Musique en deuil :

Maloya i plèr, Tiloun la désote la vi


Publié / Actualisé
Le chanteur de maloya Tiloun est décédé ce dimanche 5 juillet 2020. Jean-Michel Ramoune de son véritable patronyme, est mort à l'âge de 53 ans. Dionysien connu de tous, il était à la fois un symbole du maloya, engagé dans l'action pour le respect de la langue et de l'identité réunionnaise, et une figure de proue dans le lutte contre le diabète à La Réunion. Tiloun est décédé d'une crise cardiaque. Il a été placé en coma artificiel dans la soirée de samedi, mais les efforts des médecins n'ont hélas pas suffi. Elus, musiciens, proches ou témoins anonymes, tous lui rendent hommage (Photo d'illustration rb/www.ipreunion.com)
Le chanteur de maloya Tiloun est décédé ce dimanche 5 juillet 2020. Jean-Michel Ramoune de son véritable patronyme, est mort à l'âge de 53 ans. Dionysien connu de tous, il était à la fois un symbole du maloya, engagé dans l'action pour le respect de la langue et de l'identité réunionnaise, et une figure de proue dans le lutte contre le diabète à La Réunion. Tiloun est décédé d'une crise cardiaque. Il a été placé en coma artificiel dans la soirée de samedi, mais les efforts des médecins n'ont hélas pas suffi. Elus, musiciens, proches ou témoins anonymes, tous lui rendent hommage (Photo d'illustration rb/www.ipreunion.com)
  • IPR

    Nous mettons désormais fin à ce live

    Nous reviendrons bien sûr vers vous dès demain pour vous faire part des nouveaux hommages en la mémoire de Tiloun

    Bonne soirée zot tout'

  • IPR

    Huguette Bello, maire de Saint-Paul, pour le PLR :

    "La Réunion perd un Grand Coeur, le Maloya perd une grande et belle voix généreuse. Nous perdons un poète, un musicien qui aimait plus que tout notre terre réunionnaise, notre langue créole.

    Nous perdons un frère de lutte, exemplaire dans ses engagements. La mort de Tiloun me touche profondément. Tiloun était un ami, un compagnon sur le chemin de l’émancipation, un combattant de la liberté qui portait haut l’Homme réunionnais.

    Il s’en est allé mais la musique est vie et tant qu’elle résonne, rien ne meurt. Le souffle poétique de Tiloun est inscrit dans l’âme réunionnaise. Au nom des Saint-Paulois et en mon nom propre, je présente à sa femme Corine, leur enfant, à ses proches, mes condoléances attristées."

  • IPR

    L'hommage d'Olivier Hoarau, maire du Port :

    "Tiloun s'en est allé comme une romance s'éteint, comme toutes celles qu'il a su si bien composer.  Artiste reconnu, il a été également un talentueux médiateur socio culturel.

    Grand-frère de nombreux jeunes dionysiens il aura lutté inlassablement contre l'exclusion, le décrochage scolaire et social.  Pétri de la fibre de notre maloya, il en a été un passeur émérite, et nous lui en serons toujours reconnaissants.  La Réunion perd trop tôt l'un de ses acteurs culturels majeurs.  

    À ses proches et à tous ses amis artistes, j'adresse mes condoléances les plus sincères et les plus attristées."

  • IPR

    L'hommage de Cyrille Melchior, président du Conseil départemental :

    "Le monde de la musique, la famille des musiciens, son quartier de la Source et avec eux toute La Réunion, ont appris avec stupeur le décès ce jour de Tiloun. Au nom du Conseil départemental, je tiens à saluer sa mémoire et à présenter à ses proches nos condoléances les plus sincères.

    Notre île gardera la trace de cet artiste attachant, inspiré et nourri par son compagnonnage avec les éminents aînés connus pendant sa jeunesse autant que par les rencontres et l’amitié partagée avec tant d’artistes de sa génération. Dans ses textes, dans sa musique, avec sa voix, Tiloun a exprimé avec talent son attachement viscéral au maloya traditionnel de La Réunion - Ô Maloya ! - et sa recherche constante d’ouverture et de mélanges.

    Ce message était au cœur même de la mission d’éducateur, que Tiloun a exercé toute sa vie, et qui mérite elle aussi d’être saluée aujourd’hui."

  • IPR

    Le maire de Sainte-Suzanne Maurice Gironcel réagit : 

    "C’est avec une profonde tristesse que j’ai appris le décès de Jean-Michel Ramoune dit « Tiloun ». Fondkézèr, maloyèr, fervent défenseur de notre Culture Réunionnaise, il était une figure incontournable de notre patrimoine musical.

    La Réunion perd un grand artiste, un poète, un musicien, qui a su teinter notre héritage Maloya de douceur et de délicatesse. Grâce à lui et à tous les artistes engagés, notre histoire et notre langue créole a été portée, avec fierté, sur scène et dans les médias.

    Merci Tiloun pour ta poésie. Mes plus sincères condoléances à sa famille et à toute la communauté artistique. Adieu Tiloun. Pou ou, nou va kontinué nout Maloya."

  • IPR

    Le député Jean-Hugues Ratenon :

    "C’est avec beaucoup de tristesse que j’apprends le départ de ce monde de Tiloun.  Un ami, un frère qui nous quitte. Un vrai Réunionnais qui appréciait la vie artistique, culinaire ; qui appréciait la vie tout simplement. 

    Il m’a souvent donné des conseils. Des mots qui resteront à jamais gravés dans ma mémoire et qui me guideront  pour les combats futurs.  Il n’hésitait pas non plus à pousser ses coups de gueule mais c’était toujours avec justesse.

    La Réunion perd un grand artiste. Sa femme, Corinne, perd un mari adorable. Son enfant et petit enfant, perdent un père et un grand père exemplaire qui aimait câliner. 

    Un artiste engagé dans la lutte contre le diabète, l’obésité, l’hypertension et l’insuffisance rénale chronique. Merci pour tout Tiloun. Repose en paix. 

    A Corinne, à son enfant et petit enfant, à ses proches, à ses très nombreux amis, au monde artistique, je présente mes sincères condoléances."

  • IPR

    La maire de Saint-Denis Ericka Bareigts réagit

    "C’est avec étonnement  et tristesse que je viens d’apprendre le décès de Jean-Michel Ramoune, connu de tous les Réunionnais sous le nom de Tiloun.

    A la mairie de Saint-Denis, Jean Michel Ramoune exerçait ses fonctions au sein de la Direction Centrale des Mairies Annexes. Il assumait ces missions avec rigueur et sérieux. Il était apprécié de ses collègues.

    Mais pour tous les Réunionnais, Jean-Michel Ramoune était avant tout Tiloun, maloyèr de talent, posant ses pas dans le chemin tracé par Firmin Viry, son inspiration et son modèle. De ce maloya traditionnel de la kour Viry à la Ligne Paradis jusqu’au podium les plus prestigieux, Tiloun avait lui-même fondé sa propre personnalité qui le distingue aujourd’hui des autres musiciens de la scène réunionnaise.  Il inspirait de jeunes talents à travers l’île, mais aussi, en particulier dans son quartier de La Source à Saint-Denis dont il était une figure emblématique.

    La communauté du maloya a perdu l’un de ses tenants et la culture réunionnaise l’un de ses fils. A toute sa famille, à ses proches, à ses amis musiciens et artistes, à ses collègues de travail, je présente mes plus sincères condoléances."

  • IPR

    Sa manager témoigne, "c'est une grande perte pour le maloya"

    Le choc est immense pour sa manager Agnès Revelen et ses proches.

    Tiloun venait de passer la semaine en résidence au Kerveguen à Saint-Pierre pour son nouvel album. "Il était en pleine forme, plein de vie, rigolo... ça chantait, ça rigolait" témoigne sa manager Agnès Revelen. Cinq morceaux ont eu le temps d'être enregistrés entre lundi et vendredi.

    "Il aura fait de la musique jusqu'au bout. C'est une grande perte pour le maloya à La Réunion, et humainement c'était un grand monsieur, bienveillant, plein d'amour" explique sa manager.

  • IPR

    Un peu de maloya en la mémoire de Tiloun

  • IPR

    Lutte contre le diabète

    Symbole du maloya, donc, Tiloun était également une figure importante de la lutte contre le diabète.

    L'artiste ayant lui aussi connu la maladie s'était engagé dans ce combat jusqu'à être le parrain de "l’Odhirathon", événement qui soutient la recherche contre l’obésité, le diabète, l’hypertension et l’insuffisance rénale chronique (ODHIR).

  • IPR

    Sakifo et kabars

    Après avoir été formé à la musique péi dans le quartier de la Source, il commence à jouer dans les kabars et finit par sortir un premier disque, sans jamais se poser en vedette. Il est également le fondateur de l'association Dé Pat Ater avec Stéphane Boquet.

    Adepte du Sakifo et des kabars, il devait se produire le 21 juillet aux Bambous, en collaboration avec le Bisik. Il avait déjà participé d'ailleurs à un bal bouquet donné en décembre dernier dans la célèbre salle de Saint-Benoît. Il avait également une nouvelle résidence prévue au Kabardock en septembre.

  • IPR

    "Un grand coeur qui s'en va"

    Sur les réseaux sociaux, les hommages abondent déjà. "J'ai du mal à réaliser que tu n'es plus parmi nous (...) un homme au grand coeur qui s'en va, tu vas beaucoup nous manquer, que Dieu t'ouvre grand sa maison" écrit une internaute. "Sincères condoléances la famille, un grand Monsieur avec un grand cœur et beaucoup de belles paroles" témoigne une autre. "Très très triste d’apprendre la mort de cet homme de coeur... Ou sa mank a nou Tiloun" écrit encore un autre sur Twitter.

    "Hier encore il était heureux d’être avec ses dalons au Kervegen" écrit le chanteur Olivier Vienne sur sa page Facebook. "Ça c’est une bien triste nouvelle, je n’en reviens pas... bon voyage mon dalon. Repose en paix."

  • IPR

    Bonjour,

    Nous ouvrons ce live suite au décès de Tiloun, grande figure du maloya à La Réunion.

    Le chanteur est décédé subitement ce dimanche. Les témoignages et les hommages abondent.

    Suivez notre live

A propos

Tiloun, homme au grand coeur et figure du maloya, s'en va

Jean-Michel Ramoune, alias Tiloun, n'est plus. Le célèbre chanteur de maloya est décédé ce dimanche des suites d'une crise cardiaque, en laissant derrière lui une carrière musicale impressionnante. Dionysien de naissance, Tiloun a côtoyé des grands noms de la musique de La Réunion comme Ziskakan, Gilbert Pounia, Danyèl Waro et Firmin Viry, son "parrain musical" qui lui fait découvrir le maloya.

"Il aura fait de la musique jusqu'au bout. C'est une grande perte pour le maloya à La Réunion, et humainement c'était une grand monsieur, bienveillant, plein d'amour" témoigne sa manager.

Après avoir été formé à la musique péi dans le quartier de la Source, il commence à jouer dans les kabars et finit par sortir un premier disque, sans jamais se poser en vedette. Il est également le fondateur de l'association Dé Pat Ater avec Stéphane Boquet.

Symbole du maloya, donc, Tiloun était également une figure importante de la lutte contre le diabète. L'artiste ayant lui aussi connu la maladie s'était engagé dans ce combat jusqu'à être le parrain de "l’Odhirathon", événement qui soutient la recherche contre l’obésité, le diabète, l’hypertension et l’insuffisance rénale chronique (ODHIR).

   

4 Commentaire(s)

RLPestel ? , Posté
C'est avec tristesse que j'apprends le départ de Tiloun. Que mes pensées l'accompagnent dans son voyage vers la lumière culturelle et artistique qu'il affectionnait. Que son âme y demeure dans la paix profonde. Que sa famille et ses proches reçoivent mes sincères condoléances et toute ma sympathie dans cette Épreuve que de perdre un Être aimé et aimant.
Tiloun merci pour ton Å"uvre musicale, tes échanges et tes actions culturelles.
Nous perdons un zarboutan talentueux et humble.
Ni artrouv
René Louis Pestel
PDG Cité des Arts
Le malabar, depuis son mobile, Posté
Repose en paix l'artiste sincère condoléance à sa famille ct un grand chanteur avec des vrais paroles
Marie, Posté
mes sincères condoléances à sa famille repose en paix
Domingo, Posté
Bjr!person n'est a l'abrit donc fo eviter de manger tro gras tro sucre tro sale fo 1 bilan