Le Conseil d'Etat a tranché (actualisé) :

NRL : la carrière de Bois Blanc n'ouvrira pas, les associations sont ravies


Publié / Actualisé
Nouveau coup dur pour la Nouvelle route du littoral. Le Conseil d'Etat a rejeté ce mardi soir 14 avril 2020 les pourvois du ministère de l'Agriculture, de la Région Réunion et d'une société de travaux publics et la non ouverture de la carrière de Bois Blanc. Les transporteurs ont temporisé cette décision en indiquant que la NRL pourrait être terminée sans cette carrière, tout en précisant cependant que La Réunion avait besoin de pouvoir ouvrir une carrière à l'exploitation en prévision de nouveaux chantiers à venir. Les associations militant contre l'exploitation de la carrière, elles, sont ravies de cette décision. (Photo rb/www.ipreunion.com)
Nouveau coup dur pour la Nouvelle route du littoral. Le Conseil d'Etat a rejeté ce mardi soir 14 avril 2020 les pourvois du ministère de l'Agriculture, de la Région Réunion et d'une société de travaux publics et la non ouverture de la carrière de Bois Blanc. Les transporteurs ont temporisé cette décision en indiquant que la NRL pourrait être terminée sans cette carrière, tout en précisant cependant que La Réunion avait besoin de pouvoir ouvrir une carrière à l'exploitation en prévision de nouveaux chantiers à venir. Les associations militant contre l'exploitation de la carrière, elles, sont ravies de cette décision. (Photo rb/www.ipreunion.com)

L'audience du Conseil d'Etat a eu lieu avant les mesures de confinement en raison du coronavirus. Statuant au contentieux, la haute juridiction a rendu sa décision le vendredi 3 avril, mais elle n'a été rendue publique que ce mardi. Le ministère de l'Agriculture, le conseil régional de La Réunion et la Société de concassage et de préfabrication de la Réunion demandaient l'annulation d'une ordonnance du juge des référés du tribunal administratif de La Réunion.

Cette ordonnance avait suspendu en avril 2019 un arrêté préfectoral autorisant à exploiter la carrière de Bois Blanc à Saint-Leu. Un coup dur pour le chantier puisque c'est de cette carrière que devaient être extraites les roches massives nécessaires à la construcrtion de la NRL.

Le Conseil d'Etat a estimé qu'aucun des arguments avancés par les trois parties pour demander l'annulation de l'ordonnance n'était admissible.

- Une décision "mal comprise" pour les transporteurs -

Du côté des transporteurs, c'est l'incompréhension qui est de mise. "C'est une décision qui est très mal comprise, nous avons besoin de l'ouverture de cette carrière, pour la NRL mais aussi pour d'autres chantiers" indique Didier Hoareau, président de l'Organisation des transporteurs indépendants (OTI). "Si la priorité reste à la crise sanitaire aujourd'hui, il va cependant falloir monter au créaneau avec la Région pour débloquer cette situation. On ne peut pas patienter encore deux ans pour travailler, il faut trouver une solution" indique-t-il par ailleurs.

Joël Mongin, président de la Fédération des transporteurs de l'océan Indien (FTOI), est plus mesuré. "La carrière de Bois Blanc n'est pas notre priorité, c'est sur les andains que nous misons aujourd'hui" souligne-t-il. Il précise cependant qu'il "faudra bien ouvrir une carrière à un moment, que ce soit à Bois Blanc ou autre part, pour répondre aux besoin de roches massives à La Réunion". Mais, "ce n'est pas la décision du Conseil d'Etat qui nous empêchera de terminer la NRL" précise-t-il.

Les deux transporteurs s'accordent par ailleurs pour dire qu'il est aujourd'hui "incompréhensible qu'aucune carrière ne soit exploitée à La Réunion, qui est le seul territoire ultra-marin dans cette situation".

Certains transporteurs comptent demander une rencontre avec Didier Robert le plus rapidement plus possible, sans vouloir pour autant "mettre de l'huile sur le feu". Le président de l'OTI insiste cependant sur le fait que les transporteurs ne "peuvent pas rester sur le carreau".

- Un chantier qui pourrait "reprendre progressivement dans les prochains jours -

Dans un communiqué de presse la Région Réunion a indiqué que "la décision du Conseil d’Etat porte sur l’arrêté préfectoral de défrichement er d’autorisation, et laisse ainsi le soin au Tribunal administratif de La Réunion d’examiner le dossier sur le fond, à savoir si la carrière de Bois-Blanc peut commencer à être exploitée ou non".

Le président de Région a annoncé que "les chantiers Digue et Viaduc de la NRL envisagent de reprendre progressivement dans les prochains jours, dès que les restrictions dues au confinement évolueront"

"Il n’y a à ce stade ni suspension et encore moins arrêt de ce chantier sur la base d’une décision du Conseil ou du Tribunal administratif ", a écrit Didier Robert.

"Une réunion de travail " Covid 19 " est d’ailleurs prévue ce mercredi 15 après midi à la Préfecture pour envisager les conditions de reprise de l’ensemble des chantiers réunionnais dont celui de la NRL. La reprise des travaux est en effet conditionnée sur la NRL comme sur les autres chantiers par la capacité des entreprises à démontrer qu’ell es peuvent reprendre leur activité en respectant les règles sanitaires nécessaires à la maitrise de l’épidémie" a-t-il précisé.

A noter que l'exploitation d'andains, envisagés pour terminer la NRL, n'a pas encore été autorisée par la Direction de l'environnement, de l'aménagement et du logement (DEAL). Une expertise d'impact environnementale a par ailleurs été demandée par l'Autorité de l'Environnement.

- Victoire du côté des associations -

"Le Conseil d'Etat vient de nous donner raison ! Cette décision, dont nous avions eu des prémices il y a quelques jours, a été officiellement confirmée hier" s'exclame sur Facebook le collectif Touch Pas Nout Roche, farouchement opposé à l'exploitation de la carrière. "Cette "guerre des nerfs", nous la gagnons aujourd’hui sur la forme (défrichement), et il nous faudra la remporter sur le fond (sortie définitive de la zone de Bois Blanc de l’exploitation de méga-carrière)" précise par ailleurs le collectif.

Stéphanie Gigan, du collectif Nout Ker D'vie, qui milite contre l'exploitation de la carrière des Lataniers à La Possession, ne crie cependant pas victoire tout de suite. "Cette décision confirme la suspension de l'arrêté autorisant l'exploitation de Bois Blanc, mais elle n'interdit pas totalement cette exploitation" temporise-t-elle. Elle attend aujourd'hui une décision finale concernant la carrière. "Cela nous conforte tout de même dans quelque chose que l'on savait déjà : nous ne sommes pas certains de la légalité de ces arrêtés préfectoraux autorisant l'exploitation des carrières" explique-t-elle.

Elle précise par ailleurs qu'une fois encore "la justice a tranché en notre faveur".

- Une cascade de recours -

A noter que le chantier de La NRL est à l'arrêt depuis de longs mois en raison d'une cascade de recours qui a été déposée devant toutes les juridictions compétentes contre la quasi totalité des arrêtés préfectoraux autorisant l'exploitation des carrières.

A chaque fois, les requérants ont obtenu gain de cause. En juillet, le Conseil d'Etat avait déjà définitivement annulé le Schéma départemental des carrières. C'est donc un feuilleton qui n’en finit plus, et qui provoque les moucatages de l'opposition.

Lire aussi : Il faut bien le dire : la NRL, telle qu'elle était prévue, ne se fera pas

www.ipreunion.com avec l'AFP

   

18 Commentaire(s)

Lo roche, Posté
Lo band riverains et associations nora lo roche pou manger.
Avec ou sans carrière, Posté
Merci à Didier Robert !!! Nous avions à la tête de la Pyramide avant lui une homme avec une grosse tête est des petites jambes ! Ah oui pour ça il avait de projets, mais ne passait jamais à l'action !
Enfin, nous avons un homme qui dit et qui fait et qui fait ce qu'il dit ! n'en déplaise à certains !
Oui, beaucoup ont voulu lui mettre les bâtons dans les roues, mais ils perdent à chaque fois car le chantier ira jusqu'au bout !

Par contre, chers détracteurs, sachez, là n'est pas le cas à cause du Covid-19, mais le chantier devait nous être livré en 2020 ! Grâce ou à cause des recours la livraison sera retardée ! J'espère pour nous automobiliste, j'espère pour vous qu'il n'y aura pas d'éboulis car si jamais il y a un mort sous ce tas de roche ....
Jean Philippe Desby, Posté
Le Réunionnais, le citoyen français, l'administré, le contribuable, parfois électeur et pas que [...], que je suis pense plus que jamais que ce dossier, cette opération, ce chantier (phase exécution des contrats de travaux) n'a pas été bien étudié (en phase études et même en études de faisabilité : l'accident du 24 mars 1999 dans le tunnel du Mont-blanc {39 morts} aura beaucoup orienté les débats techniques...), la question du volume de matériaux géotechniques nécessaires à la confection des digues aura été négligée avec toutes les dérapages et conséquences que l'on sait désormais.
Chacun a sa part de responsabilité dans le déroulé : j'ai la mienne (je ne me suis pas intéressé aux études dans les années 2000 (j'avais d'autres préoccupations!), par exemple, j'ai fait confiance aux "experts"..., j'ai eu tort...
Toutefois, dans son avis du 17 aoÃ"t 2006, le CESR, devenu CESER, avait tirer la sonnette d'alarme sur ces solutions toutes faites présenter et "vendues" par les ingénieurs de la DDE-routes, et ce conseil de l'institution locale régional visait l'actuelle route : en mettant en exergue le gouffre financier pour entretenir et exploiter la RL (la plus chère du monde au km exploité !).
Les accidents de la route (cocktail alcool et vitesse détonant) tuent plus que les chutes de pierres sur le Littoral...(actuellement, avec le COVID19 il y a une baisse drastique : effet bénéfique !)
A vrai dire, la problématique (le besoin de refaire une Nouvelle Route du Littoral) repose davantage sur la structure mécanique de l'ouvrage actuel : construite en terre armée au début des années 70 (j'ai étudié cette technique au lycée du Butor en 1985...).
D'ailleurs, depuis le 24 mars 2006, nous n'avons pas connu de gros éboulis : c'est indéniable et irréfutable. Cela reste certes aléatoire... On sauverait plus de vie en éduquant les gens à mieux se comporter (comme en ce moment : distanciation sociale...gestes barrières..., hygiène de vie...).
Entreprendre, c'est assumé un risque : c'est vrai pour l'artisan boulanger ou bien le cabinet d'infirmier installé à Vincendo, ou bien l'hÃ'telier à 3 ou 4 étoiles dans l'Est de l'île... Celui qui décide d'acheter une flotte importante de 26 ou 32 tonnes n'y échappe pas ! C'est la loi du marché : de plus, il n'existe aucun contrat (lien juridique) entre la maîtrise d'ouvrage et les transporteurs qui ont "misés" sur ce chantier (comme d'autres l'avaient fait pour la construction de la RdT : 31,5 km, mise en service le 23 juin 2009).
On ne peut pas perdre quelque chose qu'on n'avait pas (encore)...
L'État doit reprendre sa responsabilité ici : le domaine public routier étant classé national, il est inaliénable et imprescriptible, de plus le milieu choisi ne relève pas d'une CL, de toute façon c'est la solidarité nationale qui seule prévaut ici: nous ne sommes pas assez riche pour supporter fiscalement cet investissement sur 40 ou 50 ans!
L'État est capable de débloquer plus 100 milliards pour faire face au COVID19, il a les moyens de prendre à sa charge (et ne pas se contenter de mettre sur la table que 532 Mâ"¬!) le financement et le remboursement de cette enveloppe allant bien au-delà de 1,6 Mds â"¬.
Pour de ce qui est de la recherche de responsabilité de la situation actuelle : il n'y a pas de prescription...
Le Réunionnais n'est pas un demi-français, l'État a durant de longues années combler le déficit du tunnel sous la Manche...
Robert Ménard, Posté
Vous devriez lire le site du porte parole de la région c'est à mourir de rire il se dit journaliste depuis plus de 40 ans sans carte de presse
Madagascarade, Posté
Hi hi hi hi hi hi hi mouahhhhhhhhhhh mouahhhhhhhh no andains/ no gain/ no pain/ no route/ no work / no money for transporteurs ha ha ha ha ha hi hi hi hi ha . Il n'y avait pas une promesse avant les élections municipales avec les transporteurs sur la reprise de ce chantier MAUDIT ha hi hi mouaaaaaaaaaaaaaaaaaaah la com' i bouge enkor! La com' i dort! La com' i plane toujours!
LAS VEGAS, Posté
Chercher refuge à la mairie pour fuir les problèmes, on aura tout vu avec cet incompétent
GUY DEUXVINGT, Posté
Bon ben sa y est chantier a l'arrêt et pour longtemps.
Pas de carrière, accropodes défectueux, ect ect ect ........
DONC LA PLUS SAGE DÉCISION QU'IL RESTE AU PSEUDO PRÉSIDENT INCOMPÉTENT DANS DE NOMBREUX DOMAINE C'EST D'ESSAYER DE S'AUTO PROCLAMER COMMISSAIRE PRISEUR (si il en est capable) ET DE VENDRE AUX ENCHÈRES LE MORCEAU DE ROUTE QUI NE SERA JAMAIS FINI. LES VOUSSOIRS ET PILES PEUVENT ETRE FACILEMENT VENDUS.
AVEC L'ARGENT ON AURA PEUT ÊTRE UN DES LES MASQUES QU'IL A PROMIS.
Et pour conclure j'adresse mes sincères condoléances à la ville de SAINT-DENIS si par malheur il en prend le commandement.
Décoincez vous, Posté
Cet article parle de l'ouverture ou plutÃ't de la non ouverture de la carrière de bois blanc par la décision du conseil d'état c'est tout. L'avenir de la NRL ne dépend pas de la carrière de BB!
Le petit pharaon de la pyramide inversée
réglera avec ses petits copains des syndicats des transporteurs le pb de l'approvisionnement en roche massive !
Depain974, depuis son mobile, Posté
Finissez cette route en viaduc et que l'on en parle plus...
Al, depuis son mobile, Posté
Facile de se cacher derrière la biodiversité et l'écologie. De toute manière le chantier nlr ça continue. Depuis des années cette route était en projet depuis MR vergés. Quand on va rouler dessus toute le monde sera content.
La vérité si je mens !, Posté
Le mec de la pyramide se retrouve une main devant l'autre derrière . A lui tout seul le naufrage !!!
Au webmaster, Posté
n'ouvRira (merci, nous avons corrigé grâce à vous - Webmasrer)
Un combat légitime, Posté
Le combat mené par le collectif touch pa nout roch, par les habitants concernés, par certains politiques pour défendre notre cadre de vie, la biodiversité, notre santé est reconnu par les plus instances juridiques de notre pays.
Le profit a tout prix est condamnable
Nou tien bon nou larg pa
Bretole, Posté
Pour info le 3 Avril est APRES le début du confinement qui est en vigueur depuis mi Mars.....
Pat, Posté
Je pense que c'est une très belle avancée.
Pour ma part ,je n'ai jamais été convaincu que cette route devait passer en mer .Des expropriations massives ont été opérées pour la route des tamarins ,pourquoi ne pas avoir fait la même chose pour cette route dont un tracé avait déjà été fait .
O'COCO, Posté
Et ça veut venir à la mairie de sin dni? ? ? Oté IMAZ PRESS out l'article lé gadiamb otwoi, okilé lo roche, okilé lo SOFÈR i fé le tour du monde, okilé verdict conseil d'Etat, okilé lo masques! Lé gadiamb mi Love Imazpress mi love galet n'a point
CHABAN, Posté
DIDIER ROBERT dans toute sa splendeur.
Stean, Posté
On comprend mieux les raisons du capitaine a vouloir quitter le navire ! Un vrai fiasco!