Un convoi prévu sur la NRL ce jeudi :

Réseau Car Jaune en crise : "arèt roul anou"


Publié / Actualisé
Le groupement Cap'Run, qui comprend 10 entreprises locales réunies dans le cadre de l'exploitation du réseau Car Jaune, se mobilise pour attirer l'attention du président de Région et du préfet sur l'urgence de la situation pour le secteur du transport, "magnifiée avec la crise sanitaire". Le groupement est soutenu dans sa démarche par FNTV Réunion, l'antenne réunionnaise de la Fédération nationale des transports de voyageurs. Au cours d'une conférence en compagnie de la société L'Oiseau bleu, les transporteurs ont dénoncé l'inaction de la collectivité et la nécessaire reprise de l'activité à 100% pour répondre à la demandes des passagers. Afin d'exprimer leur mécontentement, les transporteurs prévoient d'organiser un convoi dès ce jeudi 4 juin dans la matinée : environ 60 autocars se dirigeraient vers Saint-Denis pour remettre une motion au préfet, avant de se rendre au Conseil régional en vue d'une réunion avec le président de Région. (Photos rb/www.ipreunion.com)
Le groupement Cap'Run, qui comprend 10 entreprises locales réunies dans le cadre de l'exploitation du réseau Car Jaune, se mobilise pour attirer l'attention du président de Région et du préfet sur l'urgence de la situation pour le secteur du transport, "magnifiée avec la crise sanitaire". Le groupement est soutenu dans sa démarche par FNTV Réunion, l'antenne réunionnaise de la Fédération nationale des transports de voyageurs. Au cours d'une conférence en compagnie de la société L'Oiseau bleu, les transporteurs ont dénoncé l'inaction de la collectivité et la nécessaire reprise de l'activité à 100% pour répondre à la demandes des passagers. Afin d'exprimer leur mécontentement, les transporteurs prévoient d'organiser un convoi dès ce jeudi 4 juin dans la matinée : environ 60 autocars se dirigeraient vers Saint-Denis pour remettre une motion au préfet, avant de se rendre au Conseil régional en vue d'une réunion avec le président de Région. (Photos rb/www.ipreunion.com)

"Face à l'inertie des autorités compétentes, Cap'Run lance une action : un dépôt de motions à la préfecture et à la région Réunion le jeudi 4 juin, pour faire entendre sa voix et porter celle des usagers, également pénalisés par cette situation car ils ne bénéficient pas du service auquel ils ont droit" annonce le groupement.

- Crise Covid et gestion de la Région, la double peine -

La pandémie de coronavirus et le confinement n'ont rien arrangé aux difficultés engrengées par les transporteurs et le manque de communication avec la collectivité. "C'est une pandémie d'ampleur historique qui marque la fin d'une époque et le début d'une autre. Les conséquences économiques sont catastrophiques" note le président de la société de transport L'Oiseau bleu, Nicolas Moutoussamy. "Aujourd'hui nous devons sauver le réseau Car jaune, sinon notre activité va disparaître !"

A bout de souffle, les transporteurs subissent en effet "une double peine : crise sanitaire et gestion de la Région", selon le président de la FNTV, Bruno Fontaine. "Tous les créneaux de notre activité sont touchés." Chaque semane ce sont plus de 100.000 euros de recettes qui ont été perdus.

- Cascades de pénalités -

Dans un courrier qu'il nous montre, Bruno Fontaine rappelle que le secrétaire d'Etat aux transports Jean-Baptise Djebbari a fait passer une circulaire indiquant que les secteurs des transports doivent être soutenus financièrement parlant. Pour les transporteurs il n'en est rien. En effet, la Région pourrait devoir jusqu'à 5 millions d'euros au groupement. Aux 3 millions accumulés depuis des années s'ajoutent 2 millions estimés suite à la crise Covid. Des sommes qui restent en suspens.

Les pénalités administrées aux transporteurs, elles par contre, ne se font pas attendre. Ce mercredi, Cap'Run exprime son ras-le-bol, sans mâcher ses mots : "on a un donneur d'ordre qui nous méprise !" s'exclame le président du groupement, Louis Carpaye. "Tous les ans nous sommes notés : 7/10 puis 7,5/10 et en 2019, 8,8/10, super ! Mais à côté de ça, les pénalités ne font qu'augmenter." Chaque tache négligée, chaque ligne blanche mordue, chaque changement d'itinéraire peut valoir entre 150 euros et 25.000 euros de pénalités. "Le plafond est de 450.000 euros par an, et nous tournons déjà à 300.000 euros" nous explique Louis Carpaye. La semaine dernière, en 7 jours seulement, le groupement Cap'Run cumule 6.000 euros de pénalités.

"On a continué à assurer le service pendant la crise Covid, personne ne nous a demandé comment on vivait ces difficultés. Et quelle réponse de la Région à nos demandes ? 'Monsieur, nous n'avons que faire de ce que vous proposez.' Le réseau est à saturation et on nous dit : allez au contentieux ! Arèt roul anou, nou lé fatigué !"

- Un convoi ce jeudi en direction de Saint-Denis -

Cela fait déjà près de 6 mois que des courriers sont envoyés aux services de la Région, sans aucune réponse. Les transporteurs demandent une reprise à 100% de l'activité, qui n'est pas effective selon Louis Carpaye. "On doit être à 90%, alors que nos bus étaient pleins dès le premier jour de déconfinement." S'ajoutent à ça les mêmes revendications développer les hauts, améliorer les bus, valoriser le transport en commun... Un défi compliqué dans une gestion du tout voiture.

Les transporteurs entendent montrer leur mécontentement de façon plus claire. Un convoi est prévu en direction de Saint-Denis ce jeudi 4 juin dans la matinée. Les autocars de Car jaune partiront de Saint-Pierre et Bras-Panon à 5h30 et convergeront à Saint-Paul. Le convoi, constitué de 60 véhicules pour 70 personnes, prendra ensuite la direction de Saint-Denis, prévoyant de rouler à moins de 50 km/h sur la Route du Littoral. Ils devraient arriver à la préfecture aux alentours de 9h30 afin de remettre une motion au préfet. Puis les autocars se dirigeront vers le Conseil régional. Une réunion est prévue avec le président de Région dans la matinée. Trois bus Car jaune resteront alors stationnés devant la pyramide inversée le temps des discussions, tandis que les autres se rendront sur le parking d'un gymnase de Sainte-Clotilde en attendant.

A l'issue de cette réunion, si les transporteurs n'obtiennent pas gain de cause, ils n'excluent pas des démonstrations "beaucoup plus perturbantes" nous dit-on.

mm / www.ipreunion.com / redac@ipreunion.com

   

3 Commentaire(s)

Flo, Posté
Encore un bon gaspillage de carburants parce que l'un n'entend pas l'autre. La planète n'a rien demandé...
Floflo, Posté
Ce qui me fait marrer c'est que ce Moutoussamy se trouve dans tous les meetings de DR ! Compren' qui pourra!!!!!
Volcan974, Posté
il faudra mettre un pacemaker à ce président de Région, il est partout et nul part en même temps