Suite aux investigations dans les locaux de la compagnie :

Partenariat entre Air Austral et Air Madagascar : l'enquête classée par l'Autorité de la concurrence


Publié / Actualisé
L'Autorité de la concurrence a décidé de classer l'enquête impliquant la compagnie réunionnaise Air Austral, dans l'affaire de son partenariat avec Air Madagascar et de la suppression des droits de trafic de Corsair. Le 7 novembre 2019, les gendarmes et les enquêteurs de l'Autorité de la concurrence et des prix avaient perquisitionné les locaux d'Air Austral, dans la zone aéroportuaire de Sainte-Marie. C'est suite à ces investigations que l'Autorité a décidé de classer l'enquête. (Photo d'archive perquisition du 7 novembre 2019 rb/www.ipreunion.com)
L'Autorité de la concurrence a décidé de classer l'enquête impliquant la compagnie réunionnaise Air Austral, dans l'affaire de son partenariat avec Air Madagascar et de la suppression des droits de trafic de Corsair. Le 7 novembre 2019, les gendarmes et les enquêteurs de l'Autorité de la concurrence et des prix avaient perquisitionné les locaux d'Air Austral, dans la zone aéroportuaire de Sainte-Marie. C'est suite à ces investigations que l'Autorité a décidé de classer l'enquête. (Photo d'archive perquisition du 7 novembre 2019 rb/www.ipreunion.com)

"L’Autorité de La Concurrence Française a ouvert début 2018 une enquête en lien avec le dossier de non reconduction par les autorités malgaches, des droits de trafic temporaires de la compagnie Corsair entre la Réunion et Tananarive. A la suite des procédures d’investigations menées dans les locaux de la société Air Austral en novembre et décembre 2019, l’Autorité a décidé, le 3 juillet 2020, de classer cette enquête" informe la compagnie Air Austral ce mercredi 8 juillet 2020.

Marie Joseph Malé, président directeur général de la compagnie, "s’est toujours déclaré confiant et serein quant aux suites de cette affaire" : "Cette décision est logique et la direction d’Air Austral confirme, si besoin était, la conformité d’un projet de coopération internationale qui a toujours conduit avec rigueur et dans un souci constant de préservation des intérêts de chacune des parties. Elle fait aussi la démonstration, une nouvelle fois, de l’intégrité de la compagnie que je représente et de toutes ses instances dirigeantes. Air Austral a bien évidement la volonté permanente de protéger ses intérêts économiques, mais cela dans le strict respect des règles de l’éthique appliquées aux affaires. Ces principes font partie de mes priorités mais aussi de nos valeurs communes", précise –t-il.

- Des perquisitions chez Air Austral en novembre -

Le 7 novembre 2019, les gendarmes et les enquêteurs de l'Autorité de la concurrence et des prix avaient perquisitionné les locaux d'Air Austral dans la zone aéroportuaire de Sainte-Marie. Certains bureaux de la direction de la compagnie aérienne avaient été placés sous scellés. Plusieurs ordinateurs et documents avaient été saisis. Les investigations avaient duré depuis plusieurs heures.

"La procédure de mise sous scellé reste une procédure classique, mais reste une opération quelque peu surprenante et spectaculaire. La compagnie a confirmé qu’elle collaborerait pleinement avec les Autorités dans le cadre de cette enquête" avait alors indiqué Marie Joseph Malé.

Lire aussi : Les locaux de la direction d'Air Austral perquisitionnés et placés sous scellés

- Le partenariat entre Air Austral et Air Madagascar en ligne de mire -

Cette enquête aujourd'hui classée concerne le dossier de non reconduction par les autorités malgaches des droits de trafic temporaires de la compagnie Corsair entre La Réunion et Tananarive en 2018.

La perte de ces droits de vols entre les aéroports de Saint Denis-Roland Garros et Antananarivo-Ivato avait contraint Corsair "à mettre fin à la route entre sa base à Paris-Orly et la capitale de Madagascar via La Réunion". A l'époque Corsair avait lancé une pétition en ligne "revendiquant le maintien de ses droits de trafic sur la ligne Réunion/Madagascar". La compagnie aérienne précisait : "l’ouverture de la desserte régionale en 2017 a permis à plus de personnes de voyager à des prix compétitifs". Elle pointait ensuite du doigt "les risques de retour à une situation de monopole qui aurait pour conséquences une baisse du trafic et une augmentation des prix".

Lire aussi : Air Austral au secours d'Air Madagascar avec 40 millions de dollars

Ce retrait des droits arrivait dans un contexte de partenariat vieux de plusieurs années entre Air Madagascar et Air Austral. Cette collaboration s'est renforcée de manière décisive le mardi 4 avril 2017. Air Austral était "officiellement désigné comme le partenaire stratégique d'Air Madagascar.

C'est donc pour en savoir plus sur les conditions de suppression de droits de trafic de Corsair, décidée après "le partenaire stratégique" entre les compagnies malgache et réunionnaise, que l'Autorité de la concurrence avait décidé de mener ses investigations.

www.ipreunion.com / redac@ipreunion.com

   

1 Commentaire(s)

Sas974, Posté
Encore une fois la loi di plus fort importe sans laisser la parole aux voyageur car pour moi corsaire est une compagnie avec des prix très ajustés et ce qui aurait permis d'enlever un monopole ou les billets sont à des prix bien. relevés