[PHOTOS] Bernard Fruteau demande justice pour son fils Stéphane :

Saint-Denis : une centaine de personnes réunie contre le racisme et en hommage à Georges Floyd


Publié / Actualisé
Ce mardi 9 juin 2020 ont lieu les obsèques de Georges Floyd, cet Afro-Américain de 46 ans tué le 25 mai à Minneapolis (Etats-Unis) par un policier blanc qui a appuyé son genou sur sa gorge pendant près de 9 minutes. Ce meurtre a soulevé une immense vague de colère et d'indignation contre le racisme en Amérique et dans plusieurs pays du monde. Ce légitime mouvement de protestation touche aussi La Réunion. A l'appel de la Ligue des Droits de l'Homme, une cérémonie d'hommage à George Floyd "genou à terre" a lieu ce mardi sur le Parvis des Droits de l'Homme et de la Laïcité à Champ Fleuri, Saint-Denis. Bernard Fruteau, père de Stéphane, décédé en 2018 après une course poursuite avec la police, demande que la lumière soit faite sur les conditions qui ont mené à la mort de son fils. (Photo rb/www.ipreunion.com)
Ce mardi 9 juin 2020 ont lieu les obsèques de Georges Floyd, cet Afro-Américain de 46 ans tué le 25 mai à Minneapolis (Etats-Unis) par un policier blanc qui a appuyé son genou sur sa gorge pendant près de 9 minutes. Ce meurtre a soulevé une immense vague de colère et d'indignation contre le racisme en Amérique et dans plusieurs pays du monde. Ce légitime mouvement de protestation touche aussi La Réunion. A l'appel de la Ligue des Droits de l'Homme, une cérémonie d'hommage à George Floyd "genou à terre" a lieu ce mardi sur le Parvis des Droits de l'Homme et de la Laïcité à Champ Fleuri, Saint-Denis. Bernard Fruteau, père de Stéphane, décédé en 2018 après une course poursuite avec la police, demande que la lumière soit faite sur les conditions qui ont mené à la mort de son fils. (Photo rb/www.ipreunion.com)

Notre journaliste est sur le Parvis des Droits de l'Homme et de la Laïcité à Champ Fleuri, suivez notre direct : 

www.ipreunion.com / redac@ipreunion.com

  • IPR

    C'est la fin de ce live. Merci de l'avoir suivi et à très bientôt.

  • IPR

    La Marseillaise pour conclure l'hommage

    Toutes les personnes rassemblées reprennent en coeur l'hymne national.

  • IPR

    Bertrand Fruteau demande justice pour son fils Stéphane

    Son fils est décédé en 2018, après une course poursuite avec la police nationale de Malartic sur le pont Vinh San, à 19 ans. "Je demande que justice soit faite pour fils Stéphane Fruteau. Jusqu'à maintenant, les explications de l'accident n'ont pas été éclaircies", s'émeut-il.

    "Le procureur Eric Tufféry ne toruve plus le téléphone sous scellé de mon fils. C'est une honte de la République qu'un tel objet puisse disparaître ! Je me battrai jusqu'au bout pour connaître la vérité, pour mon fils."

  • IPR

    Les dizaines de personnes réunies sur le Parvis des Droits de l'Homme et de la Laïcité à Champ Fleuri mettent un genou en terre en hommage à George Floyd

    Certains lèvent un poing en l'air pour symboliser le combat contre le racisme.

  • IPR

    "Partout, les racines du racisme sont les mêmes"

    "Beaucoup de femmes et d'hommes de toutes origines, attachés aux droits humains ont souhaité montré leur indignation. Partout, les racines du racisme sont les mêmes et peuvent conduire à la tragédie", exclame le président de la Ligue des Droits de l'Homme à La Réunion Dominique Rivière, en préambule de la cérémonie.

    "Nous demandons la justice et la vérité à propos d'un certain nombre de décès suite à des interventions de policiers dans notre pays", complète-t-il. "Le racisme sous toutes ses formes nous empêche de respirer !".

  • IPR

    Bonsoir à toutes et à tous

    Nous sommes en direct de Champ Fleuri à Saint-Denis où a lieu une cérémonie d'hommage à George Floyd.

    Restez avec nous !

A propos

Genou à terre contre le racisme et les injustices

Ce mardi 9 juin, ont lieu les obsèques de George Floyd qui sera inhumé à Houston, au Texas. Partout dans le monde, des femmes et des hommes de toutes origines, attachés aux droits humains, s’apprêtent à cette occasion à manifester leur émotion et leur détermination solidaire pour continuer à lutter contre le racisme sous toutes ses formes.

Ce père de famille de 46 ans, est mort suite à une interpellation violente d'un policier blanc aux Etats-Unis. Filmée par une passante, une vidéo de l'arrestation montre cet agent plaquer au sol George Floyd en gardant pendant de longues minutes son genou sur son cou. Ce dernier a répété plusieurs fois : "je ne peux pas respirer." George Floyd est mort "par homicide" après avoir fait un "arrêt cardiaque et pulmonaire" a estimé ce lundi 1er juin le médecin légiste officiel en charge de son autopsie.

Derek Chauvin, le policier auteur du meurtre, avait été laissé en liberté dans un premier temps avant d'être incaréré. Il est passé devant in tribunal ce lundi. La caution pour sa libération a été fixée à un million de dollars. Les trois autres policiers qui l'accompagnaient au moment des faits ont été inculpés de complicité et placés eux aussi en d"tention plusieurs jours après les fait. Les quatre hommes ont été licenciés de la police de Minneapolis.

Lire aussi : Mort de George Floyd : caution fixée à un million de dollars pour l'ex policier Derek Chauvin

"La mort dramatique de Monsieur George Floyd, cet Afro-Américain tué par des policiers à Minneapolis, aux Etats-Unis d’Amérique, est insupportable et symbolique. Elle suscite une légitime émotion dans nombre de pays tant elle réveille des ressentiments profonds d’injustice et d’impunité face à des actes racistes et à des pratiques violentes ou discriminatoires, notamment lorsqu’elles proviennent des rangs d’institutions chargées de les prévenir" souligne la Ligue des Droits de l'Homme (LDH).

La LDH demande aux Réunionnaises et aux Réunionnais de mettre un genou à terre pour rendre hommage à ce père de famille tué par un policier et pour dire leur refus du racisme.

Ce n'est pas la première fois que La Réunion manifeste son refus du racisme et des injustices depuis le meurtre de Geoge Floyd. Le 25 mai dernier, Un rassemblement et une marche silencieuses avaient eu lieu le mardi 2 juin en soirée, à Saint-Denis. Plus de 200 personnes avaient ensuite mis genou en terresur le Barachois.

Lire aussi : Une marche silencieuse à Saint-Denis contre les violences policières

Ce geste symbolique du genou au sol a été initié par Colin Kaepernick, l'ancienne star du foot américain évoluant alors aux San Francisco 49ers, et qui protestait ainsi contre les violences policières faites aux Noirs.

Ce genou à terre est devenu depuis la mort de George Floyd le 25 mai un geste emblématique de contestation de l'injustice raciale, mais aussi de solidarité, exprimées lors des très nombreuses manifestations réunsissant des centaines de milliers de personnes aux États-Unis et dans le monde ces dix derniers jours.

Ainsi, se joignant aux manifestants, des policiers se sont aussi mis à genoux lors de rassemblements. Dans le sport, des joueurs de foot en ont fait de même juste avant des matches du championnat d'Allemagne, tout comme l'équipe de Liverpool pour une photo symbolique diffusée sur les réseaux sociaux.

En France, le président Emmanuel Macron, qui ne s'est jusqu'ici pas exprimé sur la mort de George Floyd aux Etats-Unis, à l'origine de ce mouvement de protestation mondial, avait demandé au gouvernement "d'accélérer" dans ce dossier des violences perpétrées par les forces de l'ordre

"8 minutes 46 secondes. C'est la durée pendant laquelle, George Floyd est resté à terre, le genou d'un policier contre son cou. C'est la durée de l'agonie, de la honte, de la haine. C'est le temps qu'il a fallu pour asphyxier l'honneur", a déclaré le ministre de l'Intérieur lors d'une conférence de presse tenue ce lundi. Depuis, "partout, des femmes et des hommes, souvent jeunes, se sont rassemblés pour pousser un puissant cri contre le racisme, contre la haine, contre les discriminations", a- ajouté Christophe Castaner

Lire aussi : Tolérance zéro pour le racisme et interdiction de l'étranglement pour les interpellations

Il a aussi annoncé l'abandon de la méthode d'interpellation policière controversée de la "prise par le cou, dite de l'étranglement". "Elle ne sera plus enseignée dans les écoles de police et de gendarmerie. C'est une méthode qui comportait des dangers", a ajouté le ministre. "Par ailleurs, si un policier ou un gendarme doit maintenir quelqu'un au sol lors de son interpellation, il sera désormais interdit de s'appuyer sur sa nuque ou son cou", a-t-il dit.

Une mission avait été créée à la suite de la mort de Cédric Chouviat en janvier lors de son interpellation à Paris. "La police française n'est pas la police américaine", a dit Christophe Castaner "mais des questions légitime se posaient".

Il a aussi annoncé une réforme "en profondeur des inspections du ministère de l'Intérieur" - l'Inspection générale de la police nationale (IGPN), son homologue de la gendarmerie (IGGN) et l'inspection générale de l'administration (IGA) - pour "plus d'indépendance". Cette réforme "devra permettre plus de cohérence, plus de collégialité entre ses inspections et surtout plus d'indépendance dans leur action vis-à-vis des services", selon le ministre.

Depuis le début du mouvement des "gilets jaunes" en novembre 2018 et son cortège de manifestants blessés, les violences policières sont une épine dans le pied du gouvernement qui refuse systématiquement d'utiliser ce terme. Et la mort de George Floyd aux Etats-Unis a remis cette question brûlante au coeur du débat en France.

Saisi par Christophe Castaner, le parquet de Paris a ouvert vendredi une enquête sur des messages racistes publiés sur Facebook et attribués aux forces de l'ordre. L'IGPN a annoncé lundi avoir été chargée en 2019 d'un nombre inédit d'enquêtes judiciaires (1.460, +23,7% par rapport à 2018) et dont plus de la moitié portent sur des "violences volontaires" de la part des forces de l'ordre. Ce dernier chiffre a bondi de 41% par rapport à 2018.

Plusieurs manifestations dénonçant des "violences policières" et le "racisme" se sont déroulées depuis le déconfinement, celles de samedi rassemblant 23.000 participants en France, selon les chiffres du ministère de l'Intérieur. "Aucun raciste ne peut porter dignement l'uniforme de policier ou de gendarme (...) Aussi, j'ai demandé à ce qu'une suspension soit systématiquement envisagée pour chaque soupçon avéré d'actes ou de propos racistes", a déclaré Christophe Castaner.

• A La Réunion l'hommage à George Floyd a lieu ce mardi à partir de 18 heures sur le Parvis des Droits de l’Homme et de la Laïcité à Champ Fleuri, Saint-Denis.

   

6 Commentaire(s)

Mano, Posté
Triste réalité....en revanche si les uns et les autres devriont mettre un genou à terre pour toutes les exactions commises par l'être humain liées : aux meurtres de femmes, enfants, personnes âgées et/ou vulnérables, aux guerres, à la famine, l'avidité, la cupidité, la domination, l'esclavage...et j'en passe et des meilleures...nous n'aurions pas assez de 365 jours et peut-être que nous aurions du mal à nous relever...au risque en sus de se faire vilipender par le Droit de l'Homme pour souffrance....à l'insu de notre plein gré....Et si nous apprenons à être des femmes et hommes DEBOUT....ce serait mieux non !
Aline Dagut, Posté
Participer à ce rassemblement était pour moi important. Lutter contre racisme sous toutes ses formes: couleur de peau, sexe, nationalité, pauvreté, handicap, religion....
Mais quelle fut pas ma surprise d'entendre chanter la marseillaise: "Qu'un sang impur
abreuve nos sillons !" paroles d'exclusion et de violence ne peut-on changer ces paroles qui sont la représentation de la France?
La vérité si je mens !, Posté
Dingue de voir ce spectacle . Les médias ont de beaux jours avec la populace .... " L'individu est handicapé en se retrouvant face à face à une conspiration si monstrueuse qu'il ne peut pas croire qu'elle existe " J. Edgar Hoover, directeur du FBI de 1924 à 1972)
Martin, Posté
Quel faute que de prendre Floyd pour la lutte contre le racisme.
videur, braqueur, vendeur de stéroïdes bref, voyou patenté jusqu'à son interpellation pour avoir essayer de faire passer un faux billet...
Parce que oui le racisme existe aux usa plus qu'ailleurs, oui il aurait fallut une autre victime que celle ci qui jette une image négative sur la communauté.
7AC, Posté
La moindre occasion est bonne pour manifester.
Surtout ici, comparer à ce qui se passe là bas, c'est carrément indécent.
Occupez-vous de nos vieux, des personnes en difficultés, et de nos femmes maltraitées, là vous aurez mon total soutien.
Sapoties, Posté
Stop au racisme et stop aux violences policières, OUI et OUI.
Mais c'est absurde de prendre comme modèle (même s'il ne méritait pas ça), un homme avec des antécédents de malfaiteur (dont vous vous gardez bien de parler ici d'ailleurs, ce n'est pas très honnête d'occulter volontairement une partie des infos). On est très loin d'avoir à faire à Ghandy ou Martin Luther King.
Et, pour commencer à lutter contre le racisme, le terme "afro-américain" devrait être supprimé.
Ce terme me hérisse le poil. Dire qu'une personne est noire est une description, comme on pourrait dire une personne blonde ou rousse ou brune, mais Afro-américain, ça fait carrément "race à part", ça c'est du racisme.