La coupe pourrait ne pas démarrer pas lundi :

Campagne sucrière : pas d'accord trouvé sur le nouveau protocole de livraison


Publié / Actualisé
Une réunion de la Commission Mixte d'Usine s'est tenue ce vendredi 26 juin 2020 pour définir la date officielle du début de la campagne sucrière, et surtout statuer sur le protocole de livraison au groupe coopératif Tereos modifié cette année, et très critiqué. Après plusieurs jours de négociations, aucun accord n'a été trouvé, et la campagne sucrière ne devrait donc pas débuter lundi, à moins de raccourcir les délais de convocation des membres du conseil d'administration de la CPCS. L'usinier demandait en effet aux agriculteurs de remplir entièrement les remorques de livraison des cannes à leur arrivée aux balances. Un remplissage que les planteurs estimaient trop risqué compte-tenu de la sinuosité des routes réunionnaises. En cas d'infraction à ce protocole, les agriculteurs s'exposent à des pénalités, l'usine se réservant par ailleurs le droit d'acheter la canne ou de la refuser, après avoir contrôlé le chargement. (Photo d'illustration rb/www.ipreunion.com)
Une réunion de la Commission Mixte d'Usine s'est tenue ce vendredi 26 juin 2020 pour définir la date officielle du début de la campagne sucrière, et surtout statuer sur le protocole de livraison au groupe coopératif Tereos modifié cette année, et très critiqué. Après plusieurs jours de négociations, aucun accord n'a été trouvé, et la campagne sucrière ne devrait donc pas débuter lundi, à moins de raccourcir les délais de convocation des membres du conseil d'administration de la CPCS. L'usinier demandait en effet aux agriculteurs de remplir entièrement les remorques de livraison des cannes à leur arrivée aux balances. Un remplissage que les planteurs estimaient trop risqué compte-tenu de la sinuosité des routes réunionnaises. En cas d'infraction à ce protocole, les agriculteurs s'exposent à des pénalités, l'usine se réservant par ailleurs le droit d'acheter la canne ou de la refuser, après avoir contrôlé le chargement. (Photo d'illustration rb/www.ipreunion.com)

"On était à deux doigts de trouver un accord et finalement on s'est opposé sur un point. On voulait garder le protocole actuel, le président a levé la séance et est parti. En l'état actuel la campagne ne débutera pas" regrette Isidore Laravine,  co-président de la CPCS (Commission paritaire de la canne et du sucre) et membre de la CPER (Confédération générale des planteurs et éleveurs de La Réunion).

"En tant que président de la CPCS, j'ai demandé à ce qu'on démarre la campagne avec l'ancien protocole mais ça a été botté en touche par les industriels, qui ne veulent pas démarrer sans un nouveau protocole" continue-t-il. Il indique par ailleurs que l'année dernière, la campagne avait démarré sur l'ancien avant de signer le nouveau en septembre. "Cette année ils ne veulent pas du tout démarrer sans nouveau protocole" explique-t-il.

"On a un délai de huit jours pour convoquer les membres du conseil d'administration, à moins que l'ensemble des membres soient d'accord et signent une décharge pour raccourcir les délais" détaille-t-il. Sans cette décharge, la prochaine réunion devrait se dérouler samedi 4 juillet, et la campagne ne pourra donc pas démarrer avant la semaine d'après.

www.ipreunion.com / redac@ipreunion.com

   

Votre avis nous intéresse, soyez le premier à vous exprimer !