Covid-19 :

Débrayage au centre pénitentiaire de Domenjod contre le manque de matériel sanitaire


Publié / Actualisé
Ce mardi 31 mars 2020, les agents du centre pénitentiaire de Domenjod, à l'appel du bureau local UFAP UNSa Justice et de son secrétaire Louise Gildas, ont effectué un débrayage d'une quinzaine de minutes à la prise de service du matin. Les syndicats dénoncent le manque de matériel sanitaire, notamment des masques, gants, et gel pour les mains. Nous publions ci-dessous leur communiqué. (Photo d'illustration rb/www.ipreunion.com)
Ce mardi 31 mars 2020, les agents du centre pénitentiaire de Domenjod, à l'appel du bureau local UFAP UNSa Justice et de son secrétaire Louise Gildas, ont effectué un débrayage d'une quinzaine de minutes à la prise de service du matin. Les syndicats dénoncent le manque de matériel sanitaire, notamment des masques, gants, et gel pour les mains. Nous publions ci-dessous leur communiqué. (Photo d'illustration rb/www.ipreunion.com)

Cela fait maintenant plus de deux semaines que notre organisation syndicale réclame des moyens de protection (masques, gants et gel) afin d’exercer le plus sereinement possible notre mission de sécurité publique. Deux courriers ont été envoyés au Préfet afin de réclamer des moyens adéquats face à la pandémie et un dépistage massif du personnel.

L’administration pénitentiaire étant incapable de nous donner une projection quant à une éventuelle dotation de masques et s’opposant à ce que le personnel se protège par des moyens individuels, ce mouvement de protestation était inévitable.

Le personnel, qui assure ses missions régaliennes tant bien que mal face à cette crise sanitaire, s’efforce au quotidien d’éviter une contagion intra-muros qui serait bien évidemment catastrophique.

Même si des mesures de quatorzaine vis-à-vis des détenus arrivants et le recensement des agents aptes et sains à tenir leur fonction ont été prises, le risque zéro n’existe pas. Le port du masque pour les agents doit pouvoir éviter un début de propagation du virus au sein de l’entourage familial du personnel et au sein de la population pénale.

Notre administration de tutelle a pris des engagements vis-à-vis de nos revendications. Après les paroles, nous attendons les actes. Notre organisation tient à ce que la santé de chacun soit préservée. Nous réclamons, plus que jamais, la protection de tous et le dépistage des personnels de l’administration pénitentiaire.

Pour rappel, à ce jour aucun cas de covid-19 n’a été détecté dans nos structures pénitentiaires réunionnaises. Tous les moyens de prévention doivent être mis en oeuvre pour éviter que le virus pénètre dans l’une de nos détentions.

   

Votre avis nous intéresse, soyez le premier à vous exprimer !