Un départ en janvier 2021 est envisagé :

Le Collectif Tienbon Largpas davant la Région pour garder le programme d'échange au Québec en vie


Publié / Actualisé
Le Collectif Tienbon Largpas, formé en soutien aux étudiants du projet "Étudier et vivre au Québec" qui ont vu leur voyage suspendu, s'est réuni devant l'hôtel de Région, ce jeudi 25 mai 2020. Ils réclament plus de transparence des différents acteurs du dispositif, alors que se tenait ce jour une visioconférence entre la Région et les établissements québécois pour étudier la faisabilité d'un départ en janvier 2021. (Photo aa/www.ipreunion.com)
Le Collectif Tienbon Largpas, formé en soutien aux étudiants du projet "Étudier et vivre au Québec" qui ont vu leur voyage suspendu, s'est réuni devant l'hôtel de Région, ce jeudi 25 mai 2020. Ils réclament plus de transparence des différents acteurs du dispositif, alors que se tenait ce jour une visioconférence entre la Région et les établissements québécois pour étudier la faisabilité d'un départ en janvier 2021. (Photo aa/www.ipreunion.com)

"Cette visioconférence est cruciale, il en va de l'avenir des 170 personnes qui sont dans cette cohorte", indique d'emblée Isabelle Vanebrouck, porte-parole du Collectif Tienbon Largpas. La Région s'entretient, ce jeudi 25 juin 2020, avec les Cegep, l'équivalent des IUT au Québec, où des Réunionnais étaient initialement attendus au mois d'août prochain pour un cursus de trois ans.

Crise sanitaire oblige, la fermeture des frontières rend impossible à la cohorte 2020 de se rendre à Maurice afin de collecter leurs données biométirques. Une démarche obligatoire pour aller au Canada, et impossible à réaliser à La Réunion. 

Alors que la Région assurait dans un premier temps que les étudiants lésés seraient prioritaires pour un départ en août 2021, le mois de janvier 2021 est désormais envisagé. "Il faut que tout le monde se mobilise pour que ce projet se réalise dans de bonnes conditions. On suppose que janvier 2021 est une date tout à fait honorable pour partir", escompte Isabelle Vanebrouck, alors que rien n'est décidé pour le moment.

"Jusqu’à présent, nous n’avons aucune garanties. Le problème, c’est qu’on s’est engagé. On a un contrat moral avec la Région et les Cegep. On a fait des avances de frais au niveau des documents administratifs, des loyers au Québec pour ceux qui ont déjà réservé leur logement. Toutes ces démarches ne seront pas remboursées. C’est compliqué financièrement parlant. Ce qu’on demande, c’est une réelle garantie avec une date de départ sans condition."

En attendant les confirmations, le Collectif Tienbon Largpas, souhaite davantage de transparence dans l'avancée ou non du projet, et émettent la possibilité de commencer les cursus à distance, si le départ en janvier 2021 est retenu. "L’idéal serait aussi de faire une formation en distanciel, lorsque c’est possible. Ce serait un gain de temps."

Le Collectif et les parents des étudiants espèrent que le projet, en stand-by pour le moment, connaissent une issue favorable dans les prochains jours. 

Lire aussi : Une pétition pour demander à la Région de relancer le programme d'études au Québec

Lire aussi : Des étudiants du programme d'échange avec le Québec ont rencontré la Région

www.ipreunion.com / redac@ipreunion.com

   

3 Commentaire(s)

Le malabar, depuis son mobile, Posté
Je vous invites à écouté la chanson de Willy tiynbo réyoné chanteur créole
Bon, Posté
Budget nena encore où les caisses sont vides
Opus, Posté
La region vire du personnel compétent et garde des guignols, sans diplÃ'me! Voilà le résultat