Economie :

La croissance se redresse légèrement à La Réunion en 2019


Publié / Actualisé
Comme chaque année, l'Insee publie un bilan économique de l'année passée pour La Réunion. Si l'année 2020, marquée par le coronavirus, promet d'être terne, l'année 2019 a vu une légère croissance sur l'île. Nous publions les points marquants de ce bilan ci-dessous.
Comme chaque année, l'Insee publie un bilan économique de l'année passée pour La Réunion. Si l'année 2020, marquée par le coronavirus, promet d'être terne, l'année 2019 a vu une légère croissance sur l'île. Nous publions les points marquants de ce bilan ci-dessous.

• La croissance se redresse légèrement

En 2019, la croissance se redresse légèrement à La Réunion : la progression du PIB en volume est de + 2,2 % après le décrochage de 2018 (+ 1,7 %). La consommation des ménages constitue le principal moteur de cette croissance après un fort ralentissement en 2018. La consommation des administrations et l’investissement se redressent également.

En revanche, conséquence d’une consommation et d’un investissement dynamiques, la hausse des importations pèse négativement sur la croissance. Dans le même temps, la situation sur le marché du travail s’améliore après une année 2018 où l’emploi public avait fortement baissé.

• Le pouvoir d’achat individuel se redresse 

Le pouvoir d’achat augmente fortement en 2019 (+ 2,7 % après + 0,7 % en 2018). Dans un contexte de faible inflation en 2019 (+ 0,4 % après + 1,8 % en 2018) et soutenu par un revenu disponible brut dynamique (+ 3,1 %), le pouvoir d'achat total des ménages progresse quatre fois plus vite qu’en 2018 (+ 2,7 % après + 0,7 %). Il est stimulé par l’accélération simultanée des revenus d’activité (+ 2,9 %) et des prestations sociales (+ 4,5 %).

Le revenu disponible brut s’élève à 18 300 euros par habitant sur l’île en 2019, soit comme en 2018 84 % du niveau national.

• Emploi salarié en hausse et chômage en repli

La bonne orientation de l’emploi salarié favorise en partie un repli du taux de chômage au sens du Bureau international du travail (BIT, - 3 points), qui s’établit à 21 %. Toutefois, cette baisse du chômage ne s’accompagne pas d’une augmentation du taux d’emploi, mais de sorties plus fréquentes du marché du travail.

Ainsi, la population active diminue pour la quatrième année consécutive. En 2019, La Réunion compte 7 000 nouvelles entreprises, soit 6 % de plus qu’en 2018. Les entreprises créées sous le régime de micro-entrepreneur augmentent particulièrement (+ 24 %). La plupart des secteurs d’activité contribuent à la croissance des créations d’entreprises, notamment celui des services aux particuliers (+ 13 %), ainsi que l’industrie (+ 11 %).

• Le montant des prestations sociales en forte hausse

Les prestations sociales en espèce sont la deuxième source de revenus des Réunionnais. Elles augmentent de nouveau fortement en 2019 : + 4,5 %.

Les montants versés par la Caisse d’allocation familiale (hors logement) augmentent de 7,2 %. La moitié de la hausse est portée par la réforme de la prime d’activité appliquée au 1er janvier 2019, dans le cadre des mesures d’urgence économiques et sociales consécutives au mouvement des Gilets jaunes.

En outre, les prestations liées aux minima sociaux progressent de + 4,7 %. En particulier, l’Allocation aux adultes handicapés et le Revenu de solidarité active sont revalorisés en 2019. En revanche, le nombre de bénéficiaires de l’assurance chômage baisse de 7 % du fait de la diminution du nombre d’inscrits à Pôle emploi. Le montant des prestations versées à ce titre diminuent alors de 2,2 % en 2019. 

• L’accélération du pouvoir d’achat stimule la consommation des ménages

À La Réunion, la consommation des ménages est de loin le premier moteur de la croissance (+ 1,6 point). Elle progresse deux fois plus vite qu’en 2018 (+ 2,5 % en 2019), sous l’effet d’un pouvoir d’achat dynamique. Les biens consommés étant en grande partie importés, cette hausse de la consommation des ménages se traduit par une forte augmentation des importations (+ 2,8 %).

En 2019, les ménages ont acheté davantage de biens d’équipement, comme l’illustre la hausse des immatriculations de voitures neuves (+ 6,8 %). Les dépenses de consommation des administrations publiques progressent plus rapidement qu’en 2018 (+ 2,3 % après + 1,5 %). Elles constituent ainsi le deuxième moteur de la croissance en 2019. 

• Des importations et exportations très dynamiques

Malgré des exportations dynamiques (+ 7,4 %), le déficit de la balance des biens et services se creuse et pèse négativement sur la croissance (- 0,6 point). En 2019, La Réunion a importé 5,3 milliards d’euros de biens et en a exporté 361 millions (y compris les produits placés sous entrepôt douanier).

Ces importations progressent de 4,3 % en valeur, portées notamment par les importations de biens d’équipement ménagers et professionnels. Les exportations de biens augmentent aussi, de 11 %, tirées par des ventes de biens d’équipement. Si la métropole reste le principal fournisseur et client de La Réunion, l’Asie et l’Union européenne sont des partenaires privilégiés.

• L’agriculture réunionnaise à la relance

Après un exercice 2018 particulièrement éprouvant, l’année 2019 est celle du retour vers un cours plus normal de l’activité agricole. La production agricole est en hausse de 4 % et atteint 443 millions d’euros. La stabilité du coût des matières premières bénéficie à la valeur ajoutée brute dégagée par l’agriculture, en hausse de 6,6 %.

La production végétale augmente, tirée principalement par la canne à sucre qui reste prépondérante avec 1,72 millions de tonnes broyées pour une valeur de 138 millions d’euros en 2019. La production animale s’accroît également, portée par une filière volailles très dynamique. 

   

Votre avis nous intéresse, soyez le premier à vous exprimer !