Feu vert :

Le Conseil d'Etat rejette le recours contre le rachat de Vindémia par le Groupe Bernard Hayot


Publié / Actualisé
Dans un avis rendu ce mercredi 17 juin 2020, le Conseil d'Etat a rejeté le recours déposé contre le Groupe Bernard Hayot (GBH) dans le rachat de l'entreprise Vindémia, gestionnaire des magasins Jumbo Score. Son rachat avait été validé par l'Autorité à la concurrence le 26 mai dernier.
Dans un avis rendu ce mercredi 17 juin 2020, le Conseil d'Etat a rejeté le recours déposé contre le Groupe Bernard Hayot (GBH) dans le rachat de l'entreprise Vindémia, gestionnaire des magasins Jumbo Score. Son rachat avait été validé par l'Autorité à la concurrence le 26 mai dernier.

Le 1er juin, les géants de la grande distribution réunionnaises avait déposé un recours pour empêcher la vente, et ainsi suspendre la décision de l'Autorité à la concurrence.

Lire aussi : Autorité de la concurrence : feu vert sous conditions au rachat de Vindémia par le groupe Hayot

Dans sa décision, le Conseil d'Etat précise que "l'allégation selon laquelle il existerait des risques des risques de constitution d'un monopole de la zone Saint-Pierre ou d'un duopole dans les zones de Saint-Paul - Le Port, et de Saint-Benoit, ne parait pas en l'état de l'instruction de nature à caractériser une atteinte grave et immédiate au maintien de la concurrence dans ces zones dès lors que, d'une part, il ressort d'une décision (...) de l'Autorité de la concurrence."

- Des défiances vis-à-vis de ce rachat -

Dès l'annonce de ce rachat, les géants des grandes surfaces de La Réunion s'étaient opposés à cette vente. Ils avaient par ailleurs proposé une "alternative réunionnaise". Les représentants des trois groupes avaient détaillé les points principaux de leur proposition qualifiée "d'offre qui se veut ni clivante, ni exclusive, ni vampirisante". Ils disaient vouloir donner "une plus grande place à la production locale" dans les magasins. Ils avaient donc affirmé leur volonté de "construire "une nouvelle démarche locale" sans "esprit de conquête". Au final, personne n'avait déposé de proposition concurrente à celle de GBH.

A noter que la totalité des élus réunionnais s'étaient élevés contre cette vente. Ils avaient interpellé Emmanuel Macron, le 28 août dernier, lui demandant de se pencher sur ce dossier. "Il est important que l'autorité indépendante de la concurrence étudie avec attention l'impact de ce rachat sur l'économie locale, et le secteur de la grande distribution en particulier". Ils ajoutaient en s'adressant au Président de la République : "nous avons confiance en votre capacité à intervenir pour lutter contre les situations de rente, de position dominante et de monopole conformément à vos engagements".

De plus, l'Association contre la domination économique et pour la défense des citoyens attachés aux libertés outre-mer (Adecalom) avait aussi adressé une lettre ouverte "aux acteurs du monde politique et économique réunionnais" pour leur demander de "saisir le Conseil d'Etat pour qu'il dise le droit" à la suite de "la décision scandaleuse et humiliante de l'Autorité de la concurrence (ADLC). Une décision qui a donc été déboutée.

www.ipreunion.com / redac@ipreunion.com

   

Mots clés :

    2 Commentaire(s)

    KUNTA KINTé, Posté
    C'est cher payé leur aventure à verser des euros en plus
    Stean, Posté
    Adecalom?? Association inconnue...