Blocages des syndicats agricoles :

Campagne sucrière : Tereos demande le vote du nouveau protocole au plus vite


Publié / Actualisé
Alors qu'elle devait démarrer ce lundi 29 juin 2020, la campagne sucrière continue de prendre du retard, tant que le nouveau protocole de livraison n'est pas voté. Le groupe sucrier Tereos et les syndicats agricoles ne parviennent pas à se mettre d'accord. Les négociations ont beau avoir été prolongées, le protocole n'a toujours pas été soumis au vote du conseil d'administration, rappelle Tereos. Face à "l'attitude de blocage" des syndicats, l'industriel réclame la tenue d'un conseil d'administration au plus vite pour mettre aux voix le protocole. (Photo d'illustration rb/www.ipreunion.com)
Alors qu'elle devait démarrer ce lundi 29 juin 2020, la campagne sucrière continue de prendre du retard, tant que le nouveau protocole de livraison n'est pas voté. Le groupe sucrier Tereos et les syndicats agricoles ne parviennent pas à se mettre d'accord. Les négociations ont beau avoir été prolongées, le protocole n'a toujours pas été soumis au vote du conseil d'administration, rappelle Tereos. Face à "l'attitude de blocage" des syndicats, l'industriel réclame la tenue d'un conseil d'administration au plus vite pour mettre aux voix le protocole. (Photo d'illustration rb/www.ipreunion.com)

Les planteurs refusent toujours les conditions du nouveau protocole de livraison, alors Tereos monte au créneau. Alors que la nouvelle campagne sucrière devait démarrer ce lundi 29 juin, l'absence d'accord au terme des négociations entre industriels et agriculteurs bloque toute signature de protocole.

Lire aussi : Campagne sucrière : pas d'accord trouvé sur le nouveau protocole de livraison

Ce mardi 30 juin, le groupe sucrier réclame un vote. "La réunion du Conseil d’administration du 25 juin 2020 (prolongée jusqu’au 26 juin 2020) dont l’ordre du jour portait notamment sur le Protocole de campagne du CTICS a été interrompue à l’initiative de son Président. Contrairement à tous les usages, ce point, régulièrement inscrit à l’ordre du jour n’a donc pas été soumis au vote du Conseil d’administration, pourtant souverain. Compte tenu : d’une part, du préjudice potentiel auquel s’exposent les planteurs qui ont déjà commencé la coupe ; d’autre part, de la nécessité de respecter l’engagement unanime du Conseil d’Administration, réuni le 19 décembre 2019, de réviser le protocole de campagne 2020 afin que les anomalies constatées lors de la campagne 2019 ne puissent pas se reproduire ; nous avons demandé ce jour au Président du CTICS, ainsi que le prévoient les statuts, la tenue dès que possible d’un Conseil d’administration visant à mettre aux voix le protocole de campagne présenté par le Président et le vice-président du CTICS dans sa version issue de la réunion du 10 juin 2020."

- Litige sur le remplissage des cachalots -

L’usinier demande notamment aux planteurs de remplir entièrement les remorques de livraison des cannes à leur arrivée aux balances. Un remplissage que les planteurs estimaient trop risqué compte-tenu de la sinuosité des routes réunionnaises. En cas d’infraction à ce protocole, les agriculteurs s’exposent à des pénalités, l’usine se réservant par ailleurs le droit d’acheter la canne ou de la refuser, après avoir contrôlé le chargement.

Lire aussi : Campagne sucrière : il va falloir attendre encore un peu

Pour Tereos, l'attitude de blocage des syndicats agricoles est "d’autant plus incompréhensible que de nombreuses discussions ont eu lieu en amont de ce Conseil (3 comités techniques et 3 réunions de bureau), que le texte a été présenté aux Commissions Mixtes d’Usine. Aujourd’hui, l’attitude de blocage dont font preuve les représentants des syndicats agricoles rend toute discussion technique stérile."

www.ipreunion.com / redac@ipreunion.com

   

Votre avis nous intéresse, soyez le premier à vous exprimer !