La crise sanitaire a accentué les incertitudes :

Le handisport réunionnais en quête de renouvellement


Publié / Actualisé
À l'arrêt forcé pendant plus deux mois comme l'ensemble du monde sportif pour cause de pandémie, le handisport réunionnais traverse une période où l'incertitude liée au coronavirus s'est ajoutée au besoin de rajeunissement et de redynamisation de la discipline. (Photo rb/www.ipreunion.com)
À l'arrêt forcé pendant plus deux mois comme l'ensemble du monde sportif pour cause de pandémie, le handisport réunionnais traverse une période où l'incertitude liée au coronavirus s'est ajoutée au besoin de rajeunissement et de redynamisation de la discipline. (Photo rb/www.ipreunion.com)

“Question piège”, répond Jimmy Sinapin lorsqu’on lui demande quelle est la situation du handisport à La Réunion. Il est le président de l’Association Liaison, principale structure sportive pour les personnes en situation de handicap du Port. “À l’heure actuelle, c’est un peu flou. On ne sait pas où on va cette année, dans quelle direction.”

À l’instar de la reprise des sports valides, celle du handisport est on ne peut plus incertaine à l’aube du déconfinement. Pour la basket par exemple, une des disciplines les plus pratiquées sur l’île, aucun calendrier de retour à la compétition n’a pour l’instant été établi.

Jimmy Sinapin croise les doigts pour une reprise au 22 juin, comme indiqué dans le protocole national du handisport. “On est train de voir avec la commune. On attends que la commune nous donne le feu vert sur la réouverture des gymnases. Pour l’instant c’est de l’individuel. J’ai des gars qui s’entraîne sur la route, qui font de la roue libre, ce qui permet de conserver la condition physique. Sur le plan entraînement, on n’a pas encore démarré.”

“Tant que le Comité n’a pas lui-même mis un véritable projet en place, on tâtonne”, note de son côté Arnaud Huguet, responsable du Club Roland Georget de Sainte-Clotilde. “Les clubs font des petits projets pour permettre aux athlètes de continuer à faire de petits entraînements, à se rencontrer.”

Cadre technique du Comité régional, Annie Amacouty reconnaît ne pas être très avancé sur la question de la reprise, forcément plus sensible avec un public fragile. “On a été complètement oublié. Personne ne s’est inquiété ou s’est demandé comment on allait pouvoir faire, quelles seraient nos modalités de reprise. On n’a rien eu à part les mails de la Fédération.”

Lire aussi : Coronavirus : les recommandations du ministère des sports pour la reprise des pratiques sportives

- Une crise qui tombe au plus mal -

Ce qui est certain, c’est que la crise sanitaire est extrêmement mal tombée pour le handisport réunionnais, qui peine à croître depuis quelques années. “La crise sanitaire a encore freiné un peu plus la situation. Les projets en dehors de La Réunion, il ne faut même pas compter dessus”, regrette Jimmy Sinapin.

Pour ces clubs essentiellement financés par les subventions régionales, départementales et communales, chaque année présente le challenge de présenter un projet jonglant entre ambition et cohérence pour récolter des fonds. L’année 2020 sera particulièrement délicate à gérer.

“Il faut aller à la pêche des demandes de subventions pour favoriser le handisport aux athlètes, si possibles les jeunes et les femmes. C’est dans ces deux créneaux, que les instances financent le plus. Et malheureusement, le handisport aujourd’hui est un petit peu vieillissant.”

“En fin de compte, on opère dans un cercle. On a du mal à relancer le handisport par des nouveaux athlètes, des nouveaux projets. Ca tourne autour du basket, de la pétanque, de l’athlétisme…”, renchérit Arnaud Huguet.

Au Port, l'Association Liaison a mis en place le Défi Handicap, une action qui permet de faire découvrir le maximum de disciplines, collectives ou individuelles, aux curieux. Une initiative dont la date de la prochaine édition n’est pas connue, crise sanitaire oblige.

Lire aussi : Défi handicap : une journée en faveur des personnes en situation de handicap

Le cœur du problème est parfois encore plus profond. “On essaye de faire des choses, mais c’est très compliqué. Si on n’a pas l’aval des éducateurs ou des responsables de centre, on ne peut pas toucher les jeunes”, indique Annie Amacouty.

- Sport valide et handisport, main dans la main -

Alors que la crise sanitaire s’est ajoutée à la crise générationnelle et presque structurelle du handisport à La Réunion, les partenariats avec les clubs valides paraissent être une option à explorer, comme c’est le cas à Saint-Paul pour l’athlétisme et le tennis. Sport valide et handisport partagent logistiques, structures et compétences.

Jimmy Sinapin y voit là un véritable levier de changement. “C’est intéressant comme formule. On essaye de travailler avec les clubs valides pour qu’ils proposent des activités qui peuvent être adaptées à des athlètes handisport. Sinon, on ne peut pas tout faire. Si on reste dans un club handisport basique, on va se fatiguer.”

En attendant de reprendre les activités et un plus ample soutien, le handisport se débrouille comme il peut avec ses moyens. À l’image des sorties hebdomadaires organisées par Annie Amacouty pour les athlètes de l’île. Ce week-end, c’était au Maïdo. Pour garder la forme, pour l’amour du sport.

aa / www.ipreunion.com / redac@ipreunion.com
 

   

Mots clés :

    1 Commentaire(s)

    Saint-Paul Handisports, Posté
    Tout va bien pour nous. Nous reprenons d'ores et déjà nos activités dès mercredi 17 juin puisque l'ouverture des salles par la commune est effective. Nous resterons ouvert durant tout l'hiver. Notre projet est déjà bouclé pour la rentrée.
    Nous avons ajouté des compétences à nos activités depuis 2011 en nous investissant fortement dans le sport santé notamment en direction du handicap puisque c'est notre objectif de base. Cette année, L'OMS de Saint-Paul nous a ouvert un créneau Sport sur ordonnance destiné à des personnes handicapées. Le seul sur le département. Donc tout va bien chez nous et nous apportons régulièrement notre soutien aux clubs handisport qui nous sollicitent, comme Liaison.
    Donc il y a d'autres voies dans le sport handicap. SPH compte à ce jour 80 licenciés vérifiables dans une autre fédération.

    Je vous invite à visiter notre site et nos pages FB : handireunion.org et de revenir nous voir. Il y a d'autres clubs handi dynamiques dans le coin : la section Paratennis du Tennis club baie de Saint-Paul qui a organisé un tournoi national début 2019, le premier du genre à La Réunion, et le club Handy Roue Libre pour "rouler" sur piste ou sur route.
    https://handireunion.org