Des étudiants contestent le processus d'admission :

Métiers de l'enseignement : recalés en master malgré une licence avec mention


Publié / Actualisé
Alors qu'ils ont réussi leur licence d'anglais avec mention, des étudiants à l'université de La Réunion postulant à une place en master MEEF (Métiers de l'Enseignement, de l'Éducation et de la Formation) sur l'un des deux sites de l'île, à Bellepierre et au Tampon, ont vu leur candidature rejetée. Forcés de poursuivre leurs études en Métropole alors que des étudiants de l'Hexagone ont, eux, été acceptés pour le master à La Réunion, ils mettent en doute le processus d'admission qu'ils jugent "particulièrement opaque". L'université de La Réunion dément tout favoritisme et affirme sélectionner les meilleurs dossiers en toute objectivité. (Photo rb/www.ipreunion.com)
Alors qu'ils ont réussi leur licence d'anglais avec mention, des étudiants à l'université de La Réunion postulant à une place en master MEEF (Métiers de l'Enseignement, de l'Éducation et de la Formation) sur l'un des deux sites de l'île, à Bellepierre et au Tampon, ont vu leur candidature rejetée. Forcés de poursuivre leurs études en Métropole alors que des étudiants de l'Hexagone ont, eux, été acceptés pour le master à La Réunion, ils mettent en doute le processus d'admission qu'ils jugent "particulièrement opaque". L'université de La Réunion dément tout favoritisme et affirme sélectionner les meilleurs dossiers en toute objectivité. (Photo rb/www.ipreunion.com)

“J’ai déposé ma candidature au master MEEF 2nd degré et 1er degré en avril, et je n’ai été acceptée dans aucun de mes choix, alors que j’ai toujours eu plus de la moyenne cette année et l’année dernière”, témoigne une première étudiante à Imaz Press. “Je n’ai eu aucune justification.”

Particulièrement demandé, le master des Métiers de l'enseignement, de l'éducation et de la formation est soumis à une limite de places sur les deux sites de La Réunion où il est enseigné, à Bellepierre et au Tampon. Une réalité connue de toutes les personnes y postulant.

Le processus d’admission est cependant mis en question par des étudiants qui ont dû se tourner vers la Métropole pour poursuivre leur cursus universitaire, "alors que des étudiants métropolitains ont, eux, été acceptés sur l’île", affirment des étudiants.

“Mon premier choix était de rester à La Réunion. J’ai été accepté dans une fac et je suis bien placé sur des listes complémentaires ailleurs”, dit un autre étudiant résigné. “Je ne trouve pas ça logique de ne pas être accepté là où j’ai eu ma licence. Alors que j’ai été accepté en Métropole.”

Une autre étudiante en licence d’anglais a connu le même cas de figure, avec des bonnes notes. “Je n’ai formulé qu'un seul vœu pou mon admission en master, parce que pour moi c’était la suite logique de mes études, et je ne voyais pas pourquoi j’allais être refusée.”

- L’université se défend -

Du côté de l’université de La Réunion, on réfute toute gestion opaque des admissions. “Cette année, on a plus de 810 candidatures sur les deux sites d’enseignement, alors que nous disposons que de 172 places. Même si on a eu la moyenne, cela ne signifie pas que l'on a le meilleur dossier.”

L’université souligne que le dossier de candidature inclut les notes des trois années de licence - pas uniquement celles précédant l'entrée en master -, une lettre de motivation, ainsi qu'un projet professionnel. “C’est tout le cursus universitaire qui est étudié. Les critères sont connus, après il y a l’appréciation d’une personne qui note un dossier. Les jurys sont souverains.”

Quid de la prise en compte de l’origine des étudiants. “La différenciation entre étudiants réunionnais et métropolitains ne fait pas partie des critères.” 

En cas de refus de toutes leurs candidatures, les étudiants s’estimant lésés ont la possibilité de saisir le recteur d’académie de La Réunion, via le portail trouvermonmaster.gouv.fr, dans un délai de 15 jours après la notification du dernier refus.

Des explications qui ne satisfont pas les étudiants, "au vu du nombre de candidats locaux dans la même situation. On est facilement plus d’une dizaine. On sait très bien qu’ici des gens finissent par rentrer grâce à leurs relations.”

aa / www.ipreunion.com / readac@ipreunion.com

 

   

Mots clés :

    10 Commentaire(s)

    Zola Baudouin, Posté
    Et vous, vous en pensez quoi ?
    Belbel, Posté
    Ma fille a eu son concours il y a 4 ans et a été nommée dans l'académie de Versailles et s'est toujours fait refusée sa mutation à la Réunion alors que de nombreux jeunes zoreils l'ont été. Alors accusez moi de racisme je l'assume
    Baba, Posté
    HONTEUX ! Pénaliser nos enfants qui veulent s'en sortir
    Dragonfly, Posté
    Encore un bel exemple de génocide par substitution
    Maline, Posté
    Révoltant de constater avec quelle facilité la pratique du dégagisme s'opère à l'encontre des enfants de la Réunion! Tant de souffrances, tant de sacrifices pour s'entendre dire aujourd'hui que nous ne sommes pas prioritaires chez nous!!! Où sont les politiciens, les syndicalistes, les associations? Seraient-ils complices?
    Mannikam, Posté
    La Réunion est entrain de se dépouiller de ses jeunes talents en les expédiant hors du département et laisser entrer des métropolitains qui fuient les conditions de travail en banlieu pour le soleil et la mer.
    Quand à l'université de la Réunion il faut se poser des questions sur le recrutement par copinage.

    MBls, Posté
    Tiembo larg pa zot doi pa reculer. Zot i vé tro wa à nou bouz terla pou laisse la place. Sa lé pa possib.
    MBls, Posté
    C'est ce que l'on nomme un GÉNOCIDE PAR SUBSTITUTION !!!! C'est une honte. Les étudiants doivent faire front, demander des explications, ils n'ont pas à partir de chez eux. Monter des dossiers, faites entendre vos voix !!!! N'en restez pas là. Battez-vous. Vous êtes chez VOUS.
    Wjp, Posté
    La fac si ne me trompe pas bénéficie de budget d'état. Pourquoi les étudiants métro ne pourraient pas postuler ?
    Est ce que la fac n'a pris que des métro ?
    La fac a dut sÃ"rement prendre de bon dossiers parmi ceux du 974 et d'ailleurs...
    Ma fille (prepa lettres 974) et d'autres de ses amies ont postulé pour des L3 dans des fac (Sorbonn et Nanterre). La selection a été dure. Ceux qui avait moins de 12,5 n'ont pas été prises... La règle s'applique pour tous...
    Volcan974, Posté
    Difficile à comprendre cette histoire les locaux sont ils pris pour des imbéciles ? Ils ou elles doivent rechercher des logements ceux et celles qui Viennent de métropole doivent faire de même les cocotiers et la plage sont toujours attirants et les affaires continuent qu ils aillent faire la même chose en Martinique et en Guadeloupe ?