La victime a porté plainte pour escroquerie :

Elle paye pour une formation à un poste qui n'existe pas


Publié / Actualisé
La malhonnêteté n'a pas pris de repos pendant le confinement, elle a même fleuri pour profiter de la détresse des gens. Au moins un vingtaine de personnes, victimes d'une arnaques à l'embauche, l'ont malheureusement appris à leurs dépens. Toutes ont cru se rendre à un entretien d'embauche pour être secrétaire dans un cabinet d'avocats, avant d'apprendre une fois sur place que le poste n'a jamais existé. Avant cela elle ont financé une partie de la formation soi-disant nécessaire à l'emploi. L'une des victimes, qui a déposé plainte ce jeudi 18 juin 2020, témoigne pour Imaz Press. (Photo rb/www.ipreunion.com)
La malhonnêteté n'a pas pris de repos pendant le confinement, elle a même fleuri pour profiter de la détresse des gens. Au moins un vingtaine de personnes, victimes d'une arnaques à l'embauche, l'ont malheureusement appris à leurs dépens. Toutes ont cru se rendre à un entretien d'embauche pour être secrétaire dans un cabinet d'avocats, avant d'apprendre une fois sur place que le poste n'a jamais existé. Avant cela elle ont financé une partie de la formation soi-disant nécessaire à l'emploi. L'une des victimes, qui a déposé plainte ce jeudi 18 juin 2020, témoigne pour Imaz Press. (Photo rb/www.ipreunion.com)

“Le poste à pourvoir était sur le site Jooble”, confie l'une des victimes. Il s’agissait d’une offre pour être secrétaire administratif dans un cabinet d’avocats du Nord de l’île. Jusque-là rien d’anormal, si ce n’est les mails comme unique moyen de communication.

“Il n’y a pas de contact de téléphonique, c’est ce qui m’a paru le plus suspect”, admet-elle, pensant que le confinement en était la raison. “Dans la suite du déroulé, j’ai tout eu.” Un processus normal, sans aucune autre alerte.

Arrivée à La Réunion au mois de mars, la victime avait postulé pour le poste au mois de mai. Quelques jours plus tard, elle recevait une promesse d’embauche provenant - croit la victime -, de l'entreprise. “C'était un message avec plein de questions professionnelles, le salaire et la date de l’entretien.”

Avant cela, il fallait suivre une formation à 5 modules, dont 2 financés par la victime. Coût de l’opération : 106,98 euros. 

Le jour de l’entretien, elle se rend dans les locaux de l'entreprise, rencontre une responsable qui existe bel et bien, mais qui n’a jamais envoyé de mail relatifs à une éventuelle embauche. Pis, un tel poste n’a jamais été à pourvoir. 

“En arrivant à l'adresse où il y a bien des avocats, on était 2 candidates pour le poste. On nous dit que le poste n’existe pas et que 20 personnes sont venues pour la même chose la semaine dernière. C’est une escroquerie.”

Bien heureuses de trouver une infortunée camarade de galère, les deux jeunes femmes sont allées en même temps déposer plainte au commissariat Malartic à Saint-Denis. L'entreprise également, pour usurpation d’identité.

Lire aussi : Agriculteurs attention aux arnaques

aa / www.ipreunion.com / redac@ipreunion.com

   

2 Commentaire(s)

Sasa974, Posté
Bonjour,
Moi aussi j ai été victime de cette arnaque
YabAnDiab, Posté
tous les lundi matin, on trouve de telles annonces arnaques par tas sur le site de Pole Emploi, et ce depuis de nombreuses années, alors tire un peu "malol" dan zieu !!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!