/www.ipreunion.com)
L'épidémie de Covid-19, le nouveau coronavirus, provoque une psychose difficilement contrôlable. A La Réunion, les interrogations sont nombreuses et beaucoup s'étonnent de ne pas voir davantage de contrôle sanitaire aux frontières, notamment des prises de température. Résultat : une simple mention du coronavirus entraîne un questionnement inquiet, ce qui est logique, mais aussi parfois un déferlement de haine et de propos xénophobes, ce qui est beaucoup moins logique. Il faudrait fermer les frontières et renvoyer les touristes chez eux afin de mieux se protéger. On oublie au passage qu'une autre épidémie est installée à La Réunion et depuis plusieurs années déjà : la dengue. Ce mardi, comme tous les mardis, le bilan des cas confirmés sera communiqué par l'Agence régionale de santé. Et malgré les précautions répétées maintes et maintes fois, les mêmes imprudences recommencent. (Photo d'illustration rb/www.ipreunion.com)

Le coronavirus nous est totalement inconnu, et c'est bien pour ça qu'il fait peur. "C'est la peur qui va nous tuer", commentait d'ailleurs une internaute sous l'un de nos directs lors de l'arrivée d'un nouveau paquebot de croisière au Port.

Et de fait, la psychose est déjà là. A La Réunion, aucun cas de coronavirus n'a été répertorié. Pourtant l'inquiétude est bien présente et l'arrivée de touristes ces derniers jours s'est accompagnée de débordements.

Ces vacanciers – souvent étrangers – ont été pris à partie. La colère, si elle est avant tout dirigée vers la préfecture et les autorités sanitaires, s'est répercutée sur des voyageurs qui n'avaient rien demandé. Des touristes qui ont subi de plein fouet la panique, eux qui n'ont fait que poser le pied sur le sol réunionnais.

Nous l'avons vu à travers l'avalanche de commentaires souvent haineux lors de nos directs : il faudrait fermer les frontières, renvoyer ces gens chez eux, les enfermer dans le bateau, les confiner pendant plusieurs jours. De la simple interrogation à la remarque la plus xénophobe qui soit, il y a eu de tout.

Ces gens ont-ils pensé à nettoyer leur jardin ? A enlever l'eau stagnante qui trône dans les pots de fleurs de la terrasse ? A se protéger des moustiques ? Ont-ils pensé à leur propre santé et à celle des autres habitants en jetant leurs ordures au bord de la route ?

Car oui, il y a une autre maladie qui elle, est bien installée à La Réunion. Il s'agit de la dengue. Et comme lors de chaque été austral, elle se renforce et les cas confirmés se multiplient. Aujourd'hui ils dépassent les 80 personnes. Comme chaque mardi, nous aurons aujourd'hui un nouveau bilan, une nouvelle preuve de ce virus qui continue de se répandre.

La dengue a tué 20 personnes depuis 2017 dont 12 directement liés à cette maladie transmise par piqûres. Près de 26.000 personnes, dont 469 depuis le début de cette année, ont été contaminées par le virus.

Parallèlement, les alertes aux dépôts sauvages continuent. Le site Band cochon publie chaque week-end son bilan hebdomadaire. On s'étonnait déjà d'avoir passé la barre des 100 photos de décharges. Ces deux dernières semaines, ce sont 189 puis 142 makoteries qui ont été repérées.

Et nous parlons ici des dépôts photographiés. Que dire de tous ceux à côté desquels nous passons en voiture ou simplement à pied et dont il n'existe aucune preuve visuelle ? Que dire des carcasses de voitures qui trônent toujours aux mêmes endroits ?

Si la responsabilité du ramassage revient bien sûr aux communes et aux intercommunalités, la responsabilité citoyenne est toute autre. Alors commençons par nettoyer devant notre porte, commençons par arrêter de lancer nos ordures par la fenêtre. Ces mêmes ordures qui entreposées dehors favorisent la prolifération des moustiques.

Commençons par respecter les précautions pourtant simples de l'ARS visant à se protéger de la dengue avant de vouloir se protéger du coronavirus.

Commençons par se protéger efficacement de cette maladie déjà bien en place sur notre territoire avant de s'attaquer à un virus qui n'est pas encore là.

mm / www.ipreunion.com / redac@ipreunion.com

Pour aller plus loin :

Coronavirus : les paquebots de la discorde

Coronavirus : tous les voyages scolaires à l'étranger sont interrompus

Toujours autant de dépôts sauvages malgré le retour en force de la dengue

   

5 Commentaire(s)

Chantal, Posté
Tout est dit dans cet article. Dommage que certains ne le liront pas
LouisP, Posté
Merci IP vous au moins vous parlez du problème de la dengue j'espère que vous serez lu
LouisP, Posté
Bravo à vous pour cette clairvoyance puissiez-vous être lu et entendu
Realiste, Posté
Et l'annulation des voyages scolaires, c'est de la xénophobie aussi? Article qui ressemble plutôt à du racisme envers les Réunionnais.
Mano, Posté
C'est dans ce type de situation que l'on découvre le vrai visage de la personne humaine, notamment sa bassesse d'esprit...de plus quand on est capable de se taper sur la tronche pour un pot de "chocolat à étaler"....plus rien ne devrait nous étonner.....