Nomination du nouveau gouvernement :

Les réactions à La Réunion


Publié / Actualisé
Voici les réactions à La Réunion après l'annonce de la composition du nouveau gouvernement
Voici les réactions à La Réunion après l'annonce de la composition du nouveau gouvernement

• Olivier Hoarau, maire du Port et président du conseil de surveillance du Grand port maritime de La Réunion

La nomination d’un Premier ministre proche de Nicolas Sarkozy augurait mal de l’avenir. C’est confirmé nous avons à faire à un gouvernement de droite et parfois à droite-droite. Cela ne répond pas aux attentes du peuple. Aucun élargissement politique.

L’économie et le budget sont phagocytés au sein d’un seul et même ministère. De ce point de vue l’avenir des collectivités locales est de plus en plus incertain. A contrario l’insertion est désormais détachée du Travail. C’est, nous l’espérons, pour une meilleure prise en compte du défi que cela représente pour tous ceux en attente d’un emploi. Nous serons à ce sujet vigilant et pro-actif sur le déploiement du dispositif Territoire Zéro Chômeur de Longue Durée sur le territoire du Port.

Au sortir de la convention citoyenne sur le climat et de la grande annonce du Premier ministre selon laquelle la transition écologique est dans la tête de chaque français, la nomination de Mme Pompili à l’écologie n’en fait pas écho.

M. Lecornu est nommé ministre des Outremer nous en prenons acte. Il devra nous consulter sur les orientations politiques qu’il faudra déployer sur nos territoires. Les enjeux sont grands. Nous attendons des solutions rapides et efficaces tant nos territoires souffrent d’une crise sociale et économique en plus de nos problématiques structurelles non résolues.

Je salue la nomination d’Annick Girardin dans un grand ministère de la mer. Cela est une preuve s’il en était besoin de l’importance des Outre-mer qui donnent à la France, à la Nation son rang de 2ème puissance maritime mondiale.

La nomination d’une ultramarine à ce poste doit offrir à nos territoires la possibilité de faire valoir une vraie stratégie de développement de l’économie bleue et de favoriser nos relations dans nos bassins régionaux.

En tant que maire du Port et président du conseil de surveillance du Grand port maritime de La Réunion, je veux saisir cette opportunité pour qu’une relation de travail s’établisse rapidement. Nous sommes le seul port commercial et marchand de l’île. Nous sommes le 1er port d’outre-mer. Les défis à relever sont immenses. Aussi, faire de La Réunion le hub maritime de l’océan Indien est une condition à notre maintien comme acteur majeur des échanges internationaux.

C’est la seule stratégie de développement régionale qui soit crédible et pertinente. Force est de constater que la Région Réunion n’a pas fait les bons choix pour notre territoire. La Réunion doit saisir l’opportunité d’un dialogue constructif et décisif sur ces enjeux de développement maritime pour aborder avec confiance les défis que nous avons à relever.

L’avenir est à une vraie décentralisation réunionnaise qui œuvre en faveur d’un développement endogène de notre île avec l’appui de la Nation, une et indivisible.

Le moins qu’on puisse dire c’est que l’ombre de Nicolas Sarkozy plane sur ce gouvernement ne laissant rien présager de bon pour le peuple français et pour les Réunionnais qui ne voulaient pas de cela.

• Syndicat Alliance Police nationale 974

Nous prenons acte de l'arrivée de Monsieur Darmanin. Le malaise est grand dans les rangs de la police et nous le jugerons sur les actes, un soutien sans faille est indispensable et l'amélioration des conditions de travail doit être immédiate (matériel, mesures sociales, revalorisation heures de nuit…).

En espérant qu'il nous rencontre rapidement et qu'un plan Marshall se mette en place dans la foulée. La tâche est grande, le dialogue social se doit d'être constructif et l'obligation de résultat réel.

Monsieur le ministre Darmanin, connaît l'île de la Réunion pour y être déjà venu, nous espérons qu'il pourra prendre en compte nos spécificités et qu'il pourra apporter des réponses à nos demandes pour faire évoluer la sécurité. Pour rappel nos revendications locales sont le redéploiement police gendarmerie, la création d'une antenne PAF au port de la rivière des galets, la création d'une section cdi dans le sud et la création d'une antenne PJ sur l'île.

• Didier Robert, président du conseil régional

Je salue la nomination de ce nouveau Gouvernement, et lui souhaite en ma qualité de Président du Conseil Régional de La Réunion, plein de réussite dans l’intérêt de notre pays, également dans l’intérêt des territoires ultra-marins, et celui de La Réunion en particulier.

Je tiens notamment à saluer la nomination de Sebastien Lecornu comme Ministre des Outre mer. Je connais son sens de l’écoute, de l’engagement et la sensibilité toute particulière, qu’il a pour les territoires français de l’Outre mer.

Ensuite, en ma qualité d’élu local, je continuerai à porter la voix des Réunionnais, plus encore dans un contexte rendu plus difficile par la crise du Covid 19.
Je plaide pour une mobilisation concertée et la mise en œuvre de moyens adaptés pour soutenir et accompagner l’emploi et l’économie réunionnaise. Je plaide tout autant pour une grande politique de lutte contre la pauvreté et la précarité, en soutien aux familles les plus fragiles.

Enfin, j’appelle de tous mes vœux une prise en considération, toute à la fois de notre volonté pour plus d’émancipation dans le cadre d’une plus grande décentralisation, et une action marquée par un développement durable moderne et écologique.

• Nadia Ramassamy, députée

Suite au remaniement annoncé par le Président de la République, Monsieur Sébastien LECORNU a été nommé Ministre des Outre-mer ce lundi 6 juillet. J’aimerais lui exprimer mes sincères félicitations pour son accession à ce poste.

La crise sanitaire que nous avons traversée et que nous traversons encore a laissé de nombreuses questions en suspens dans les territoires ultramarins. Plus que des réponses, les citoyennes et les citoyens français ont besoin de l’action et du soutien du gouvernement pendant cette période difficile.

En outre, il est nécessaire d’accompagner spécialement certains territoires, notamment la Guyane et Mayotte, où l’impact sanitaire de l’épidémie est encore considérable. Des moyens humains et matériels doivent être mis à leur disposition aussi longtemps que cela sera nécessaire.

De plus, la crise a mis en exergue la fragilité du tissu économique des territoires ultramarins. Aussi, il sera essentiel d’accentuer dans les plus brefs délais les mesures prises en faveur des petites et moyennes entreprises, aussi bien au niveau fiscal qu’à travers des aides à l’emploi.

Enfin, les habitantes et les habitants des Outre-mer bénéficieraient grandement de l’intervention de l’Etat en matière de logement et de commande publique, deux domaines où les plans proposés par le gouvernement dans le passé n’ont pas été à la hauteur des attentes de nos concitoyens, notamment à La Réunion où le PLOM.

C’est donc je l’espère avec beaucoup de détermination que Monsieur le ministre s’attellera à agir en faveur des Outre-mer, en tenant compte de leurs particularités et de leur diversité.

• Farid Mangrolia, réféfent LREM

J’adresse mes félicitations aux Ministres nommés dans le Gouvernement de Jean Castex, un Gouvernement de combat qui pourra compter sur notre mouvement pour mettre en oeuvre les priorités fixées par le Président de La République.

Je tiens particulièrement à saluer la nomination de Sébastien Lecornu, Ministre des Outre-mer, et de Gabriel Attal, Porte-parole du Gouvernement. Je connais leurs engagements et leurs connaissances des territoires ultramarins.

Enfin je veux dire à l’ensemble des acteurs de notre territoire que nous devons reconstruire ensemble, et d’une seule voix militer pour un modèle réunionnais.

• Nassimah Dindar, sénatrice

J’adresse mes plus sincères félicitations à Sébastien Lecornu, nommé ministre des Outre-Mer. Sébastien Lecornu connaît bien nos territoires, sur lesquels il s’est déjà rendu, notamment à La Réunion. Auparavant en charge des Collectivités territoriales, il connaît aussi, et respecte, le rôle des élus locaux et des collectivités locales.

J’ai connu Sébastien Lecornu lorsqu’il était Président du Département de l’Eure, et nous avions déjà eu l’occasion de travailler et d’échanger ensemble lors de réunions de l’Assemblée des Départements de France. C’est un homme jeune, dynamique, qui a su montrer ses capacités de travail, d’écoute et de négociation lors de l’organisation des rencontres dans le cadre du Grand Débat voulu par le Président de la République.

Alors que nos économies ont été grandement fragilisées par ces semaines de confinement, les défis que le nouveau ministre aura à relever sont importants. Je sais qu’il mesure pleinement l’ampleur de la tâche. Ensemble, ministre et élus locaux, nous devons transformer cette crise sanitaire et économique en opportunité : celle de conduire une nouvelle politique pour les Outre-Mer et de leur permettre un développement économique durable et solidaire.

Je souhaite plein succès à Sébastien Lecornu dans ses nouvelles missions, et l’assure de mon entière collaboration pour la réussite de nos territoires et de leurs populations.

Je souhaite aussi remercier Annick Girardin pour ses années, difficiles, aux Outre-Mer. Elle a été nommée au ministère de la Mer, à l’importance stratégique pour notre pays, seconde puissance maritime mondiale. Je lui adresse aussi mes plus sincères vœux de succès. L’ " économie bleue ", source de croissance durable, pouvant représenter à terme 1 million d’emplois pour notre pays, devient ainsi une priorité de ce Gouvernement, et chacun, notamment dans les Outre-Mer, s’en réjouira.

• Fédération socialiste de La Réunion

Un remaniement marqué par le retour de la droite dure de Nicolas Sarkozy. De la confirmation de Gérard Darmanin à l’Intérieur au retour de Roselyne Bachelot au Ministère de la culture, en passant par l’étonnante arrivée d’Éric Dupont-Moretti comme Garde des Sceaux sous la houlette de Jean Castex, le Président Emmanuel Macron tourne définitivement le dos aux attentes déclamées par les Françaises et les Français, car ce sont des attentes progressistes.

Et notamment aux territoires d’Outremers en remplaçant l’ancienne socialiste Annick Girardin par Sébastien Lecornu, encore un édile de la droite LR ! Depuis le mouvement des Gilets Jaunes, les Français n’ont eu de cesse de lutter contre la casse sociale initiée par les mesures et réformes macronistes. Encore nombreux sont ceux qui ont simplement changé de portefeuille.

Ce ne sera pas ce remaniement qui incarnera cette déclaration ambitieuse du Président Macron le 18 mars dernier : "le jour d’après ne sera pas un retour au jour d’avant". La gauche unie gagne pourtant les territoires, tels que l’illustrent les 23 communes EELV ou PS, dont les bastions de droite Bordeaux ou Annecy. Ces forces de progrès émergent au travers de projets portant les attentes des Françaises et des Français quant au pouvoir d’achat, à l’emploi, à la citoyenneté, aux valeurs d’épanouissement humain et de développement durable.

Nous devons nous attendre à une fracture brutale entre les classes sociales, surtout si le Gouvernement affiche nettement une tendance à placer l’économie devant l’humain. Alors même que cette crise Covid et le déconfinement appellent à une solidarité nationale responsable et bienveillante.

• Michel Dennemont, sénateur

Je félicite Monsieur Sébastien Lecornu pour sa nomination au ministère des Outre-mers. Nous lui souhaitons de réussir ses missions. Nous sommes certains qu’il saura être à l’écoute  de nos élus et de nos collectivités, afin de travailler de manière concertée au développement solidaire et durable de nos territoires.

Je n’oublie pas l’excellent travail et les bonnes relations que nous avons eues avec Madame Annick Girardin et lui souhaite de réussir sa nouvelle mission au ministère de la mer. Pour ma part je continuerai à travailler étroitement avec Monsieur Lecornu et Madame Girardin pour défendre les intérêts des populations de nos territoires éloignés et particulièrement de La Réunion

• Jean Hugues Ratenon, député

Le soit disant nouveau chemin voulu par Macron nous conduit droit au mur. Ceux qui espéraient un virage permettant de revoir la politique sociale, économique et écologique du Président, ont dû vite déchanter. Le casting de ce gouvernement est pire que l’ancien. Il est fortement teinté de sarkozystes qui va poursuivre la politique ultra libérale.

Les policiers comme les magistrats ont du souci à se faire avec Darmanin à l’Intérieur et Dupond-Moretti à la justice.

Quant au ministère de l’Outre-Mer : Annick Girardin a tellement ramé durant ces 3 dernières années que, sans pitié, Macron l’a envoyé à la mer. Espérons qu’elle ne va pas se noyer.

La nomination de son successeur démontre le retour du centralisme. On revient au temps des colonies. C’est une vision parisienne qui va être imposée à l’Outre-Mer. Macron et Castex n’ont trouvé aucun ultramarin compétent pour essayer, au moins, de trouver des solutions à nos nombreuses difficultés. Lamentable.

Ancien Ministre chargé des Collectivités territoriales, nous savons dans quel état se trouve ces dernières. Nous savons aussi ce qu’il est ressorti du grand débat national, dont Sébastien Lecornu était un des animateurs, organisé l’année dernière afin de sortir de la crise du mouvement des gilets jaunes. De la com et du vent comme le veut sa profession de conseiller en communication.

Il ne faut pas se tromper, Macron s’est constitué une équipe de campagne, à ses ordres, pour la prochaine présidentielle.
Il n’y aura aucun changement de cap, alors que la crise du coronavirus a aggravé la situation économique et sociale déjà mise à mal par le précédent gouvernement.
Les plus fragiles, les plus modestes, les plus pauvres doivent se préparer à des jours encore plus difficiles.
Notre seule défense : la lutte.

• Jean-Luc Poudroux, député

Le Président de la République vient de nommer les membres de son tout nouveau gouvernement dont la tâche s’avère des plus complexes. La crise sanitaire de la COVID-19 aura eu pour principal effet d’exacerber les contradictions, les maladresses et les handicaps de notre société française, tant en Métropole qu’en Outre-mer.

Comment demander aux Français, aux Réunionnais, aux classes moyennes de se serrer encore et toujours la ceinture pendant que " l’optimisation fiscale ", celle réservée à une élite, ne sert aucunement l’intérêt général ? Comment aborder la poursuite du chantier de la décentralisation en mettant sous tutelle les comptes des Collectivités territoriales ?

Comment demander toujours plus de service public avec des moyens inadaptés ? Comment donner envie aux citoyens de participer davantage à la démocratie locale et nationale lorsque les élus, les projets qu’ils mettent en œuvre sont continuellement la cible de procédures et surtout de procès d’intention ?

Aujourd’hui, nous devons parler en terme de projet de territoire avec tous les moyens et les outils d’adaptation nécessaires et en réunissant toutes les Collectivités territoriales, l’Etat, l’Europe, tous les acteurs concernés et s’y tenir coûte que coûte à moyenne et longue échéances. Cela dépasse les clivages partisans et politiciens. Voilà ce qui attend les membres du Gouvernement dont notamment le Ministre Lecornu pour nos Outre-mer.

Nous devons rentrer de plain-pied dans une décentralisation adaptée à nos contraintes et spécificités ultramarines, une véritable différenciation territoriale comme l’avait souhaité le Chef de l’Etat pour que Choose La Réunion par exemple soit une réalité et bien plus qu’un concept marketing.

Je souhaite au nouveau Ministre des Outre-mer, Monsieur Lecornu, d’être le plus alerte possible pour que les ministères de façon générale et surtout Bercy, le Quai d’Orsay et Matignon considèrent La Réunion, territoire le plus peuplé de l’Outre-mer français.

Tutelles, monopoles, lourdeur administrative et fiscale, inéquités territoriales entre la Métropole et l’Outre-mer ont conduit La Réunion au bout d’un système à sens unique à bout de souffle. Quoi que cela nous en coûte, je demande au Gouvernement d’accompagner La Réunion dans tout ce qui s’avère nécessaire et utile pour libérer nos énergies territoriales et je mettrai toute mon expérience et mon énergie à cela.

• David Lorion, député

Il nous avait été annoncé un vaste remaniement pour donner un souffle neuf à la dernière partie du quinquennat du Président Macron mais en observant de près la composition du nouveau Gouvernement, il s’agit plutôt d’une grande continuité à l’exception d’une ou deux personnalités qui font leur entrée comme Maître Dupond-Moretti ou Roselyne Bachelot. La grande majorité des ministres change simplement d’attribution.

La tâche qui attend ce gouvernement sera rude car il aura à apporter rapidement des réponses à une crise économique et sociale très grave qui va s’amplifier dès la rentrée de septembre. L’emploi, notamment celui des jeunes, et la préservation de nos entreprises devront être la préoccupation majeure de cette équipe.

Vu des Outre-mer, je tiens à saluer la nomination du jeune ministre Sébastien Lecornu qui est un fin connaisseur des collectivités et aussi un homme de terrain et de dialogue. Deuxième puissance maritime mondiale, je me réjouis que la France se dote enfin d'un ministère de la mer dirigé par Annick Girardin, l'ex-ministre des Outre-mer.

On peut avoir le sentiment que l'Outre-mer et la mer occupent une bonne place dans ce gouvernement mais pour l’heure je préfère rester plus que vigilant car, par le passé, le marqueur politique de l’ancienne équipe était plutôt de privilégier la communication par rapport à l’action. Je jugerai aussi les actes de ce gouvernement sur sa capacité à prendre en compte la situation extrêmement dégradée en outre-mer ainsi que les difficultés dans lesquelles se trouvent la jeunesse et les familles réunionnaises.

 • Pour La Réunion (PLR)

C’est avec scepticisme que nous accueillons cette nouvelle mise en scène macroniste.

Le "nouveau projet" politique qui doit être présenté par le Président de la République est déjà compromis. Les choix de casting fais confirmentque le message d’urgence sociale et écologique délivré dans les urnes, n’a pas été entendu.

Les graves crises, celle des gilets jaunes et celle du COVID, n’ont pas obtenu les réponses attendues par notre société : La Réunion s’enfonce dans la paupérisation, les talents de notre jeunesse sont écrasés par le chômage, le monde économique reste sans solution.

L’élément nouveau qu’est la création d’un ministère de la mer, ne doit pas être de la poudre aux yeux jetée à 2 ans des élections présidentielles.

L’inscription de La Réunion dans un projet maritime est fondamental pour son développement.

Dans un Ministère dédié, les Outre-Mer ont toujours été représentés par l’un des leurs, c’est un recul de considération voire de mépris.

• Cyrille Melchior, président du Département

Le Premier Ministre Jean Castex a formé son Gouvernement. Je souhaite à l’ensemble de cette nouvelle équipe mes vœux de réussite dans l’exercice de ses fonctions.

L’heure est plus que jamais au travail, à l’intelligence collective et à la recherche de complémentarités institutionnelles, seuls ces derniers seront la clé de la résilience de notre pays.

Je salue également la considération qui est accordée à l’Outre-mer par la présence d’au moins trois ministres qui connaissent nos territoires, et tout particulièrement La Réunion.

D’abord, l’arrivée de mon ami Sébastien Lecornu au Ministère des Outre-mer. A 34 ans, son parcours notamment d’ancien Président du Conseil Départemental de l’Eure et de Ministre en charge des Collectivités est un signal fort, envoyé aux institutions et tout particulièrement au Département de La Réunion. Ses capacités de travail, comme la vision qui est la sienne de ce que doit être l’action publique, ne peuvent être accueillies que positivement.

Ensuite, la présence de Roselyne Bachelot, Ministre de la Culture avec qui je continuerai le travail de fond sur la reconfiguration du musée historique de Villèle, un chantier important pour l’histoire de notre île.

Enfin, avec le maintien d’Annick Girardin dans ce tout nouveau Ministère de La Mer, qui je le crois permet à notre pays d’afficher clairement ses ambitions en matière de souveraineté maritime.

• André Thien Ah Koon, Maire du Tampon

Monsieur Sébastien Lecornu a, dans ses précédentes fonctions, fait preuve de pragmatisme et de pugnacité qui sont les qualités indispensables à celui qui veut faire bouger les lignes. Il connait les difficultés et les missions lourdes qui pèsent sur les épaules des élus locaux et des maires en particulier.

La tâche qui l’attend est immense. La mise en œuvre concrète de solutions adaptées à nos spécificités et à la gravité de la situation sociale et économique que nous connaissons ne peut plus attendre.

Au-delà des dispositifs d’urgence qui doivent être mis en œuvre immédiatement pour répondre à la grande détresse des familles, des mesures d’exception, prenant en compte l’extraordinaire potentiel de notre territoire, s’imposent pour donner à La Réunion les moyens d’un développement exemplaire, dynamique, partagé et respectueux de notre environnement.

Nous adressons à Monsieur Sébastien Lecornu, nouveau Ministre de l’outre-mer, toutes nos félicitations ainsi que nos vœux très sincères de réussite dans la mission qu’il entreprend aujourd’hui pour secourir notre population. Il sait pouvoir compter sur notre soutien et notre expérience pour y participer.

• La Chambre de commerce et d'industrie de La Réunion

Le Président, Ibrahim Patel tient à saluer tout le travail accompli par Madame Annick Girardin au ministère de l'Outre-mer et à la féliciter pour sa nomination en tant que Ministre de la Mer.

Le Président Ibrahim Patel adresse également toutes ses félicitations à Monsieur Sébastien Lecornu pour sa nomination en tant que Ministre de l'Outre-mer.

La CCI Réunion a bon espoir d'une riche collaboration avec cet élu local d'expérience qui a une bonne connaissance de notre département.

• Fédération syndicale unitaire

Un remaniement !! Mais pour quels changements ?

La FSU prend acte de la composition du nouveau gouvernement suite au remaniement.

La nomination de Jean Castex, accompagnée d’une feuille de route donnée par voie de presse par le Président de la République, ne signale ni changement ni même inflexion politique, contrairement aux déclarations d’Emmanuel Macron durant le confinement.

Exemple emblématique : la réforme des retraites, qui a pourtant cristallisé les oppositions avant la crise sanitaire et dont le calendrier suscite un rejet désormais unanime des organisations syndicales, serait remise en selle " à court terme " selon les propres mots du nouveau Premier Ministre... De même, la responsabilité antérieure de la réforme " T2A " pour l’hôpital du nouveau premier ministre laisse craindre que la santé et la sécurité sociale, et plus largement les services publics, ne souffrent encore plus à l’avenir d’une vision comptable. La confirmation à leurs postes voire même l’élargissement des périmètres de compétences de ministres contestés par les agent-es comme pour l’Education Nationale (loi pour l'école de la confiance, réforme du bac, enseignement pro, gestion de la crise, ...) ou les Comptes publics relève d’une même logique de mépris pour les revendications des personnels.

Concernant la Fonction Publique, un ministère de plein exercice et qui ne soit pas directement rattaché à Bercy était demandé par la FSU, mais l’intitulé de ce nouveau ministère est lourd de menaces pour les agent-es. Ces dernier-es ont pourtant déjà été malmené-es depuis des années par un empilement de réformes successives visant à diminuer le nombre d’agents et à dégrader les conditions de travail des personnels et la qualité du service public offert aux usagers, comme l’a montré clairement la crise du coronavirus, en particulier avec l’état dramatique du service public hospitalier. Alors que les personnels prennent la mesure de l’ampleur des régressions entraînées par la loi de transformation de la Fonction publique, alors que la question des salaires monte comme une exigence forte des personnels, la poursuite dans la voie suivie jusqu’à présent serait une erreur : pour la FSU, il faut d’urgence rétablir la transparence dans les affectations et les promotions, recruter des personnels titulaires, reconnaître les qualifications et revaloriser les salaires de toutes et tous.

La crise économique que tout le monde annonce ne doit pas être l’occasion de justifier l’austérité pour les services publics et la destruction du droit du travail et de l’emploi. Bien au contraire, la préservation de l’emploi, les investissements dans les services publics, au service de l’ensemble de la population et en particulier de la jeunesse, sont nécessaires pour construire une société plus juste et plus solidaire. Une politique alliant justice sociale et justice environnementale est une urgence pour sortir de la crise. Il appartient aux personnels des services publics et aux citoyen-nes d’agir collectivement pour l’obtenir. La FSU y est déterminée et travaillera avec les autres organisations du mouvement social dans cette perspective.

   

1 Commentaire(s)

Manu, Posté
Farid Mangrolia, c'est pas parce que vous n'avez rien à dire qu'il faut pondre un communiqué. Par pitié, cessez vos gesticulations et vos bavassements médiatiques. Vous êtes l'encéphalogramme plat de la politique.<
Manu.