Mise en examen et placée sous contrôle judiciaire à trois jours des élections (actualisé) :

Fraude supposée à Saint-Pierre : l'avocate de Patricia Tayllamin dénonce "une manipulation orchestrée hors vie judiciaire"


Publié / Actualisé
Ce jeudi 12 mars 2020, la procureur de Saint-Pierre a annoncé la mise en examen et le placement sous contrôle judiciaire de l'élue municipale Patricia Tayllamin dans le cadre de l'enquête sur des soupçons de fraude électorale à Saint-Pierre lors des élections européennes de 2019. Les faits présumés avait été révélés par Médiapart, qui expliquait, vidéo à l'appui, qu'un bourrage d'urne en faveur de la liste de "Les Républicains" avait été effectué. C'est la troisième personne a être mise en examen dans cette affaire. Jean-Luc Imare et Hyacinthe Bovalo avait été placé en garde à vue le 2 octobre dernier, puis mise en examen et placée sous contrôle judiciaire deux jours plus tard. L'avocate de la suspecte dénonce "une manipulation orchestrée hors vie judiciaire" suite au communiqué du parquet. (Photo d'illustration rb/www.ipreunion.com)
Ce jeudi 12 mars 2020, la procureur de Saint-Pierre a annoncé la mise en examen et le placement sous contrôle judiciaire de l'élue municipale Patricia Tayllamin dans le cadre de l'enquête sur des soupçons de fraude électorale à Saint-Pierre lors des élections européennes de 2019. Les faits présumés avait été révélés par Médiapart, qui expliquait, vidéo à l'appui, qu'un bourrage d'urne en faveur de la liste de "Les Républicains" avait été effectué. C'est la troisième personne a être mise en examen dans cette affaire. Jean-Luc Imare et Hyacinthe Bovalo avait été placé en garde à vue le 2 octobre dernier, puis mise en examen et placée sous contrôle judiciaire deux jours plus tard. L'avocate de la suspecte dénonce "une manipulation orchestrée hors vie judiciaire" suite au communiqué du parquet. (Photo d'illustration rb/www.ipreunion.com)

"Les investigations se sont poursuivies dans le cadre de l'information judiciaire ouverte le 4 octobre 2019 pour les faits de modification des résultats d’un scrutin par acte frauduleux dans un bureau de vote par fonctionnaire, délit prévu par l’article L113 alinéa 2 du code électoral, et punissable d’une amende de 30 000 euros et de 2 ans d’emprisonnement" précise le parquet de Saint-Pierre dans un communiqué.

Afin de mesurer l'ampleur des fraudes, les investigations ont concerné l'ensemble des bureaux, au travers de l'audition de plusieurs centaines d'électeurs. "Les investigations ont confirmé l'importance du processus de fraude, qui semble avoir bénéficié à une seule des listes en présence, lors des dernières élections européennes" souligne par ailleurs la procureur.

Patricia Tayllamin, élue à Saint-Pierre et assesseur d'un bureau de vote, a été placée en garde-à-vue mercredi après-midi, ainsi que les autres membres de ce bureau. Cette dernière a été présentée ce jeudi au juge d'instruction, qui l'a mise en examen pour "les faits de modification des résultats d’un scrutin par acte frauduleux dans un bureau de vote, avec placement sous contrôle judiciaire, portant notamment interdiction de participer à la tenue d'un bureau de vote" explique le parquet.

"Cette enquête, longue et complexe, nécessitera encore de nombreux mois d'investigations, avant de pouvoir déterminer l'ampleur exacte de la fraude sur les 92 bureaux de la commune de Saint-Pierre, ainsi que les responsabilités" conclut le communiqué.

- L'avocate de Patricia Tayllamin dénonce la communication du parquet -

Dans un communiqué de presse, Maître Stéphanie Panurge, l'avocate de la suspecte, s’étonne des "méthodes scandaleuses, proscrites par monsieur le procureur général lors de son audience solennelle sur " l’instrumentalisation de la justice "  pendant la période électorale, qui ont prévalu dans le traitement judiciaire de Madame Tayllamin alors que ne lui ont été posées que très peu de questions sur une dizaine d’électeurs".

Elle se dit surprise du calendrier choisi, à trois jours du premier tour des élections municipales. "Il est encore plus étonnant que le Parquet fasse le choix, à l’avant-veille d’une élection, de communiquer en assumant interférer dans le jeu démocratique" continue la défense. "Tout en s’abritant derrière l’article 11 du Code de procédure pénale,  c’est une violation de la présomption d’innocence" accuse-t-elle.

Maître Stéphanie Panurge dénonce par ailleurs que les quatre autres personnes entendues n’ont fait l’objet d’aucune mise en cause et que "c’est son statut d’élu qui lui vaut ce traitement".

"Tout cela est une manipulation orchestrée hors vie judiciaire, en opposition même à la libre expression du suffrage. Personne ne sera dupe de cette manoeuvre" conclut-elle dans son communiqué.

- Une vidéo incriminante publiée par Médiapart -

Pour rappel, lors de ces élections, le score de la liste "les Républicains" de François-Xavier Bellamy avait atteint des sommets inégalés dans l’île pour ces élections européennes 2019. Médiapart rappelle les chiffres "les Républicains décrochent la deuxième position, avec 18,37 % des votes (3 603 voix). Là où le parti plafonne à 5,97 % (10 734 voix) sur la totalité de l’île."

Les journalistes de Médiapart ont été mis sur la voie grace à des vidéos filmées par une femme nommée Claire dans l’article. Cette dernière, aussi assesseure ce jour-là, aurait enregistré les magouilles présumées des deux hommes. Le procédé du bourrage d'urne, un classique "les "mauvais" bulletins — ceux qui ne sont pas LR — ont ensuite été jetés dans la poubelle d’une salle annexe du bureau de vote, situé dans une école

Pour aller plus loin :

Bourrage d'urne: les deux auteurs présumés placés sous contrôle judiciaire

Élections européennes : des assesseurs auraient bourré les urnes à Saint-Pierre

www.ipreunion.com / redac@ipreunion.com

   

3 Commentaire(s)

Didier Le Justicier Sec, depuis son mobile, Posté
bizarre ces révélations. qu en est il de la presomption d'innocence ? Didier robert et anda le sans travail ont vraiment bonne presse...
Squaw, Posté
On ne va pas se plaindre que la justice travaille vite, pour une fois que ça se passe dans le milieu politique, surtout celui de saint-Pierre où certains se croient intouchables, au point que l'édile se proclame roi, donc qui fait la loi en ridiculisant le système judiciaire ! Mais dans quel monde vit-on!!! Merci la justice, merci Madame la Procureure de mettre un bon coup de pied dans ce nid mafieux et de redonner ses lettres de noblesse à notre justice, continuez, obtenez la vérité et sanctionnez, les réunionnais vous en sont reconnaissants!!!!
Riri, Posté
Il était temps que la justice commence à faire tomber le système mis en place depuis plusieurs années déjà car sinon on serait encore parti pour 6 ans... D'autres têtes vont tomber j'espère. Saint Pierre mérite beaucoup mieux que ces escrocs.